Aller au contenu
Nicolas Azor

Bitcoin et autres cryptomonnaies

Messages recommandés

Très intéressant comme concept. Merci à vous deux.

Mais la prochaine étape, si vous voulez que le système se développe, une fois qu'il y aura une base d'"utilisateurs" correcte: développer les outils de paiement en btc dans le monde physique (les terminaux de cartes bancaires par exemple).

Là une révolution sera en marche.

Il existe d'ores et déjà un service de vente de cartes VISA libellées en USD, mais que tu peux recharger avec des bitcoins. J'en ai commandé une récemment, mais je ne l'ai pas encore reçue.

Il existe aussi un service de cartes VISA en CAD et USD, que l'on achète avec des bitcoins au cours du marché, mais là ces cartes sont à usage unique. On ne peut pas les recharger. Elles sont aussi uniquement électroniques: on peut les utiliser comme on utilise une carte bancaire en ligne, mais on ne recoit pas la carte physique. C'est cependant un service très utile qui fait fureur dans la communauté, à tel point que les utilisateurs se plaignent souvent quand les stocks sont épuisés (et ils le sont souvent). C'est un service que j'utilise fréquemment, d'ailleurs j'ai rendu ma "vraie carte bancaire" et fermé le compte correspondant en France.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est pas mal, mais j'aurais préféré Couillmiaou comme nom.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vous n'avez décidément pas compris. Un bitcoin n'est pas un nombre particulier, ni un fichier, ni rien de compliqué à "fabriquer". C'est juste une unité de mesure pour un montant.

A vous lire, il me semble que je n'ai rien compris à bitcoin. J'avais cru comprendre. J'avais sûrement jugé un peu vite. Je cesserai donc de juger bitcoin tant que je n'aurai pas eu la conviction d'avoir compris. Je suis informaticien et j'avais supposé une architecture particulière, alors que bitcoin en utiliserait peut-être une autre. D'où ma possible erreur.

La raison d'une non-compréhension est souvent une affaire de vocabulaire. C'est peut-être le cas ici. Le "nommage" est l'acte de donner un nom aux objets inventés dont on parle dans un projet informatique. Un nommage des objets serait nécessaire à ma compréhension de bitcoin.

Le mot "bitcoin" signifie à la fois, le système informatique, le logiciel, le réseau, la monnaie, le noeud du réseau, certaines information qui identifient qq chose qui appartient à qq'un. Cette multiplicité des significations obscurcissent l'exposé de bitcoin.

Une fois que tous les objets ont été définis par un nommage non ambigu, les liens entre eux apparaîtront facilement. Vous avez utilisé plusieurs concepts comme "système bitcoin", "noeud bitcoin", "adresse bitcoin", "banque", "tiers", "création de bitcoin", "transaction", "activité comptable", "écriture comptable", "unité de mesure", "unité de compte", "création de bitcoin". Et quels résultats concrets produit le très long calcul qui dure très longtemps? Comment exposeriez vous bitcoin à un concepteur de systèmes informatiques?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Une fois que tous les objets ont été définis par un nommage non ambigu, les liens entre eux apparaîtront facilement. Vous avez utilisé plusieurs concepts comme "système bitcoin", "noeud bitcoin", "adresse bitcoin", "banque", "tiers", "création de bitcoin", "transaction", "activité comptable", "écriture comptable", "unité de mesure", "unité de compte", "création de bitcoin". Et quels résultats concrets produit le très long calcul qui dure très longtemps? Comment exposeriez vous bitcoin à un concepteur de systèmes informatiques?

Ce n'est pourtant pas si compliqué, vraiment.

Pour répondre précisément à vos questions, même s'il me semble que je ne fais que me répéter:

* le très long calcul produit un hash (en l'occurence par la fonction SHA256) dont la valeur est inférieure à un certain seuil. Ce hash est celui d'un groupe de transactions qu'on appelle bloc. Toutes les transactions sont immédiatement publiées dans le réseau, mais pour être validée, une transaction doit faire partie d'un tel bloc. Ces blocs s'enchaînent car ils contiennent toujours le hash du bloc précédent. Chaque client considère comme valide la plus longue chaîne qu'on lui présente.

* si je devais présenter bitcoin à un concepteur de systèmes informatiques, je reprendrais exactement la structure du document original de l'auteur, qui très clair et très bien écrit.

Je vais cependant tenter encore un résumé:

* bitcoin est à la fois le nom de la devise monétaire, et du logiciel conçu pour en faire usage;

* l'objectif est de transferer des montants entre des comptes publics désignés par des clefs publiques ECDSA (cryptographie à courbes elliptiques). Chaque transaction doit donc être signée par la clef privée associée;

* toutes les transactions sont publiques et pour éviter le problème du double paiement (double spending), le système organise un serveur de temps décentralisé basé sur le concept de preuve de travail (proof-of-work);

* le serveur de temps décentralisé permet d'horodater les transactions (timestamping) de façon incontrôlable et infalsifiable. En effet le principe est d'enchainer des preuve-de-travail: il n'est donc pas possible de falsifier un horodatage, sauf à dépasser la quantité de calcul cumulée par le réseau dans le passé et maintenir une puissance de calcul supérieure dans le présent, ce qui serait extrèmement difficile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est-ce que ce que j'ai correctement compris ?

- Les hashs servent juste à créer des "blocs",

- Ces blocs répertorient les transactions mais n'ont pas de valeurs en soi,

- Les dernières transactions ont lieu dans le dernier bloc créé puis ont en fait un autre,

- On "récompense" les créateurs de blocs en leur offrant des bitcoins (transaction de mise en service de nouveaux bitcoins) à un taux décroissant avec le temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Est-ce que ce que j'ai correctement compris ?

- Les hashs servent juste à créer des "blocs",

- Ces blocs répertorient les transactions mais n'ont pas de valeurs en soi,

- Les dernières transactions ont lieu dans le dernier bloc créé puis ont en fait un autre,

- On "récompense" les créateurs de blocs en leur offrant des bitcoins (transaction de mise en service de nouveaux bitcoins) à un taux décroissant à le temps.

Oui, c'est tout à fait ça.

:icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il existe d'ores et déjà un service de vente de cartes VISA libellées en USD, mais que tu peux recharger avec des bitcoins. J'en ai commandé une récemment, mais je ne l'ai pas encore reçue.

Il existe aussi un service de cartes VISA en CAD et USD, que l'on achète avec des bitcoins au cours du marché, mais là ces cartes sont à usage unique. On ne peut pas les recharger. Elles sont aussi uniquement électroniques: on peut les utiliser comme on utilise une carte bancaire en ligne, mais on ne recoit pas la carte physique. C'est cependant un service très utile qui fait fureur dans la communauté, à tel point que les utilisateurs se plaignent souvent quand les stocks sont épuisés (et ils le sont souvent). C'est un service que j'utilise souvent, à tel point que j'ai rendu ma "vraie carte bancaire" et fermé le compte correspondant en France.

Merci, c'est effectivement déjà très intéressant.

Cependant je pensais plus a un moyen pour des marchands physiques d'accepter des bitcoin de leurs clients. (puisqu'ultimement c'est ça qui donnera de la valeur à un btc, tout ce qu'on pourra acheter avec, online et irl).

Sinon pour en revenir à l'idée en elle-même, plus ça va et plus je suis emballé. Je suis en train de suivre quelques encheres sur biddingpounds, et y a moyen de faire de bonnes affaires.

Je suis aller voir sur blockexplorer et j'ai l'impression qu'il y a pas mal d'activité (plusieurs milliers de btc, soit plusieurs milliers de dollars, transitent chaque heure). C'est un bon début.

mini_110213094116578487.png

Au fait, avez-vous une idée de la raison pour laquelle ce sont les russes qui sont les plus intéressé par les BTC?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci, c'est effectivement déjà très intéressant.

Cependant je pensais plus a un moyen pour des marchands physiques d'accepter des bitcoin de leurs clients. (puisqu'ultimement c'est ça qui donnera de la valeur à un btc, tout ce qu'on pourra acheter avec, online et irl).

Il y a un groupe qui bosse sur une appli android. Technologiquement il n'y a rien de compliqué. Bitcoin est une devise comme une autre, c'est à dire que même sans faire tourner le logiciel, on peut utiliser un système de comptes centralisés comme mybitcoin.com. Avec un tel système, les technologies à base de carte à puce peuvent être utilisées de la même façon.

A terme, je présume d'ailleurs que le logiciel bitcoin devrait pouvoir tourner sur la carte à puce elle-même. Ce serait l'idéal, mais il y a plein d'autres possibilités.

Sinon pour en revenir à l'idée en elle-même, plus ça va et plus je suis emballé. Je suis en train de suivre quelques encheres sur biddingpounds, et y a moyen de faire de bonnes affaires.

Je suis aller voir sur blockexplorer et j'ai l'impression qu'il y a pas mal d'activité (plusieurs milliers de btc, soit plusieurs milliers de dollars, transitent chaque heure). C'est un bon début.

mini_110213094116578487.png

Je ne suis pas sûr que block explorer soit le meilleur indicateur. Certains peuvent se faire des transferts entre plusieurs de leurs comptes, et puis mybitcoin doit procéder à de nombreux virement internes qui sont indicernables de transactions entre différentes personnes.

Une manière plus fiable amha d'évaluer l'activité économique est de regarder les marchés, MtGox, bitcoin-central, bitcoinmarket, biddingpond etc…

Au fait, avez-vous une idée de la raison pour laquelle ce sont les russes qui sont les plus intéressé par les BTC?

Ce n'est amha qu'une impression.

Mais si c'est vrai, et si il faut discuter de l'idée fantasmée selon laquelle ce serait parce que la mafia russe s'intéresse au bitcoin comme une aide pour blanchir leur argent, personnellement j'y verrai la plus sûre indication sur la solidité et l'efficacité de la monnaie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je ne suis pas sûr que block explorer soit le meilleur indicateur. Certains peuvent se faire des transferts entre plusieurs de leurs comptes, et puis mybitcoin doit procéder à de nombreux virement internes qui sont indicernables de transactions entre différentes personnes.

Une manière plus fiable amha d'évaluer l'activité économique est de regarder les marchés, MtGox, bitcoin-central, bitcoinmarket, biddingpond etc…

Oui mais les marchés ne mesurent que les echanges entre les bitcoins et l'extérieur, pas les échanges au sein de l'"économie bitcoin". A part biddingpond sur lequel l'activité est encore très légère. Je suppose que ces echanges sont impossible à mesurer… Enfin je vais utiliser le script statistics.py pour essayer de tirer un maximum d'infos sur ce qu'il se passe. Je le posterai sur le forum du site si j'arrive à en tirer quelque chose d'intéressant.

Ce n'est amha qu'une impression.

Mais si c'est vrai, et si il faut discuter de l'idée fantasmée selon laquelle ce serait parce que la mafia russe s'intéresse au bitcoin comme une aide pour blanchir leur argent, personnellement j'y verrai la plus sûre indication sur la solidité et l'efficacité de la monnaie.

+1, le jour où il est avéré que les bitcoins servent à blanchir de l'argent, alors on pourra en acheter sans crainte (et puis ça fera plus de liquidité sur les marchés :icon_up:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après avoir présenté bitcoin au cours d'une émission précédente, Security Now remet le couvert et répond aux questions d'internautes sur le sujet:

C'est à la 44eme minute.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

une vidéo que je trouve assez cool où un gars montre son équipement utilisé pour le mining:

Et pour quitter la technique et revenir à l'économie, une vidéo où un gars fait une démonstration de ce qu'il faut faire pour commander une pizza avec des bitcoins:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une émission de radio canadienne où ils parlent de bitcoin de façon peu technique, mais néanmoins très pertinente je trouve:

http://podcast.cbc.ca/mp3/spark_20110227_45926.mp3

http://www.cbc.ca/spark/2011/02/spark-139-…7-march-2-2011/

C'est en anglais mais ils parlent de façon très claire et c'est donc très compréhensible (j'adore la voix de la présentatrice, Nora Young).

Je vous traduis un extrait assez cocasse:

<<

- quelles sont les chances d'après vous qu'une devise comme bitcoin soit un succès?

- peut-être à très long terme. Parce qu'avec le temps, les chances augmentent au fur et à mesure que les gens s'aperçoivent du désordre mondial et commencent à se dire que c'est à cause de certaines personnes qui croient tout savoir et qui fichent tout en l'air.

>>

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hu hu hu, ils viennent de réinventer les nostro et les vostro, c'est mignon.

Anonymous money needs anonymous exchange

Evidemment, cet usage d'un compte de dépot est interdit, relisez vos contrats bancaires…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une nouvelle vidéo explicative:

Il y a quelques points qui sont des simplifications assez discutables, mais dans l'ensemble personnellement je trouve que c'est une très bonne vidéo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il existe d'ores et déjà un service de vente de cartes VISA libellées en USD, mais que tu peux recharger avec des bitcoins. J'en ai commandé une récemment, mais je ne l'ai pas encore reçue.

Il existe aussi un service de cartes VISA en CAD et USD, que l'on achète avec des bitcoins au cours du marché, mais là ces cartes sont à usage unique. On ne peut pas les recharger. Elles sont aussi uniquement électroniques: on peut les utiliser comme on utilise une carte bancaire en ligne, mais on ne recoit pas la carte physique. C'est cependant un service très utile qui fait fureur dans la communauté, à tel point que les utilisateurs se plaignent souvent quand les stocks sont épuisés (et ils le sont souvent). C'est un service que j'utilise fréquemment, d'ailleurs j'ai rendu ma "vraie carte bancaire" et fermé le compte correspondant en France.

Hmm… Tu achètes des bitcoins avec des euros. Tes bitcoins te servent à recharger une CB, mais c'est finalement des dollars qui en sortent… Plusieurs questions me viennent :

- N'y a-t-il pas de terminal de paiement virtuel qui accepte le bitcoin ?

- Qu'elle serait l'avantage d'avoir cette carte dont tu parles ?

Tu as rendu ton ancienne CB et fermé le compte.

- Tu ne reçois pas d'argent ?

- Ou alors tu l'investis directement dans des bitcoins ?

- Est-ce pratique pour tes éventuelles factures de gaz, téléphone ou électricité ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hmm… Tu achètes des bitcoins avec des euros. Tes bitcoins te servent à recharger une CB, mais c'est finalement des dollars qui en sortent… Plusieurs questions me viennent :

- N'y a-t-il pas de terminal de paiement virtuel qui accepte le bitcoin ?

Hum… je ne comprends pas ta question. Tu peux payer n'importe qui en bitcoins, mais encore faut il que le vendeur les accepte.

- Qu'elle serait l'avantage d'avoir cette carte dont tu parles ?

Une fois que tu as acheté cette carte, tu peux acheter n'importe quoi sur internet. En utilisant cette carte, tu es un peu dans la situation d'un étranger qui échange sa devise nationale contre celle du pays d'acceuil.

Un truc à savoir sur ce service: c'est vraiment un excellent service, rapide, anonyme etc., mais il faut acheter les cartes canadiennes (celles libellées en dollars canadiens) et pas les cartes amércaines (en dollars US). Les cartes en USD ne fonctionnent en fait que sur les sites américains. Les cartes canadiennes fonctionnent par contre sans problème en France (je n'ai jamais eu de problème avec aucune d'entre elles).

Tu as rendu ton ancienne CB et fermé le compte.

- Tu ne reçois pas d'argent ?

Si, mais sur un compte où je n'ai pas de carte bancaire.

- Ou alors tu l'investis directement dans des bitcoins ?

Oui, je convertis en bitcoins toutes mes entrées dont je n'ai pas besoin à court terme. Actuellement le montant de mon compte chèque doit être de 20 centimes d'euros ou un truc du genre. Je garde aussi un peu de cash, mais jamais plus d'une centaine d'euros.

- Est-ce pratique pour tes éventuelles factures de gaz, téléphone ou électricité ?

Mon prélèvement EDF se fait directement sur mon compte, comme pour la plupart des gens j'imagine. Pareil pour mon loyer.

Ce n'est donc pas "pratique", puisque je dois alimenter manuellement mon compte. Mais MtGox propose une API donc j'imagine que je pourrais, si je voulais, écrire un script qui convertirait automatiquement un peu de mes bitcoins en euros tous les mois afin de guarantir que les prélèvements mensuels seront effectués sans problème.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beaucoup d'échos autour du projet cette semaine.

D'abord, une présentation assez bien faite je trouve de la part du gars de howtovanish.com:

Une autre vidéo du "singularity podcast". Le gars à gauche a un enthousiasme agréable à voir:

Un article dans l'édition en ligne du TIME. Et un autre dans celle de Forbes.

A ma connaissance, la première mention de bitcoin dans un magazine papier:

lin0211p001.jpg

Enfin et surtout, une première mention de bitcoin dans le milieu politico-juridico-financier, sur le site moneylaundering.com. L'article n'est pas disponible sur le site directement car c'est payant et j'imagine qu'ils ne veulent pas faire de la pub pour une technologie qu'ils avouent redouter. Cependant l'un des membres de la communauté s'est procuré le texte et aurait été autorisé à le publier (va comprendre):

http://www.bitcoin.org/smf/index.php?topic=5907.0

Je vais le citer ici in extenso:

Loosely Managed Digital Currency Could Be Avenue for Crime That's Hard to Block

April 15, 2011

By Colby Adams [Alert Global Media, publishers of MoneyLaundering.com]

An emerging virtual currency intended to be used in lieu of cash could also be a vehicle for criminals seeking to make international transactions anonymously, according to investigators.

Bitcoin, a loosely organized electronic payment system created in January 2009 by an otherwise anonymous computer programmer known by the possible pseudonym of Satoshi Nakamoto, allows users and merchants to make transactions through digital coins, with or without the aid of payment processors or other financial institutions.

While the project remains relatively small, it has already drawn enthusiastic users, including international vendors and nonprofit organizations like the Electronic Frontier Foundation, which accept charitable donations of the currency. Google developers have received the green light to research the coins, which are valued at a total of $5 million, according to estimates by www.mtgox.com.

The currency was "no doubt developed for altruistic purposes by conscientious people, and there are perfectly legitimate, legal and philosophical reasons for wanting the financial anonymity that [bitcoin] gives, but the other reality is, if this type of currency takes off, it will be a dream for the bad guys," said Steve Santorelli, director of global outreach at Team Cymru, a Burr Ridge, IL-based Internet security firm.

By using multiple e-mail addresses and anonymous proxies to disguise their locations, criminals can open a new Bitcoin account for each transaction and ensure that their money movements are "virtually bombproof and untraceable to an investigator," said Santorelli, a former Scotland Yard cybercrime detective and a former senior manager of investigations with Microsoft's Internet Crimes Investigation Team.

Because Bitcoin users can disguise their locations while potentially transacting large sums of currency with the aid of offshore merchants and payment processors, "domestic court orders and subpoenas to pierce the transactions [are rendered] obsolete," he said.

"The decentralized, international system means that, unlike a financial institution, there is no one to serve a court order on," said Santorelli. "If this system takes off it will be virtually impossible to police it, requiring a fundamental rethink in the investigative approach."

Money from nothing

At first blush, the origin and value behind bitcoins will likely seem strange to some. Few, if anyone, has met Nakamoto, organization principal Gavin Andresen said, during a March 15 interview with EconTalk. Control of the organization is decentralized and based on the premise that all users can have a say in monetary decisions.

"The root problem with conventional currency is all the trust that's required to make it work," Nakamoto wrote in a February 2009 blog on P2P Foundation. "The central bank must be trusted not to debase the currency, but the history of fiat currencies is full of breaches of that trust."

How bitcoins work is a "step beyond any payment system I have ever seen," said Santorelli.

The currency, which is traded through software anyone can download, is not backed by precious metals or other commodities but relies on the fact that it is accepted by a group of consumers and merchants whose transactions are vetted by one another on a volunteer basis.

To obtain bitcoins, users can buy existing coins from a participating company—the currency has traded both above and below the value of a U.S. dollar—or try to win a batch of 50 newly-minted bitcoins by first solving a cryptographic puzzle with proof that other users can evaluate. The puzzles are generated by an algorithm designed to make the challenges solvable at a rate of once per 10 minutes, thus establishing a steady rate of coin “creation.”

Among other methods, the coins can be redeemed for prepaid Visa cards, PayPal credit, cash shipped via mail, digital currency used in the online site Second Life and precious metals and coins, including in pounds of pennies, according to https://en.bitcoin.it/wiki/Trade , which is hyperlinked from the organization's Web site.

The coins can also be traded between users or spent with the approximately 100 vendors currently accepting the digital money, including electronics dealers, clothing retailers and online bookstores. Among those accepting the currency are a handful of merchants purporting to sell psychoactive drugs, including heroin and LSD, and over a dozen online gambling Web sites, according to the Wiki page.

A statement on Bitcoin's Web site contends that "sometimes you just want to send money from A to B without worrying about limits and policies."

Like cash?

Checks against misuse are already built into the system, which operates as a "pretty loosely organized open source project," said Andresen, in his interview with EconTalk.

Because the software is open-source and money movements are made via a public platform that anyone can scrutinize, users have the ability, and the incentive, to check whether their peers have engaged in suspicious activity, or have tried to game the system, he said during the interview. Currently, between 5,000 and 10,000 individuals participate in the project, Andresen told EconTalk.

"Like cash, Bitcoin can be used for good, and it can be used for evil," according to Jeff Garzik, a Bitcoin developer and creator of www.BitcoinWatch.com, a Web site that follows Bitcoin's financial trends. Since transactions are public, and thus traceable, the currency is "slightly less anonymous" than cash, he said.

"In practice, this provides anonymity for the average transaction, but a government with subpoena power and the ability to perform statistical analysis may be able to track illicit bitcoin activity with a higher success rate than with hard cash U.S. dollar transactions," said Garzik.

"Every bitcoin transaction ever made is public, and the life of every bitcoin is fully recorded in public for all to see," said Garzik, referring to http://www.blockexplorer.com , a Web site that tracks each transaction by unique number. Yet penetrating beyond the number to the initiator of the transaction "would be the difficult part" of an investigation, he said.

Still, court orders may be served to bitcoin exchanges, users and other operators, ordering them to "ban" specific bitcoins if needed, he said.

Nothing stopping them

Even in instances when wrongdoing is discovered, the organization's decentralized nature would make it "extremely difficult for the government to regulate, and may require them to prosecute only individuals, rather than the system as a whole," according to Tom Kellerman, vice president of security awareness and government affairs for Core Security Technologies, a Boston-based data security firm.

Although both cash and bitcoins offer a degree of anonymity, they differ in one key aspect: how quickly they can be transported, said Kellerman. Like remittances, bitcoins can be sent across borders rapidly and with little chance of retrieval, he said.

"The speed difference is roughly that of e-mail versus conventional mail," he said.

"It avoids every reporting requirement out there, which is scary, and it's open source software, meaning someone could start their own currency, which is also scary," said Arnie Scher, Director at the New York office of BDO consulting and a former compliance manager at JP Morgan Chase.

"There's nothing preventing drug dealers from starting their own bitcoin currency - nothing," he said.

Already regulated?

In response to a request for determination for Bitcoin USA, an independent digital currency exchange company affiliated with the project, the U.S. Treasury Department referred the business to a January 2009 Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN) ruling defining digital currencies as prepaid value providers.

Bitcoin USA eventually closed, in part, because "identification requirements stopped people from completing the registration completely," according to an April 9 post on Bitcoin's main public forum. "I had a total of three people upload their documents out of all the registered people," according to the post, which cited FinCEN's ruling.

Other bitcoin exchanges have been following the FinCEN ruling "in an ad hoc manner, in an attempt to proactively comply with AML regulations," said Garzik.

Under U.S. regulations, digital currency companies are prohibited from selling or redeeming more than $1,000 per person per day without registering as a money services business (MSB) with FinCEN, and filing suspicious activity and currency transaction reports.

Registering with FinCEN would bring Bitcoin-affiliated businesses under the Bank Secrecy Act examination authority of the Internal Revenue Service, which oversees 200,000 MSBs, according to a February 2009 report from the U.S. Government Accountability Office that also noted numerous logistical hurdles the agency faced in overseeing the companies.

But even if bitcoin exchanges with high-value transactions register with FinCEN, the IRS' monitoring of Bitcoin's vendors would be "unworkable" in part because of confusion over "which part of the system to regulate" and because the IRS is already stretched thin with its current roster of MSBs, said Scher.

Spokespersons for the IRS and FinCEN declined to comment on the organization. Nakamoto and Andreson did not respond to e-mails seeking comment by press time.

Room to grow

Currently, most bitcoin users keep their transactions below the $1,000 threshold because they would prefer to avoid reporting requirements, said Garzik. "Once Bitcoin grows larger, and can profitably support MSB-registered exchanges, those will flourish," he said.

The fact that the digital currency remains relatively small is also a sign that whatever potential problems Bitcoin may face, it's still too early to worry about large-scale money laundering, said Scott Dueweke, a senior associate at Booz Allen Hamilton who studies alternative payment systems.

"When you're talking about laundering drug profits, you're talking about millions - even billions - of dollars, and that's too big of a fish for a model like Bitcoin to fry at this point," said Dueweke. A laundering scheme involving Bitcoin would still need a "complicit or willfully ignorant financial institution to move anything in useful amounts," he said.

Other digital currency businesses have met with skepticism from federal regulators.

In July 2008, the three principal directors of E-Gold, a digital currency backed by gold, pled guilty to money laundering and charges of running an unlicensed money transmitting business. The Treasury Department fined the business nearly $3 million in October 2009 for helping others evade Iran and Cuba economic sanctions.

In February 2006, New York indicted three Western Express International executives for exchanging up to $25 million in international criminal proceeds for digital currencies, including digital gold acquired from the purchase of goods with stolen credit card numbers.

"We are concerned that mechanisms such as the Internet increasingly can be used to conduct business within the United States from a foreign jurisdiction," wrote FinCEN, in a May 2009 ruling. "Use of such mechanisms may avoid both our regulations and the regulations of the foreign jurisdiction," the ruling said.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Allez je fais l'effort de poster une vidéo d'un jeune homme qui a la patience et la gentillesse de résumer clairement et posément tous les arguments habituels contre bitcoin:

Inutile de vous dire que je ne suis absolument pas convaincu par ses propos. Mais il me parait utile de prévenir les éventuels lecteurs de ce fil: bitcoin est quelque chose de nouveau tant sur le plan technique que sur le plan économique. Investir dans cette monnaie est extrèmement risqué car personne ne sait vraiment si cette monnaie aura un réel succès à long terme.

Vous voilà prévenus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Parité sur quel marché ? Où sont les boutiques acceptant le bitcoin en paiement ?

Sur MtGox essentiellement.

Il n'y a pas de boutiques ou tu peux acheter des trucs contre des bitcoins (enfin si y'en a, mais pas suffisamment pour que tu juges ça significatif amha). Par contre tu peux échanger tes bitcoins contre des dollars ou des euros, ce qui revient au même.

L'existence de telles boutiques ne t'avancerait pas à grand chose d'ailleurs pour avoir un taux EUR/BTC. Le seul marché qui donne ce taux c'est celui où tu échanges des euros contre des bitcoins. Pas celui où tu échangerais des bitcoins contre des bananes ou des miches de pain.

L'argument "je peux rien acheter avec des bitcoins" est un argument qu'on entend aussi de la part des gens qui dénigrent les métaux précieux. Ca n'est pas très pertinentt amha. Un marchand peut vendre ses produits dans la monnaie qu'il veut. Moi je peux me procurer la monnaie en question en utilisant la base d'utilisateurs de ma monnaie de prédilection. Ca fait juste un intermédiaire supplémentaire dans l'échange, mais ça reste un échange.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur MtGox essentiellement.

OK d'accord, un marché créé spécifiquement donc.

Quels sont les volumes ? Si demain je veux vendre pour 10M d'euros de bitcoins, je peux récupérer des euros en combien de temps ?

Il n'y a pas de boutiques ou tu peux acheter des trucs contre des bitcoins (enfin si y'en a, mais pas suffisamment pour que tu juges ça significatif amha). Par contre tu peux échanger tes bitcoins contre des dollars ou des euros, ce qui revient au même.

Non, ça ne revient pas au même. Une des façons d'évaluer la valeur réelle d'une monnaie est de regarder les prix du "panier d'achat de la ménagère" dans cette monnaie.

L'argument "je peux rien acheter avec des bitcoins" est un argument qu'on entend aussi de la part des gens qui dénigrent les métaux précieux.

Mais pourtant, je peux t'assurer que dans le monde, il existe bien des endroits où on peut acheter de l'immobilier, par exemple, avec de l'or. Pas forcément facile en Occident, certes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

OK d'accord, un marché créé spécifiquement donc.

Quels sont les volumes ? Si demain je veux vendre pour 10M d'euros de bitcoins, je peux récupérer des euros en combien de temps ?

Dix millions d'euros c'est à peu près le volume total de bitcoins en circulation. Donc pour l'instant le marché est beaucoup trop étroit pour supporter de telles transactions. Le volume quotidien sur MtGox tourne autour de quelques dizaines de milliers de bitcoins. Mais bon en même temps c'est une jeune monnaie hein. Laisse lui un peu de temps.

Non, ça ne revient pas au même. Une des façons d'évaluer la valeur réelle d'une monnaie est de regarder les prix du "panier d'achat de la ménagère" dans cette monnaie.

Oui ben comme une ménagère ne fait jamais ses courses avec des lingots d'or, un lingot d'or ça vaut zéro, hein?

Mais pourtant, je peux t'assurer que dans le monde, il existe bien des endroits où on peut acheter de l'immobilier, par exemple, avec de l'or. Pas forcément facile en Occident, certes.

Y'a des tas de trucs que tu peux acheter avec des bitcoins, ça n'est à mon avis pas beaucoup plus marginal que les trucs que tu peux acheter directement avec de l'or. Si tu peux acheter de l'immo avec de l'or, essaie par contre d'acheter un accès VPN avec des pièces d'or. T'auras du mal. Par contre avec des bitcoins c'est facile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dix millions d'euros c'est à peu près le volume total de bitcoins en circulation. Donc pour l'instant le marché est beaucoup trop étroit pour supporter de telles transactions. Le volume quotidien sur MtGox tourne autour de quelques dizaines de milliers de bitcoins. Mais bon en même temps c'est une jeune monnaie hein. Laisse lui un peu de temps.

Donc on ne sait pas ce que ça vaut, point.

Oui ben comme une ménagère ne fait jamais ses courses avec des lingots d'or, un lingot d'or ça vaut zéro, hein?

J'ai dit "une des méthodes". Il y en a évidemment d'autres.

Y'a des tas de trucs que tu peux acheter avec des bitcoins, ça n'est à mon avis pas beaucoup plus marginal que les trucs que tu peux acheter directement avec de l'or. Si tu peux acheter de l'immo avec de l'or, essaie par contre d'acheter un accès VPN avec des pièces d'or. T'auras du mal. Par contre avec des bitcoins c'est facile.

Le jour où il y aura au moins un million de services différents qui peuvent s'acheter avec des bitcoins, on pourra jouer à comparer. Pour l'instant, toute tentative de valoriser le bitcoin est vouée à l'échec. Le bitcoin est et reste une valeur spéculative.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc on ne sait pas ce que ça vaut, point.

Non. Les échanges sur MtGox se font avec de vrais euros sur de vrais comptes bancaires. C'est pas parce que les volumes sont faibles qu'ils sont insignifiants.

Un bitcoin vaut actuellemnt plus d'un euro pour la simple et bonne raison qu'il faut plus d'un euro pour en acheter un, et que tu peux obtenir plus d'un euro en en vendant un. C'est une réalité de marché. Il n'y a rien d'autre à dire pour affirmer qu'un bitcoin vaut actuellement plus d'un euro.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non. Les échanges sur MtGox se font avec de vrais euros sur de vrais comptes bancaires. C'est pas parce que les volumes sont faibles qu'ils sont insignifiants.

Précisément, si.

On en reparlera le jour où on pourra acheter un immeuble en Bitcoin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans la série "arguments contre bitcoin", un document assez complet rédigé par un étudiant de Yale, dans lequel il répertorie toutes les manières avec laquelle bitcoin peut échouer:

http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1817857&utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elles sont nombreuses et ce qu'il écrit me parait tout à fait valable. Je n'ai rien à y redire. Cependant je pense que bitcoin a ses chances, en tout cas je lui accorde déjà plus de confiance qu'en l'euro, quand je considère la situation macro-économique européenne, ou quand j'apprends que Mario Dhragi, ancien vice président de Goldman Sachs, est pressenti à la tête de la BCE.

A vous de voir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×