Jump to content

Graeberisation de l'audit


Neomatix

Recommended Posts

Il y a 16 heures, Mathieu_D a dit :

Et je ne vous parle pas du scoring lcbft (blanchiment et lutte contre le financement du terrorisme) que nous sommes obligés de mettre en place et qui nous bouffe plusieurs etp.

C'est vraiment un des trucs contemporains les plus affligeants, ça. Non seulement ça emmerde tout le monde (compliance pénible, formations inutiles, etc.) mais en plus c'est une complète hypocrisie. Ca n'a évidemment rien à voir avec le financement du terrorisme (dont l'essence même est son accessibilité, sans besoin de financement, donc) mais purement avec la répression internationale des enfers fiscaux comme la France ou les US.

Il y a 17 heures, poney a dit :

de ce que j'ai compris son analyse est plus complexe que "on invente des jobs à la con pour donner du travail" (Graeber est gaucho, comment pourrait-il imaginer que le capaitalisme claque du pognon pour ça ?).

Il justifie ça en disant que les managers gardent des positions inutiles pour flatter leur ego et augmenter leur pouvoir (une analyse qu'on retrouve aussi dans Yes Minister). Il y a aussi les problèmes de conflits d'intérêts (e.g. l'allocation des dommages entre les défendants, après un procès), de gestion du pouvoir, etc.

Malgré son côté gros gauchiste, il arrive quand même à une analyse proche de la nôtre sur l'aspect croissant "rent seeking" de l'économie (p. 191) :

Révélation

The results were not just some sort of recalibration or readjustment of existing forms of capitalism. In many ways, it marked a profound break with what had come before. If the existence of bullshit jobs seems to defy the logic of capitalism, one possible reason for their proliferation might be that the existing system isn't capitalism-or at least, isn't any sort of capitalism that would be recognizable from the works of Adam Smith, Karl Marx, or, for that matter, Ludwig von Mises or Milton Friedman. It is increasingly a system of rent extraction where the internal logic-the system's "laws of motion:' as the Marxists like to say-are profoundly different from capitalism, since economic and political imperatives have come to largely merge.

Citation

Il parle aussi de ce que tu pointes : la bureaucratisation, l'explosion des taches qui font perdre le sens général de ce qu'on fait, la complexité grandissante du monde, la dilution de la responsabilité, ...

Je pense qu'il écrit justement que ce n'est pas à cause de la complexité (qui aboutit légitimement à des jobs administratifs, qui ne sont qu'en partie bullshit). Bon après, il y a une bonne partie de "célafotalafinance" parsemé ici et là. Il ne fait pas la distinction entre les différents métiers de la finance (*), arrive avec ses gros sabots de gauchiste et met tout dans un même panier donc c'est assez peu pertinent.

 

(*) par exemple, les banques dépositaires et certaines activités des cabinets d'audit sont effectivement complètement bullshit.

 

Edit : j'ai envie de créer un fil là-dessus. En partie aussi pour continuer à chier sur les cabinets d'audit. Faudrait split si un modo passe par là.

Link to comment
il y a 33 minutes, Neomatix a dit :

 

Malgré son côté gros gauchiste, il arrive quand même à une analyse proche de la nôtre sur l'aspect croissant "rent seeking" de l'économie (p. 191) :

 

Ce qui n'est pas totalement étonnant pour quelqu'un qui se revendique anar

 

il y a 33 minutes, Neomatix a dit :
  Révéler le contenu masqué

 

intéressant merci

  • Yea 1
Link to comment
il y a 55 minutes, Sekonda a dit :

(j'ai hésité avec "Neomatix veux chier sur les cabinets d'audit")

Ben ça va commencer comme ça :mrgreen:

 

J'avais déjà évoqué ici le grand n'importe quoi du rapport fourni à l'UE par EY qui allait à l'encontre de, voire ignorait totalement, l'état de la science en matière de gouvernance d'entreprise et de prétendu "court-termisme" des actionnaires. Feedback.

 

Plus récemment, le WEF publie un White Paper préconisant un reporting sur la création de valeur "durable", préparé conjointement par les big 4 (EY, KPMG, Deloitte, PwC). Dedans on peut y lire (p. 49) :

Citation

There is emerging evidence that purpose-led firms outperform their peers in terms of shareholder value (note 32)

Quand on clique sur la (note 32), ça redirige vers un article dont la première phrase dit l'exact opposé :

Citation

Despite countless studies, there has never been conclusive evidence that socially responsible screens deliver alpha.

 

J'ai l'impression que ces cabinets poussent pour augmenter la quantité de normes à respecter, de rapports à publier, de compliance à auditer, quitte à être complètement malhonnêtes dans le process. Ils chercheraient à augmenter leur rente, peu importe le résultat de leur action.

  • Yea 1
  • Contrepoints 1
Link to comment
il y a 7 minutes, ttoinou a dit :

Y'a pas une explication basée sur le principe de Peter ou le principe de Parkinson aussi ?

Ca c'est du management interne à une organisation. On peut estimer qu'une organisation soucieuse de son efficience, avec un département RH dédié, serait consciente de ces phénomènes et chercherait à les éviter. Or, même dans des grosses boîtes à but lucratif, le problème demeure.

Citation

Du coup Graeber, à lire ou à éviter ?

Ca se lit vite, ça se case bien en dîner mondain et c'est très pertinent par moments, imo.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...