Jump to content

[modéré]Hollande, le départ du comique français


Recommended Posts

 

Ouvrir l'apprentissage à tous les chômeurs longue durée. Dans son discours de mobilisation pour l'emploi prononcé en clôture, François Hollande a lancé quelques pistes. Alors qu'en principe l'apprentissage est réservé aux jeunes de 16 à 25 ans, il a demandé que les chômeurs longue durée bénéficient du statut d'apprenti «quel que soit leur âge», avec une rémunération «maintenue au niveau de l'indemnisation telle qu'elle est prévue». «L'idée c'est que nous puissions ouvrir la porte des entreprises à ces chômeurs de longue durée», a expliqué le chef de l'Etat, reprenant ainsi une idée émise dans un rapport par le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet.

 

http://www.leparisien.fr/politique/hollande-veut-ouvrir-l-apprentissage-a-tous-les-chomeurs-longue-duree-28-04-2014-3801793.php

 

Ça c'est une mesure qui aurait dû être prise il y a longtemps déjà. Comme quoi... (concrètement ça revient à saper la mainmise des syndicats sur la formation professionnelle, ce qui est en soit une bonne chose©®)

Link to comment

A mes yeux c'est probablement la meilleure mesure proposée par un politicien français depuis les auto-entrepreneurs. Je peux me tromper hein, mais il y a plus à attendre de ce genre de réformes que de aides machin centralisé, pour autant qu'il s'agisse bien de ce qui est dit. Si ça devenait encore un machin bureaucratique en plus, on pourra le jeter aussi.

Link to comment

Marie-Noëlle Lienemann craque après la réunion des sénateurs socialistes avec Valls

 

 

 

a sénatrice socialiste, appartenant à l'aile gauche du PS, l'admet: elle est sortie de la réunion "émue", et visiblement en colère contre Manuel Valls. Selon plusieurs participants, elle aurait même versé quelques larmes de dépit. "Parce qu'il nous a dit que la gauche n'avait jamais rien pensé sur la décentralisation, ni sur la globalisation, bref, à l'entendre, la gauche s'est trompée et lui sait mieux que tout le monde!", s'exclame-t-elle au micro de BFMTV.

 

Buhuhu, c'est trop triiiiiste :'(

Link to comment

Eh oui, c'est ça qui est d'autant plus drôle, le type fait pleurer les petites députées socialistes en décrivant simplement un état de fait affreusement banal.

 

C'est la foto au libero encore une fois...

Link to comment

A mes yeux c'est probablement la meilleure mesure proposée par un politicien français depuis les auto-entrepreneurs. Je peux me tromper hein, mais il y a plus à attendre de ce genre de réformes que de aides machin centralisé, pour autant qu'il s'agisse bien de ce qui est dit. Si ça devenait encore un machin bureaucratique en plus, on pourra le jeter aussi.

+1

Ça serait une vraie bonne nouvelle. Et ça fait belle lurette que ça aurait dû être fait.

Link to comment

Ça c'est une mesure qui aurait dû être prise il y a longtemps déjà.

 

+1, c'est une mesure surprise, mais fondamentalement plus utile q'une réduction de la vitesse d'endettement.

 

Maintenant, il va falloir éviter que toutes les tentacules de la gestion étatique de l'emploi ne viennent coller leurs ventouses partout et rendre l'apprentissage un parcours du combattant juridique.

 

Mais c'est une excellente mesure.

Link to comment

Apparemment le gouvernement vient de balancer une torgnole en douce dans la tronche des auto-entrepreneurs en supprimant la présomption de non-salariat. Ce qui signifie qu'une entreprise qui passe un contrat avec un auto-entrepreneur peut risquer de voir ledit contrat requalifié en contrat de travail avec toutes les conséquences que ça implique... et donc va rendre la vie dure aux pigeons pour faire du business.

Link to comment

Ça y est. Il a remis une pièce dans le juke-boxe :

[...]

"On est entré dans la deuxième phase du quinquennat, dit le chef de l'Etat, cité par l'hebdomadaire. Le redressement n'est pas terminé mais le retournement économique arrive. Cette phase doit se traduire par une croissance plus forte, une compétitivité plus importante, une redistribution du pouvoir d'achat par une baisse des impôts", ajoute-t-il.

Le Larousse nous rappelle les sens possibles du mot retournement : soit il s'agit d'un "bouleversement ou d'un changement complet et dans un sens opposé d'une situation", soit il peut s'agir d'une "figure de voltige aérienne"...

[...]

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/05/04/97002-20140504FILWWW00017-hollande-le-retournement-economique-arrive.php

Notons que le journaliste a fait un effort. Il a ouvert un dico.

Link to comment

Dans The Road To Serfdom (La Route de La Servitude), Friedrich Hayek démontre que le socialisme conduit inévitablement au national-socialisme.

Ce phénomène, qui passe en France par une montée continue du FN, se traduit dans les faits-divers par ce peu scrupuleux bailleur de HLM, qui attribue ses logements selon la couleur de peau :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/05/02/un-bailleur-hlm-condamne-pour-fichage-ethnique_4410790_3224.html

Peu étonnant, quand on écoute un spécialiste du logement : 

 

Pour faire simple, en proposant des logements en-dessous du prix du marché, le système du logement
social engendre nécessairement une demande supérieure à l’offre. Il génère ainsi sa propre pénurie, obligeant
le propriétaire public à gérer une file d’attente. Par conséquent, l’attribution de logements sociaux obéit à une
logique politique qui vire le plus souvent au clientélisme.
Le clientélisme, outre les attributions au "piston", se
traduit d’abord par le fait que l’attribution d’un logement n’est jamais remise en cause lorsque les revenus du
ménage augmentent. Celui-ci a intérêt à rester coûte que coûte dans ce logement qui lui a été octroyé quand ses
revenus étaient plus faibles, pour ne pas avoir à payer un loyer double dans le secteur privé.
Le résultat est que plus du tiers des logements subventionnés reste occupé par des familles non modestes voire
très aisées, alors que le secteur privé de bas de gamme loge plus de 40% des ménages modestes : un cas
d’école de mauvaise allocation des ressources par un État ! Pire encore, l’État rationne administrativement l’une
des composantes essentielles de la production de logements, le foncier, au nom d’externalités environnementales
dont il ne se donne jamais la peine d’analyser le bien fondé. Résultat, une part importante de ce foncier est
accaparée par les projets publics, réduisant à la portion congrue le terrain accessible aux bâtisseurs
privés, contribuant un peu plus à l’augmentation des prix dans ce secteur, fragilisant un peu plus les
ménages modestes qui n’arrivent pas à entrer dans le secteur social ! Bref, l’État a créé une situation ubuesque
où il fait artificiellement monter le prix d’une ressource essentielle, puis prétend la subventionner pour aider ceux
qui ne peuvent payer ce prix gonflé, et enfin distribue la moitié des subventions aux plus aisés.
Et pour ce prix déjà très élevé, l’État a construit un parc, en partie de très mauvaise qualité, regroupé dans des
quartiers qui ont, de fait, concentré la pauvreté, et qui sont devenus plus de 400 zones de non droit. Les problèmes
du parc public locatif débordent donc largement du cadre de la seule économie du logement et créent de
nombreuses externalités sociétales qui nous coûtent bien plus que de l’argent.

 

A lire ici :

http://www.atlantico.fr/decryptage/apres-requisitions-duflot-bedroom-tax-britannique-methodes-communistes-gestion-logement-ont-elles-vraiment-fait-preuves-pour-fai-739885.html

Link to comment

Flanflan est toujours persuadé que "théorie des cycles oblige", la croissance va revenir comme par enchantement. Les éminences grises du parti, à commencer par la lumineuse Karine Berger, ne le lui ont-ils pas assuré... Cette dernière avait déjà annoncé une formidable reprise pour 2013 et celle-ci n'a pas eu lieu. Mais il en faudrait davantage pour convaincre notre cher technocrate de président de cesser de croire aux élucubrations de la divine Karine. Celle-ci n'est-elle pas une "brillante" polytechnicienne doublée d'une keynésienne fanatique, elle ne peut donc pas se tromper... D'autant que le keynésianisme est tout aussi infaillible comme l'histoire de ces neuf dernières décennies l'a si souvent montrée.

Ainsi, quand ces doctes personnes nous assurent que nous allons bientôt rentrer dans une période de félicité d'une ampleur et d'une durée comparable aux "Trente Glorieuses", il faut les croire!

De même, à quoi bon engager des réformes forcément douloureuses. Il suffit d'attendre tranquillement puisque la prospérité est au bout de la rue.

 

D'où le faux plan de rigueur initié par Valls. On se contente de freiner momentanément la progression des dépenses publiques (quel programme ambitieux!), histoire de calmer nos partenaires européens. Mais dès que la reprise produira ses effets, on pourra à nouveau dépenser sans compter pour satisfaire les exigences des clientèles habituelles du PS et ainsi préparer au mieux les élections de 2017.

 

Pour toutes ces raisons, notre cher président continue à baigner dans un optimisme béat. Mais comme les prédictions des "grands esprits" précités ne se réalisent strictement jamais, il est peu probable que le scénario imaginé par Flanby se réalise.

 

Au contraire, il y a tout lieu de penser que notre pays surendetté et incapable d'engager la moindre réforme d'envergure, verra dans le meilleur des cas son économie continuer à stagner jusqu'en 2017. Et si la situation économique internationale vient à se dégrader à nouveau comme beaucoup d'éléments le laissent supposer, en particulier le caractère totalement artificiel du soi-disant redressement de l'économie américaine dopée à coup de QE monstrueux, la stagnation du Japon malgré des QE encore plus gigantesques et la situation non moins critique de la plupart des pays de l'UE, sans oublier les difficultés croissante de la Chine (shadow banking...) et de la plupart des pays émergents, les prochains mois et années risquent d'être très assez agités pour Normal Ier et ses amis.
 

Link to comment

Le scénario le plus probable dans tout ça reste une bonne vieille croissance nulle, même si le reste de l'Europe repart.

Au lieu de se demander comment boucler un budget avec une croissance nulle et affecter les excédents en cas de croissance aux remboursements des dettes, on attend les trente glorieuses. 

C'est évident que si la France équilibrait (ou presque, point trop d'ambition) un budget avec des objectifs de croissance à 0, elle connaîtrait la croissance tant attendue.

 

En attendant, on s'achemine vers une belle instabilité politique qui sera suivie ou non de réformes de fond. C'est là que ça va se jouer. Pour moi, la crise politique avec a minima dissolution, c'est acquis. La cohabitation, c'est le seul moyen pour Hollandounet d'être réélu. 

Link to comment

Le scénario le plus probable dans tout ça reste une bonne vieille croissance nulle, même si le reste de l'Europe repart.

Au lieu de se demander comment boucler un budget avec une croissance nulle et affecter les excédents en cas de croissance aux remboursements des dettes, on attend les trente glorieuses. 

C'est évident que si la France équilibrait (ou presque, point trop d'ambition) un budget avec des objectifs de croissance à 0, elle connaîtrait la croissance tant attendue.

 

En attendant, on s'achemine vers une belle instabilité politique qui sera suivie ou non de réformes de fond. C'est là que ça va se jouer. Pour moi, la crise politique avec a minima dissolution, c'est acquis. La cohabitation, c'est le seul moyen pour Hollandounet d'être réélu. 

 

En effet, la cohabitation est une option de plus en plus crédible. Hollandounet sait qu'il peut compter sur la nullité légendaire de la pseudo droite pour l'aider dans son entreprise de "reconquête".

Si l'UMP était un minimum intelligente (on peut toujours rêver...), elle refuserait d'exercer le pouvoir en arguant du discrédit de Hollande et réclamerait sa démission.

 

Celui-ci pourrait bien sûr s'accrocher au pouvoir et tenter de diriger le pays avec des gouvernements minoritaires. Les centristes rêvent d'aller à la soupe, donc une bonne partie d'entre eux ne manqueraient pas de sauter sur l'occasion pour rallier Flanflan. En revanche, celui-ci perdrait des soutiens dans son camp (aile gauche du PS, khmers verts...). Sa situation serait très inconfortable. Il aurait certes beau jeu de dénoncer l'esprit partisan de la droite, sa fuite devant les responsabilités, son abandon de la nation... Mais il ne pourrait pas résister très longtemps à la pression...

 

Heureusement pour Normal Ier, la droite risque d'être assez stupide pour entrer dans son jeu et lui permettre de se refaire une virginité politique avant 2017...

Link to comment

L'alternative, c'est l'UMP qui obtient effectivement la majo, mais Sarko qui voit ça de loin et décide de créer son propre parti afin de

a/ torpiller l'UMP

b/ torpiller le PS

Jouable.

Link to comment

Oui, c'est un scénario également crédible.

 

Mais dans ce cas, quelle sera la ligne de ce nouveau parti: 1) "national-socialiste" façon FN, histoire de tenter une nouvelle fois de siphonner l'électorat de ce dernier, 2) étatiste, souverainiste, protectionniste et keynésien à la Dupont-Gnangnan/Guaino, pour appâter le même genre de gogos, sans trop risquer d'effaroucher les médias institutionnels et maîtres-censeurs bien-pensants 3) étatiste, protectionniste, un peu moins keynésien et un peu moins europhobe à la Wauquiez afin de ratisser large, 4) européiste, social-démocrate, bien pensant à la Juppé, mais une telle option semble peu probable s'il cherche à torpiller l'UMP...) ou 5) libéral à la Thatcher avec la volonté de rompre au moins partiellement avec le socialisme mortifère (le système de santé nationalisé, gratuit, mais fort peu efficace et très contraignant, le sinistre "National Health Service" a survécu à la "Dame de fer", preuve des limites de ce genre de politique). Mais une telle conversion au libéralisme serait surprenante de la part d'un ancien président et ministre du budget très dépensier (sous Balladur) étatiste et de surcroit keynésien convaincu (se souvenir de son admiration pour l'infect Stiglitz)...

En clair, tout est possible. Mais on peut surtout craindre le pire :pleur:

 

 

Link to comment

Oui, c'est un scénario également crédible.

 

Mais dans ce cas, quelle sera la ligne de ce nouveau parti:

 

On s'en fout. Ce sera le Parti De Sarkozy (sur le mode "Je Vais Vous Sauver Tous") et roule poupoule.

 

Link to comment

Je suis pas loin de penser comme toi mais la bête est tenace. En dépit d'une certaine incapacité à mener une politique satisfaisante pour nous, il faut lui reconnaître un grand talent de menteur politique. Une bête comme aiment à la dire les cons des merdias.

Link to comment

Je persiste à croire qu'il s'est retenu. Regarde sa jambe s'agiter frénétiquement à chaque moment où il a envie d'interrompre Hollande...

Link to comment

J'ai découvert à l'instant en allant sur le site du "Monde" que l'Etat s'apprêtait à renflouer la SNCM société connue pour sa gestion lamentable à hauteur de 800 millions d'Euros.

Et après, ce gouvernement essaye de nous faire croire qu'il veut réduire les dépenses publiques. CPEF...

Link to comment
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...