Jump to content

PS : "Prendre beaucoup plus aux gens qui gagnent beaucoup d'argent"


Recommended Posts

C'est quand même ridicule de les appeler riches.

Déjà dire que 5% des gens sont riches c'est ridicule.

Riche, c'est 1 sur mille, au strict maximum.

Ca dépend de ta courbe de répartition. la situation est très différente en fonction de si la répartition de richesse est linéaire ou exponentielle, par exemple. Hors on serait plutôt dans le deuxième cas, avec l'accroissement de l'écart-type des salaires.

Du coup il ne me semble pas abusif de dire que 5% sont "riches" dès lors où ces 5% ont une richesse en accroissement plus rapide que celui du reste de la population.

Link to comment
Guest jabial

Ce serait plutôt le contraire amha : si sa richesse s'accroissait de façon exponentielle, crois-moi il n'en serait pas à 4000 par mois. Et puis qualifier quelqu'un qui touche 40k de riche c'est vraiment se moquer du monde. Bientôt le "riche" français sera en dessous du salaire médian US.

Link to comment
Ce serait plutôt le contraire amha : si sa richesse s'accroissait de façon exponentielle, crois-moi il n'en serait pas à 4000 par mois. Et puis qualifier quelqu'un qui touche 40k de riche c'est vraiment se moquer du monde. Bientôt le "riche" français sera en dessous du salaire médian US.

Non, je parle de la courbe de richesse, pas de la richesse en elle même.

Dire qu'elle s'accroît de manière exponentielle, c'est dire que la richesse des pauvres ne bouge pas vraiment pendant que celle des richesse soulève énormément. Du coup, le fossé entre les "deux" s'agrandit tout autant. Et c'est bien ce qui est observé en France.

Alors, quelle base prendre pour le mot "riches" ? Si on regarde la domination de richesse d'un groupe sur l'autre, en prenant les 5% on a nos riches (puisqu'ils le sont fortement plus que les autres).

Quant au salaire median, pour moi il ne veut absolument rien dire. Quel est l'intérêt d'une valeur mélangeant allègrement salaires de millions d'euros et salaires de centaines d'euros ? Nul. L'écart-type, ça c'est important. Les moyennes et dispositions par tranches, ça aussi. Ces dernières (à voir sur l'INSEE) sont très intéressantes à regarder, d'ailleurs.

Sinon, on peut voir si on désigne une classe intermédiaire "bourgeoise" ou pas. :icon_up:

Link to comment
Non, je parle de la courbe de richesse, pas de la richesse en elle même.

Dire qu'elle s'accroît de manière exponentielle, c'est dire que la richesse des pauvres ne bouge pas vraiment pendant que celle des richesse soulève énormément. Du coup, le fossé entre les "deux" s'agrandit tout autant. Et c'est bien ce qui est observé en France.

Alors, quelle base prendre pour le mot "riches" ? Si on regarde la domination de richesse d'un groupe sur l'autre, en prenant les 5% on a nos riches (puisqu'ils le sont fortement plus que les autres).

Quant au salaire median, pour moi il ne veut absolument rien dire. Quel est l'intérêt d'une valeur mélangeant allègrement salaires de millions d'euros et salaires de centaines d'euros ? Nul. L'écart-type, ça c'est important. Les moyennes et dispositions par tranches, ça aussi. Ces dernières (à voir sur l'INSEE) sont très intéressantes à regarder, d'ailleurs.

Sinon, on peut voir si on désigne une classe intermédiaire "bourgeoise" ou pas. :icon_up:

Je vois que tu as mis libéral de gauche

Pour ma part j'ai toujours souhaité un monde plus juste où il n'y ait pas de pauvres (qui ne le souhaitent pas), pas de chômeurs(qui ne le souhaitent pas)…

En 1981 la gauche est arrivée au pouvoir cela a été un formidable espoir pour beaucoup d'un monde plus égalitaire. Promis juré le chômage allait s'évaporer et les inégalités se réduire. Au bout de dix ans de socialisme les inégalités ont augmenté. L'attitude qui m'avait choquée à l'époque c'est que ce constat était fait par un responsable socialiste lors d'un débat sans qu'aucune conséquence sur la politique à tenir ne soit évoquée. On constate que la politique que l'on mène abouti à l'inverse réalité de ce que l'on annonce et on continu à pratiquer à la fois la même politique et le même discours.

Ceci dit je ne prend pas pour autant position pour la droite française qui dans les faits a très souvent la même attitude que la gauche et aussi la même politique économique.

Une forte concurrence fait chuter les revenus : regarde ce qui se passe actuellement pour les agriculteurs. Ce qui font les revenus ce sont les niveaux des prix de vente. Dans une économie libre les entreprises vont rechercher à gagner le maximum d'argent. Elles vont être attirées par les secteurs qui offrent les plus forts revenus. En arrivant en nombre sur ces secteurs, elles augmentent la concurrence, font chuter les prix et font baisser les revenus. Conclusion en laissant l'économie libre on tend vers un revenu plus égalitaire. Si l'on considère que les patrons font trop de revenus par rapport aux salariés, le mieux n'est-il pas de créer son entreprise? Donc en économie libre les prix et les revenus tendent vers le bas. Conclusion les revenus tendent à s'égaliser sans que l'on ait besoin d'intervenir.

Si un système libéral fait tendre les revenus vers le bas cela peut-il conduire à la pauvreté et au chômage? Pour ma part je pense qu'il y a un risque c'est pour cela que je préconise la TVA sociale. La TVA sociale, telle que je la propose est une idée rejetée par la quasi-totalité des libéraux ici. Je pense qu'il n'ont pas fait l'effort de comprendre ce que je propose suite à un quiproquo. Cependant la TVA sociale est tout à fait inutile tant que les innovations sont suffisantes pour augmenter la richesse. L'entrepreneur qui innove est le premier sur le marché. Il peut donc pratiquer le prix qu'il veut. Bien sûr s'il est trop cher il n'aura pas de marché. Il ne peut pratiquer le prix qu'il veut que dans la mesure où il n'a pas de concurrence. Conclusion dans une économie libre ceux qui sont riches sont ceux qui innovent. C'est eux qui tirent la société vers plus de richesses. Les taxer parce qu'ils créent beaucoup de richesses, leur enlève leur envie d'innover dans les pays qui les taxent trop fortement. En tuant l'innovation cette taxation empêche à la fois la création de richesses et d'emplois.

Après avoir fortement taxé et donc finalement tué l'innovation on peut reconnaître que c'est l'innovation qui crée des emplois. Lorsqu'une entreprise a une bonne idée cela entraîne un investissement. Si mon raisonnement est juste aider à l'investissement permet-il aux entreprises d'augmenter le nombre de leurs idées ou est-il au contraire une source de taxes qui risquent de décourager l'innovation? Quel va être l'impact du grand emprunt sur l'emploi et la richesse de la France?

Link to comment
Guest jabial
Alors, quelle base prendre pour le mot "riches" ? Si on regarde la domination de richesse d'un groupe sur l'autre, en prenant les 5% on a nos riches (puisqu'ils le sont fortement plus que les autres).

Encore une fois c'est changer le sens des mots. Quand on lit "riche" on pense à quelqu'un qui roule en voiture de luxe, a des domestiques, etc, pas à un type qui est employé et le restera probablement toute sa vie. Si ces gens là t'intéressent, trouve un nouveau mot pour les qualifier, mais "riche" ne correspond simplement pas à la réalité. Tes "5%" sont dans leur majorité des contremaîtres modernes, ce sont des prolos ! Ils n'ont aucun patrimoine. Si demain ils sont au chômage de longue durée c'est la rue. Ils ne sont absolument pas dans le domaine du capital mais dans celui du travail.

La situation pour les fonctionnaires est certes différente, puisque, le chômage étant impossible, leur revenu "leur appartient" plus sûrement même qu'un patrimoine ; ainsi, leur position sociale, quoique médiocre, est assise sur des bases solides ; ils forment la petite noblesse du régime. Mais ils ne sont pas "riches" pour autant.

Au strict minimum pour être qualifié de riche il faut une différence d'un ordre de grandeur avec le salaire minimum après impôts. C'est à dire 10 fois. À moins d'être à haut niveau dans une multinationale, c'est hors de portée d'un employé.

Et puis "domination de richesse" ça ne veut rien dire du tout.

Link to comment
Et puis "domination de richesse" ça ne veut rien dire du tout.

Cela veut forcément dire quelque chose pour celui qui le dit. Il faut comprendre ce qu'il veut dire et argumenter pour lui montrer où est son erreur. S'il n'y a pas échange d'arguments il y a opposition et non débat. Le débat permet la réflexion. Il permet donc de faire évoluer les idées que nous avons sur ce qui est une bonne ou une mauvaise gestion. Ce qui est recherché par Darkt notamment c'est débattre. Donc cette réponse n'est pas satisfaisante. Elle doit être développée ou complétée par un ou plusieurs liens.

Link to comment
Cela veut forcément dire quelque chose pour celui qui le dit. Il faut comprendre ce qu'il veut dire et argumenter pour lui montrer où est son erreur. S'il n'y a pas échange d'arguments il y a opposition et non débat. Le débat permet la réflexion. Il permet donc de faire évoluer les idées que nous avons sur ce qui est une bonne ou une mauvaise gestion. Ce qui est recherché par Darkt notamment c'est débattre. Donc cette réponse n'est pas satisfaisante. Elle doit être développée ou complétée par un ou plusieurs liens.

Tout à fait, donc Darkt va préciser ce que cela veut dire.

Je n'ai pas trouvé la réponse de Jabial déplacée, il a eu l'air d'argumenter.

Link to comment
Guest jabial
Cela veut forcément dire quelque chose pour celui qui le dit.

Un peu comme la liberté cosmique vers un nouvel âge réminiscent, sans doute ?

Il faut comprendre ce qu'il veut dire et argumenter pour lui montrer où est son erreur. S'il n'y a pas échange d'arguments il y a opposition et non débat. Le débat permet la réflexion. Il permet donc de faire évoluer les idées que nous avons sur ce qui est une bonne ou une mauvaise gestion. Ce qui est recherché par Darkt notamment c'est débattre. Donc cette réponse n'est pas satisfaisante. Elle doit être développée ou complétée par un ou plusieurs liens.

46 messages au compteur et tu veux déjà réécrit la charte du forum ? Mais c'est qu'il est ambitieux, l'animal :doigt: Tu veux ma place, hein, avoue :icon_up:

Link to comment
Ben écoute, je conseille et travail pour ce genre de personnes justement. Si tu leur dis : au lieu que ton impôt soit calculé sur une assiette de 1000 je peu faire en sorte qu'il soit calculé sur une assiette de 200, donc pour un taux d'imposition de 50 % au lieu de payer 500 tu payes 100, ils sont très contents. En général, ces gens, très pragmatiques, regardent les avantages des solutions proposées et passent à autre chose. Pas trop de blabla chez eux. Ce ne sont pas eux qui passent leur temps à discuter du bouclier fiscal !

Ha ! Je vois, tu es le genre d'individu qui pleurniche (ou fait du lobbying) à la simple idée qu'on puisse envisager de simplifier la structure de l'impôt ou que l'on en abaisse le taux, au cas ou ça te ferait baisser ton chiffre d'affaire.

Heureusement qu'il y a ailleurs des fiscaliste Offshore avec un brin de moralité, ça fait la moyenne.

Link to comment
Ca dépend de ta courbe de répartition. la situation est très différente en fonction de si la répartition de richesse est linéaire ou exponentielle, par exemple. Hors on serait plutôt dans le deuxième cas, avec l'accroissement de l'écart-type des salaires.

Du coup il ne me semble pas abusif de dire que 5% sont "riches" dès lors où ces 5% ont une richesse en accroissement plus rapide que celui du reste de la population.

Si on prend un minimum de recul, il est clair que cette observation est tout simplement … fausse. Moi quand je me promène dans la rue je vois autour de moi une ville propre, 95% des passants ont un téléphone portable, l'accès aux transports est généralisée (sauf quand il y a grève bien sûr), l'espérance de vie n'a cessé d'augmenter, internet est facilement accessible (la connaissance si on veut bien se donner la peine est bien plus accessible que jamais : les grands classiques sont en libre accès par exemple) etc.

Donc les différences concrètes entre la vie des "riches" et des "pauvres" ne se mesurent pas de manière exponentielle au cours du temps. Si tu remontes un peu en arrière là tu peux observer des différences statistiques monstrueuses entre la couche supérieure et les pauvres (en terme de qualité de vie, d'alphabétisation, d'espérance de vie, de voyages dans des pays étrangers etc.). Pour reprendre une image de Schumpeter : tout le monde a gagné à la consommation de masse, pas la reine d'angleterre.

Par exemple, au niveau personnel je pense qu'à mon âge j'ai déjà fait plusieurs fois le tour du monde (au sens propre), ce n'est pas exceptionnel : quand j'étais jeune c'était incroyable. Par exemple mes parents, tous deux médecins donc niveau ++ de la société, n'étaient sortis d'europe que deux fois quand ils avaient mon âge, moi c'est deux fois par an minimum que je le fais et je suis dans une couche de revenu inférieure.

Je suis toujours frappé du fait que l'on ne se rend pas compte des conditions de vie réelles et qu'on se fixe sur des chiffres : avoir un 9 en plus sur son compte en banque (oui c'est toujours mieux de rajouter un 9 à gauche qu'un 0 à droite, autre chose qui m'étonne toujours quand on veut parler d'une grosse somme on parle d'un chèque avec plein de 0 alors que c'est tellement mieux avec plein de 9) peut ne rien signifier d'autre que de gonfler l'égo du propriétaire : ok la reine d'angleterre a un majordome, et si elle est dix fois plus riche en aura t elle dix ? sa vie sera t elle dix fois "meilleure" ? Par contre si un "pauvre" voit son revenu juste multiplié par 1,33 il va passer d'une télé pourrie à un écran plat de 1m et là son confort de vie va vraiment changer. Donc entre un multiplicateur 10 et 1/3 même si la différence est exponentielle c'est le 1/3 qui gagne dans le concret (en termes d'augmentation de la qualité de vie). La simple observation quotidienne de la condition moyenne le montre.

Link to comment
46 messages au compteur et tu veux déjà réécrit la charte du forum ? Mais c'est qu'il est ambitieux, l'animal :mrgreen: Tu veux ma place, hein, avoue :doigt:

Zut! Cela c'est vu :icon_up:

Sérieusement pour éviter toute ambiguïté, je ne souhaite pas ta place. Si Je voulais un forum adapté à mes souhaits j'en aurais ouvert sur mon portail. Je l'ai créé en 2000 et il n'y a pas de forum.

Ce que je recherche c'est d'agir avec un groupe pour modifier la société qui m'entoure. Bien sûr cette action n'a d'intérêt que si je partage un minimum d'idées avec ce groupe. Je souhaite aussi que mon action soit la plus efficace possible. Elle ne peut-être efficace que si le groupe est suffisamment important ou le devient. D'où mes suggestions.

Tu as été un des premiers à répondre à la discussion que j'ai ouverte lors de mon premier message et je t'en remercie.

http://www.liberaux.org/index.php?showtopic=43621

En ouvrant cette discussion j'ai été maladroit et je suis passé pour un protectionniste. Ce que je ne suis pas. J'ai bien vu que l'on ne comprenait pas ce que je venais faire sur ce forum et que l'on se posait des questions à ce sujet. Autre erreur de ma part je mettais des liens vers mon portail et cela a été pris pour une promotion de mon portail, pour une volonté d'imposer mes idées. En fait, en ouvrant cette discussion mon but était de connaître ce que proposaient les libéraux pour éviter que le besoin de protectionnisme monte au sein de la population française.

Les incompréhensions, l'absence d'argumentation de certains et la non lecture manifeste (ou la totale incompréhension de la part de mes interlocuteurs) des documents qu'ils me proposaient de lire m'ont conduit à me poser des questions sur l'utilité de dialoguer sur le forum. Cependant, comme j'avais au paravent lu des sites libéraux et que cela m'aidait dans ma réflexion j'ai continué à lire ce forum. En le lisant j'ai remarqué que d'une part certains se demandaient comment faire pour répandre les idées libérales et d'autres part certains poussaient vers la sortie de nouveaux inscrits qui souhaitaient en savoir plus sur le libéralisme. Ces nouveaux inscrits n'ont pas forcément des idées libérales mais s'ils comprennent ces idées ils peuvent devenir des libéraux. D'où la nécessité de se comprendre pour bien échanger.

C'est en lisant ce forum que je suis devenu climatosceptique cette semaine. Je me rends compte maintenant que j'ai relayé l'idéologie officielle en ce qui concerne le climat sur mon portail. Je vais bien sûr modifier cela.

Je pense qu'en faisant l'effort de comprendre l'argumentation des nouveaux qui ne sont pas des libéraux, il est possible de mieux leur faire comprendre ce qu'est le libéralisme. S'ils le comprennent ils peuvent l'adopter et faire connaître ensuite le libéralisme autour d'eux. Je sais bien qu'il y a plusieurs tendances libérales mais il y a un minimum commun. Je pense que réduire l'Etat fait partie de ce minimum commun.

Nous ne pouvons pas arriver à cela si nous n'avons pas ou n'élaborons pas une méthode pour élargir le groupe. En tant qu'ancien président bénévole d'une structure locale d'une association nationale de consommateurs j'ai une expérience réussie dans ce domaine. Elle était d'ailleurs sans doute trop réussie au goût de Gilbert Mitterrand maire de Libourne. C'est principalement pour échapper à une tentative de contrôler ma volonté de contribuer à faire évoluer la société française que j'ai créé mon portail Internet.

Pour ma part mon temps est précieux. La vie est courte. Je suis de moins en moins jeune. Mon objectif principal en venant ici, n'est pas de faire la promotion de mon portail, ni de défendre mes idées, ni même de réfléchir. J'ai d'autres moyens bien plus efficaces pour le faire. Mon objectif principal en venant ici c'est obtenir une réduction de l'Etat. Pour y arriver je pense qu'il est nécessaire de mobiliser le plus de monde possible. C'est pour cela que je propose de mieux écouter les nouveaux afin de faire progresser plus rapidement le nombre des libéraux.

J'ai parcouru les blogs de plusieurs membres de ce forum. Je sais bien que ceux qui sont convaincues par le libéralisme essayent de le faire connaître. Je trouve dommage que soit perdu sur ce forum des opportunités de faire avancer les idées libérales.

J'ai déjà écrit un certain nombre de messages mais je ne me suis pas encore présenté dans le sujet dédié bien que je l'ai parcouru de nombreuses fois. Je ne l'ai pas fait car je m'interroge sur l'utilité de ma participation ici.

Echanger des arguments à propos de nos différents points de vue peut m'être utile mais pour moi c'est une perte de temps si je me limite à cela. Je n'ai pas d'idéologie à imposer. J'ai juste des arguments à échanger et en fonction des arguments échangés je peux reconnaître que j'ai tord. Ce que je souhaite avant tout c'est oeuvrer pour faire évoluer notre société. Nous ne pourrons y arriver que si nous sommes suffisamment nombreux à le vouloir d'où mes remarques sur l'effort à faire pour mieux comprendre les nouveaux afin de mieux leur expliquer ce qu'est le libéralisme. Mon but est d'augmenter, ensemble, le nombre de libéraux car d'après moi c'est grâce à cela qu'il sera possible de faire évoluer la société. Ensemble nous avons plus d'idées et nous pouvons être plus efficace. Si je n'avais que pour seule volonté d'augmenter le nombre de libéraux, l'utilisation de mon portail serait suffisante. En plus l'utilisation de mon portail est le meilleur moyen pour diffuser mes opinions.

En espérant avoir été clair sur ce que je recherche ici.

Comme je viens juste de voir le message de Kassad je peux dire que son intervention va dans le sens que je souhaite. Il faudra donc que je fasse l'effort de me présenter dans le sujet dédié.

Link to comment
Encore une fois c'est changer le sens des mots. Quand on lit "riche" on pense à quelqu'un qui roule en voiture de luxe, a des domestiques, etc, pas à un type qui est employé et le restera probablement toute sa vie.

Pas tout à fait d'accord…

La notion de richesse, c'est par rapport à son propre niveau de vie. Un riche, c'est quelqu'un qui a comme argent de poche plusieurs fois ton revenu quotidien.

Un RMIste français est ainsi le riche d'au moins trois milliards de personne sur la terre. Par contre pour RMIste français un riche, c'est quelqu'un qui a un revenu de 4 ou 5 K. C'est la définition de Hollande.

Mais une personne à 2€ par jour ne perçoit pas de différence en terme de niveau de vie entre un RMIste et un cadre supérieur français.

Link to comment
Pas tout à fait d'accord…

La notion de richesse, c'est par rapport à son propre niveau de vie. Un riche, c'est quelqu'un qui a comme argent de poche plusieurs fois ton revenu quotidien.

Un RMIste français est ainsi le riche d'au moins trois milliards de personne sur la terre.

Par contre pour RMIste français un riche, c'est quelqu'un qui a un revenu de 4 ou 5 K. C'est la définition de Hollande.

Si ton idée de base est intuitivement sensée, tes chiffres sont arbitraires (ie. Pourquoi le RMI ne considèrerait-t-il pas comme riche celui qui a 3K ou 18K € de revenus ?)

Link to comment
Si ton idée de base est intuitivement sensée, tes chiffres sont arbitraires (ie. Pourquoi le RMI ne considèrerait-t-il pas comme riche celui qui a 3K ou 18K € de revenus ?)

Oui, mes chiffres sont un peu au pif. Disons qu'un RMIste ne classera pas un SMICard dans les riches. Un autre truc qui joue à mon avis beaucoup, c'est de ne pas avoir dans son entourage proche (amical ou familial pas professionnel) un "riche" ou un "pauvre".

Link to comment
Oui, mes chiffres sont un peu au pif. Disons qu'un RMIste ne classera pas un SMICard dans les riches. Un autre truc qui joue à mon avis beaucoup, c'est de ne pas avoir dans son entourage proche (amical ou familial pas professionnel) un "riche" ou un "pauvre".

De façon générale, le riche, c'est comme le con, c'est très très souvent plus l'autre que soi-même.

Link to comment

Dans un bouquin de Fiorentino dont j'ai oublié le titre (il y avait le mot "riche" dedans :icon_up: ), il mettait plusieurs définition de quelqu'un de riche, dont une qui m'avait bien plu : grosso modo, on est riche quand on peut vivre des intérêts de ses intérêts (sous-entendu, quand ton capital augmente sans que tu ne sois obligé de travailler). Ce qui place la barre autrement plus haut que là où la voulait le sieur Hollande…

Link to comment

On juge quelqu'un de riche relativement aux autres. On peut s'appauvrir relativement par rapport aux autres tout en s'enrichissant dans l'absolu. C'est une notion trop subjective pour lui donner une définition.

Link to comment
Dans un bouquin de Fiorentino dont j'ai oublié le titre (il y avait le mot "riche" dedans :icon_up: ),

"Tu seras un homme riche, mon fils"

Dans un bouquin de Fiorentino dont j'ai oublié le titre (il y avait le mot "riche" dedans :doigt: ), il mettait plusieurs définition de quelqu'un de riche, dont une qui m'avait bien plu : grosso modo, on est riche quand on peut vivre des intérêts de ses intérêts (sous-entendu, quand ton capital augmente sans que tu ne sois obligé de travailler). Ce qui place la barre autrement plus haut que là où la voulait le sieur Hollande…

Ceci posé, c'est un seuil intéressant puisqu'il est "auto-entretenu" tant qu'on ne touche pas au capital ou aux premiers intérêts.

Actuellement, ça fait, si je me rappelle bien, autour de 6 à 10 millions d'euros, je crois.

Link to comment
"Tu seras un homme riche, mon fils"

Ceci posé, c'est un seuil intéressant puisqu'il est "auto-entretenu" tant qu'on ne touche pas au capital ou aux premiers intérêts.

Actuellement, ça fait, si je me rappelle bien, autour de 6 à 10 millions d'euros, je crois.

Non je pense qu'il faut un peu plus, en tout cas avec un portefeuille sans risque à 4%

avec 20 millions on a 32000 euros par an. avec les intérêts des intérêts.

On peut, bien sûr, opter pour des portefeuilles plus dynamiques et plus risqués.

Link to comment
"Tu seras un homme riche, mon fils"

Ceci posé, c'est un seuil intéressant puisqu'il est "auto-entretenu" tant qu'on ne touche pas au capital ou aux premiers intérêts.

Actuellement, ça fait, si je me rappelle bien, autour de 6 à 10 millions d'euros, je crois.

J'aurais dit qu'un seul million suffit.

Link to comment
1 000 000 x 0.03 = 30 000

30 000 / 12

= 2500

C'est pas mal quand même :icon_up:

Tu suppose que tu a 3% d'interets au dessus de l'inflation (ce qui est déjà pas mal) et que tu n'a pas de taxes :doigt:

Link to comment
En 40 ans de carrière une personne qui gagne le SMIC gagne aux alentours de 500 000 euros.

Et elle donne 500 000 euros à l'Etat. Si elle avait son salaire complet, elle aurait été millionnaire.

Ce qui fait dire dans l'émission "on n'est pas couché" de Laurent Ruquier l'autre samedi à tous ses invités et sur une suggestion de notre ami Zemmour qu'il faudrait empêcher aux français d'emmener leur argent à l'étranger et bloquer les frontières pour éviter ce qu'il s'est passé en 81 quand Mittérand accéda au pouvoir.

Sans oublier qu'à l'époque, Rocard avait interdit aux Français qui partaient à l'étranger d'embarquer plus de 2000 francs pour financer leur séjour. :icon_up:

Link to comment
Ce qui fait dire dans l'émission "on n'est pas couché" de Laurent Ruquier l'autre samedi à tous ses invités et sur une suggestion de notre ami Zemmour qu'il faudrait empêcher aux français d'emmener leur argent à l'étranger et bloquer les frontières pour éviter ce qu'il s'est passé en 81 quand Mittérand accéda au pouvoir.

C'est plutot une idée d'Alévêque justement contestée par Zemmour non ?

Link to comment
Guest rogermila
Plus la droite vire à gauche et plus la vermine socialiste revient à ses fondamentaux.

Fabius donne même des interviews pour faire croire que (si la gauche revient au pouvoir), ils vont sérieusement s'attaquer aux déficits.

Le hic c'est qu'on voit pas très bien comment les déficits vont diminuer avec les mesures "pipeau" qu'il propose.

L'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius, dans l'hypothèse où la gauche reviendrait au pouvoir, propose de combattre les déficits avec des mesures "ciblées et offensives" telles que la suppression des "cadeaux fiscaux de la droite" et des investissements "dans la compétitivité par le haut, celle de l'innovation, de l'industrie verte, de la formation, des PME".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/04/…s-de-fabius.php

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...