Jump to content

Recommended Posts

La voiture présente une utilité, on ne va pas demander à une personne de ne pas aller au boulot sous prétexte que son engin pollue. Par contre, demander à un fumeur de faire quelques pas le temps de griller sa clope dans la salle fumeurs, Ça ne fait de mal à personne.

Accessoirement, concernant la voiture, le marché libre fait que la diminution de pollution est un atout de vente. Concernant la clope, l'autorégulation ne marchait pas, ou au mieux très mal.

Toute marchandise à son utilité, elle-même déterminée par ses acquéreurs. Vouloir déterminer arbitrairement quelle marchandise a une utilité, quelle marchandise réponds à un besoin "réelle" ou autres pignouferies de ce genre, c'est laisser la porte ouverte à toutes sortes d'abus vis-à-vis des libertés individuelles.

De surcroît, le tenancier du bar/restaurant/café ou du moins son propriétaire devrait avoir le choix d'accueillir la clientèle qu'il souhaite. L'interdiction de fumer dans les lieux publics tient presque de la violation dudroit de propriété et de jouir de cette dernière comme le propriétaire l'entends.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai lu presque tout le fil et j'en conclus que le tabac pose un vrai challenge au libéralisme classique :

  • d'un coté, la liberté individuelle empecherait l'Etat d'interdire de fumer ;
  • de l'autre, on sait maintenant que la fumée dans des salles fermées comme les bars/resto/bureaux où des non-fumeurs passent 8h par jour peut provoquer des maladies mortelles au bout de plusieurs années.

Donc un Etat libéral ( :icon_aime2: ) n'interdirait ni ne surtaxerait le tabac ou le cannabis, mais serait forcé de limiter son usage dans les endroits clos ? Ou alors juste là où le risque de mort est évident : une salle de chirurgie, une usine fabricant des explosifs, etc ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un Etat libéral ne se mèlerait pas de réglementer ce qui se passerait entre adultes consentants dans un espace privé. Evidemment, dans les bureaux de l'administration, l'Etat établit le règlement intérieur qu'il souhaite. Je ne vois vraiment pas le problème que la clope (ou l'alcool) poserait au libéralisme classique, et qui ne pourrait être résolu par les voies du droit commun…

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai lu presque tout le fil et j'en conclus que le tabac pose un vrai challenge au libéralisme classique :

  • d'un coté, la liberté individuelle empecherait l'Etat d'interdire de fumer ;
  • de l'autre, on sait maintenant que la fumée dans des salles fermées comme les bars/resto/bureaux où des non-fumeurs passent 8h par jour peut provoquer des maladies mortelles au bout de plusieurs années.

Donc un Etat libéral ( :icon_aime2: ) n'interdirait ni ne surtaxerait le tabac ou le cannabis, mais serait forcé de limiter son usage dans les endroits clos ? Ou alors juste là où le risque de mort est évident : une salle de chirurgie, une usine fabricant des explosifs, etc ?

Les non fumeurs qui passent 8h dans les bars ou restaurants sont généralement employés par ces derniers. Ils ont choisi de travailler dans ces lieux en toute connaissance de cause, et en acceptent donc les corollaires.

Pour les autres lieux, style bureaux etc, il suffirait de demander au fumeur de s'éloigner ou d'ouvrir une fenêtre, pas besoin d'appeler l'Etat-maman à la rescousse.

Bref, je ne vois pas où se situe le challenge. Il y a ceux qui habituellement se réclament de la liberté mais qui dans ce cas précis nient la responsabilité et l'intelligence de l'Homme pour rejoindre la masse dans la chasse aux sorcières qui est faîtes aux fumeurs, et les autres qui comprennent bien que, comme toute minorité, les fumeurs ne peuvent et ne doivent être soumis à la dictature de la majorité par le biais de l'Etat et de diverses lois liberticides.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne comprends pas pourquoi le principe du "c'est le proprio qui fixe les règles" ne s'applique pas. Si le lieu est fumeur-friendly, les non-fumeurs peuvent toujours aller voir ailleurs ou bien monter leur bar non fumeur (ou se trouver de nouveaux amis s'ils ne peuvent pas se passer d'une clope de temps à autres). Si les gens dérangés sont si nombreux que cela, ils n'auront pas de mal à trouver des bars non-fumeurs. Je ne pensais pas qu'il y avait un droit aux sorties au restaurant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si les gens dérangés sont si nombreux que cela, ils n'auront pas de mal à trouver des bars non-fumeurs.

Le fait est que ça ne marchait pas, et pour une raison évidente: avec 50/50 de fumeurs/non fumeurs, aucun patron de commerce ne va prendre le risque de faire partir 50% de sa clientèle.

Pourtant… Si demain, la mode de porter des manteaux d'amiante apparaît. Que ces manteaux diffusent en permanence leurs particules nocives, que 50% des gens les trouvent quand même cool et les portent. Que tous les commerces privés en sont envahis, et que les non-porteurs n'ont d'autre choix que de subir dès qu'ils sortent… C'est exactement la même situation qu'on avait avec la clope. Et il y a effectivement un problème, car contre la liberté de choisir intervient la destruction de la liberté des non-porteurs à sortir sans se faire "agresser". Donc problème.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le fait est que ça ne marchait pas, et pour une raison évidente: avec 50/50 de fumeurs/non fumeurs, aucun patron de commerce ne va prendre le risque de faire partir 50% de sa clientèle.

Et ben, c'est dommage, c'est la vie. Restez à la maison. Portez des casquettes en aluminium, etc.

Aller au bar, c'est pas un droit de l'homme. La "liberté" du non-fumeur à aller au bar, ça n'existe pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et il y a effectivement un problème, car contre la liberté de choisir intervient la destruction de la liberté des non-porteurs à sortir sans se faire "agresser". Donc problème.

Dans ce cas, pourquoi est-ce interdit de fumer des cigarettes électroniques dans les lieux privés accueillant du public ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le fait est que ça ne marchait pas, et pour une raison évidente: avec 50/50 de fumeurs/non fumeurs, aucun patron de commerce ne va prendre le risque de faire partir 50% de sa clientèle.

Pourtant… Si demain, la mode de porter des manteaux d'amiante apparaît. Que ces manteaux diffusent en permanence leurs particules nocives, que 50% des gens les trouvent quand même cool et les portent. Que tous les commerces privés en sont envahis, et que les non-porteurs n'ont d'autre choix que de subir dès qu'ils sortent… C'est exactement la même situation qu'on avait avec la clope. Et il y a effectivement un problème, car contre la liberté de choisir intervient la destruction de la liberté des non-porteurs à sortir sans se faire "agresser". Donc problème.

Sauf que depuis la loi la fréquentation à baissé à moins que le bar ait une terrasse.

Avant le problème était extrêmement mineur et les gens s'en tamponnaient le coquillard. Mais puisqu'on en a fait un problème national alors c'est devenu un problème.

Tu pourrais arrêter d'inventer des droits continuellement aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans ce cas, pourquoi est-ce interdit de fumer des cigarettes électroniques dans les lieux privés accueillant du public ?

Parce que comme à chaque fois qu'il fait quelque chose, l'Etat et ses politiciens hystériques se sentent obligés d'aller dans l'excès le plus stupide, le tout soutenu par des gens qui pensent la politique comme une bonne grosse religion binaire ?

Sauf que depuis la loi la fréquentation à baissé à moins que le bar ait une terrasse.

Moi j'avais plutôt vu que la fréquentation avait augmenté, justement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et ben, c'est dommage, c'est la vie. Restez à la maison. Portez des casquettes en aluminium, etc.

Aller au bar, c'est pas un droit de l'homme. La "liberté" du non-fumeur à aller au bar, ça n'existe pas.

+1.

Sinon, de tous les aspects gratuitement répressifs et hygiénistes qui me gênent, les pires sont la quasi-impossibilité pour un bar de créer un club privé (pourtant l'Amicale des amateurs de cigare ne serait pas un lieu où un non-fumeur se retrouverait par hasard, non ?) et l'interdiction de fumer des clopes électroniques en intérieur.

De plus, avoir jeté les fumeurs à la rue est ridicule. J'habite à côté d'un PMU, des cas sociaux passent leur journée à fumer en bas de ma fenêtre et l'odeur de tabac, au lieu d'être dans le troquet, est chez moi. Logique, quoi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Même quand on est d'accord avec cette interdiction, on ne peut pas ignorer deux conséquences débiles :

— Terrasses chauffées et à moitié fermées, gaspillage énorme d'énergie

— Bruits dans la rue le soir, et le bar étant tenu responsable, il devient ultra parano

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le fait est que ça ne marchait pas, et pour une raison évidente: avec 50/50 de fumeurs/non fumeurs, aucun patron de commerce ne va prendre le risque de faire partir 50% de sa clientèle.

C'est pas évident du tout. Les marchés de niche, c'est pas fait pour les chiens (surtout une niche aussi énorme que 50% de la population, dans ce cas les magazines féminins ne devraient pas exister).

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas évident du tout. Les marchés de niche, c'est pas fait pour les chiens (surtout une niche aussi énorme que 50% de la population, dans ce cas les magazines féminins ne devraient pas exister).

Et y a qu'à voir le nombre d'adresses "gay friendly". Non, c'est juste que la majorité des non fumeurs s'en fout, mais qu'une minorité gueule beaucoup.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petit hors sujet : J'ai passé une soirée avec des hippies mystico-méditatifs il n'y a pas longtemps, du genre végétaliens qui ne mettent jamais de chaussures, et ils m'expliquaient que l'attitude et le rapport qu'on entretient avec son propre corps change la manière dont celui-ci réagit au monde extérieur.

Ainsi, bien que non fumeurs, ils estimaient que la culpabilisation des fumeurs et le matraquage de "fumer tue" aggravait le problème de santé publique posé par la cigarette. En se persuadant que la fumée c'est mal, on oblige le corps à "mal réagir" à la fumée.

Du coup, les victimes du tabagisme passifs sont entièrement responsables de leurs problèmes de santé, et les militants le sont de la mort des fumeurs.

:dentier:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et ben, c'est dommage, c'est la vie. Restez à la maison. Portez des casquettes en aluminium, etc.

Aller au bar, c'est pas un droit de l'homme. La "liberté" du non-fumeur à aller au bar, ça n'existe pas.

Euh, tu plaisantes ? C'est peut-être le seul droit de l'Homme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Euh, tu plaisantes ? C'est peut-être le seul droit de l'Homme.

Surtout s'il n'a pas de femme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avant la loi il était bien entendu impossible de sortir de chez soi sans se faire enfumer. Donc pour les personnes ayant des soucis aux poumons: impossible de sortir. La situation était donc basiquement: suppression de la liberté pour une partie des gens de profiter d'une partie des commerces de la ville.

Pour un mec qui met Rand et Bastiat en refs, tu réalises que tu viens de nationaliser les commerces de la ville ?

Parce que s'ils sont privés, ils font ce qu'ils veulent chez eux.

Si, si.

Profiter d'un commerce n'est pas un droit, c'est une relation commerciale ; et une relation commerciale forcée, ça n'existe pas.

On n'a même plus le droit de faire des bars réservés aux fumeurs, sauf à n'y avoir aucun employé. Je vois donc bien la future niche commerciale : le bar à narghilé tenu par une famille d'immigrés, tous associés. Et en plus une cotisation à payer à l'année, double bénéfice.

Et bien sûr de bonnes vitres bien transparentes pour que ça se voie bien de la rue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Surtout s'il n'a pas de femme.

Mais si il a une femme , ce droit peut vite être réduit !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non. Si ça le les dérange, c'est eux qui se déplacent pour le signaler.

Dis-moi, tu n'as donc aucune notion élémentaire de savoir-vivre ?

En l'occurence, c'est ce que je faisais quand j'étais fumeur.

Mais je me souviens avoir clairement vu des personnes d'autres tables en terrasse qui étaient incommodés par ma fumée et qui n'osaient rien me dire.

Et du coup, j'ai ensuite changé de politique. Je fumais dans les bars où tout le monde fumait, mais pas en terrasse (à cause du vent) et pas dans les restaurants.

C'était ma notion du savoir vivre en matière de tabac.

Mais si il a une femme , ce droit peut vite être réduit !

ça c'est loin d'être automatique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans mes bras Librekom !

(de la part d'un non fumeur assez facilement indisposé)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans mes bras Librekom !

(de la part d'un non fumeur assez facilement indisposé)

Si tu te choisi un Avatar je veux bien :mrgreen:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouais, c'est trop viril de mettre un objet cylindrique dans sa bouche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Interdire le tabac, enfin une proposition courageuse…

http://www.attali.com/actualite/blog/socia…diator-le-tabac

Bientôt on va interdire la drogue…

25% de fumeurs, c'est 25% d'électeurs. On peut toujours se mettre le doigt dans l'oeil pour que ça soit interdit. Enfin, il faudra attendre le gouvernent mondial d'Attali :mrgreen:

Si non moi-même je pense qu'il faudrait faire les choses ainsi :

L'interdire dans la rue

Le rendre légal dans les lieux "publiques", qui sont en fait privés puisqu'ils appartiennent à des particuliers (bar, boites ect)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Déjà que c'est interdit dans les gares et que tout le monde s'en fout, alors dans la rue, j'attends de voir en me gaussant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Déjà que c'est interdit dans les gares et que tout le monde s'en fout, alors dans la rue, j'attends de voir en me gaussant.

De toute façon ça n'arrivera jamais pour des raisons électorales. Et même sur le plan pratique : interdire quelque chose pratiquer régulièrement par un quart de la population, a fortiori si c'est une drogue, c'est un coup à faire une émeute.

Mais on peut toujours rêver… Rien de plus insupportable que de passer devant un fumeur un plein jogging :angry2:

Share this post


Link to post
Share on other sites
De toute façon ça n'arrivera jamais pour des raisons électorales. Et même sur le plan pratique : interdire quelque chose pratiquer régulièrement par un quart de la population, a fortiori si c'est une drogue, c'est un coup à faire une émeute. Mais on peut toujours rêver… Rien de plus insupportable que de passer devant un fumeur un plein jogging :angry2:

Rien de plus insupportable que de voir des gens faire un jogging en pleine inspiration sur une clope entre deux bières. Surtout que les trois quarts ne savent pas courrir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Puis-je rappeler que le programme des puritains, dont les disciples s'ébattent ici, comprenait également l'interdiction du café, du thé, de l'alcool, du théatre, de la fornication hors intention procréatrice, du blasphème , de tout amusement dominical etc. ?

Quant à la guerre contre les fumeurs, c'est une initiative des fameux libéraux du parti national-socialiste , dont l'histoire se trouve dans l'ouvrage de l'historien américain Robert N. Proctor La guerre des nazis contre le cancer ( trad. frse, Paris, 2004 ).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...