Aller au contenu

Kassad

Habitué
  • Compteur de contenus

    9 057
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    7

Kassad a gagné pour la dernière fois le 21 novembre

Kassad a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

638 Populaire

2 abonnés

À propos de Kassad

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral classique
  • Ma référence
    Diderot

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Lyon

Visiteurs récents du profil

3 118 visualisations du profil
  1. Kassad

    Gilets jaunes

    Aux USA les gens peuvent admirer les riches car tout le monde peut le devenir (que ce soit dans la technologie ou les hamburgers y a de la place pour tous) : la réussite est leur ADN. C'est pour ça que Trump passe bien. À l'inverse les intellectuels ne sont pas biens vus car même avec toute la volonté du monde la masse sent qu'elle ne pourra jamais jouer le jeu. En France c'est un peu différent. Il y a un certain prestige pour l'élite intellectuelle (méritocratie républicaine) et c'est pour ça qu'un oustider issu du domaine intellectuel aurait à mon avis plus de chances de réussir : un Villani grande gueule serait plus mon portrait robot de usual suspect.
  2. Kassad

    Gilets jaunes

  3. Kassad

    Gilets jaunes

    Nicolas Hulot qui est parti avant le naufrage de la Macronie pourrait se poser là : maintenant c'est l'antithèse des gilets jaunes mais justement c'est pas incompatible . Mais il y a un fil dédié pour ce genre de questions.
  4. Kassad

    Gilets jaunes

    Mais Trump est honnête : il a été un bullshiter toute sa vie. C'est justement ça que les gens aiment chez lui : il est tel qu'il paraît même si c'est un vendeur de tapis ! Au moins il était déjà riche, puissant et connu avant d'être entré en politique. Ce sont des arguments massues ... et vrais.
  5. Kassad

    Gilets jaunes

    Je ne sais pas mais on dirait qu'on a affaire à une crise de légitimité. La demi vie d'une présidence "active et volontaire" se réduit à vue d'oeil. Le décalage entre les discours "je vous ai compris" alors que tendanciellement rien ne change (hausse continuelle des prélèvements depuis au moins 50 ans voir plus) ne passe plus. Le moindre écart entre le discours (forcément un peu miss l'Indien pour se faire élire) et la perception de la réalité (dans ton exemple tu feras face à des milliers d'heures de télévision sur le mode "la casse du service public" vu que personne ne semble vouloir diminuer les dépenses). et ce sera les gilets jaunes 2.0 puissance mille. L'expression crise de régime (et donc pas uniquement de Macron ou X) ne me paraît pas exagérée.
  6. Mais ça n’empêche que ça passe les 280 caractères !
  7. Un programme politique décliné comme une succession de tweets ? Je ne fais rien tant qu'on n'a pas un qui rédige des statuts avec des memes.
  8. Kassad

    Gilets jaunes

    Short Pfizer.
  9. Non je ne connaissais pas ! So much for "don't be evil" L'article de Breitbart original : https://www.breitbart.com/tech/2018/10/09/the-good-censor-leaked-google-briefing-admits-abandonment-of-free-speech-for-safety-and-civility/
  10. Kassad

    Mes lectures du moment

    Le bouquin est un peu décevant et je pense inabordable pour qui n'a pas une solide connaissance de la logique et du type. Il a voulu faire comme si c'était lisible par n'importe qui mais c'est juste pas vrai du tout. Je dirais que c'est de la vulgarisation ratée. En gros j'arrive à raccrocher ce que je connais déjà à son discours derrière ses expressions éthérées mais rien de plus. Donc au final j'ai pas appris grand chose sinon ça m'a fait réfléchir sur le sujet mais plus par moi même que par ce que lui amène dans son livre. Je vais lire son papier sur Logique 2.0 je pense que ce sera plus intéressant.
  11. J'ai l'impression que la discussion se durcit autour de la notion de free-speech. Il y a beaucoup de mouvement du côté des GAFA avec le banissement et la démonétisation pour des raisons de plus en plus triviales. D'ailleurs d'un point de vue plus général je pense que ça pose un problème spécifique : les GAFA proposent une charte d'utilisation qu'elles changent ensuite de manière unilatérale (par exemple dernier en date qui me vient à l'esprit le deadnaming sur twitter). C'est un problème spécifique car quand on signe la charte de manière implicite on fait un échange : mes data contre votre service (google search, diffusion de l'information par facbook ou twitter etc.). Ensuite le contrat change sans qu'on puisse rien dire (il faut juste cliquer oui j'accepte les nouvelles conditions). Si je prend un point de vue parano : je commence à lancer un service le plus large possible et une fois qu'il est assis je change les règles du jeu. Cela se fait principalement sur les règles de free speech et de politiques soutenues (par exemple Milo Yiannopoulos and co.). Or le fait de construire une réputation prend du temps et pousse à persévérer même quand les condtions évoluent. C'est assez distinct de ce qui se passe IRL où on peut changer de plombier quand on veut. Je ne sais pas trop quoi en penser.
  12. Kassad

    Gilets jaunes

    Oui je compte me barrer ... en Argentine ! C'est vrai en plus
  13. Kassad

    Donald Trump : candidat puis président

    Vers une professionnalisation de la technique Trump pour attirer les lumières des médias ? https://www.nationalreview.com/2018/12/alexandria-ocasio-cortez-controversy-playbook-right-left/
  14. Kassad

    Gilets jaunes

    Les patates sautées avec les merguez ça va bien ensemble. On ne peut plus cuisiner tranquillement dans ce pays.
  15. Kassad

    Gilets jaunes

    Je pense qu'il y a aussi un aspect profondeur logique. Certains domaines demandent plus de connaissances que d'autres. Par exemple en maths on n'a pas grand chose à se rappeler car on peut reconstruire/redémontrer : dans ce domaine la réduction ne perd quasiment rien. Dans d'autres domaines, au hasard l'histoire (mais je dirais que moins l'appareil scientifique du domaine est développé pire c'est), on est obligé de se rappeler de plein de choses et là la réduction perd beaucoup et on retombe sur des archétypes très basiques. Donc c'est pour ça que la politique, qui avant d'être une science est aussi une question de choix, est le pire sujet à cette réduction sémantique : des arguments subtils et complexes sont projetés sur des sentiments très simples et reconstruire le chemin des informations au sentiments n'est pas possible : il n'y a pas une théorie derrière qui le permette.
×