Jump to content

Recommended Posts

C'est loin d'être rare, les fautes :jesaispo:

 

Je peux passer sur une faute d'orthographe "simple", genre une double consonne oubliée. Mais une faute de grammaire* dans un jugement, c'est inacceptable.

 

* "à un caractère discrétionnaire"

 

Link to comment

Quand le greffier ne rédige pas, ce sont les conseillers qui s'y collent.
Ce peut être un ouvrier syndiqué, ce peut être un coiffeur, ce peut être une réceptionniste, une femme de ménage, un ingénieur...(cela dépend de la section)

L'orthographe est donc aléatoire. La grammaire aussi. Et la syntaxe.

Link to comment

Si tu prouves que l'employeur a plusieurs salariés homosexuels, avec qui tout se passe bien, déjà, c'est un premier pont.

 

Après le "Je suis pas raciste, je mange du couscous j'ai un ami noir.", maintenant le "Je ne suis pas homophobe, j'emploie un pd." ?

 

Sinon je note que le topic évolue : maintenant il ne s'agit plus uniquement de toutes les nouvelles qui concernent de près ou de loin les femmes, on parle aussi des homosexuels.

Link to comment

Après le "Je suis pas raciste, je mange du couscous j'ai un ami noir.", maintenant le "Je ne suis pas homophobe, j'emploie un pd." ?

Non mais c'est pas possible...

Ce n'est pas la question de savoir si le monsieur est homophobe ou pas, le CPH s'en tamponne gaiement (et moi avec) mais si le licenciement en résulte.

Et s'il emploie des homos, il y a de fortes chances que ce ne soit pas le cas.

Link to comment

Après le "Je suis pas raciste, je mange du couscous j'ai un ami noir.", maintenant le "Je ne suis pas homophobe, j'emploie un pd." ?

 

Sinon je note que le topic évolue : maintenant il ne s'agit plus uniquement de toutes les nouvelles qui concernent de près ou de loin les femmes, on parle aussi des homosexuels.

 

Ni l'indignation, ni l'ironie ne font un raisonnement juridique.

Une discrimination en raison de l'orientation sexuelle nécessite de démontrer qu'on place une personne ou un groupe de personnes dans une situation différenciée par rapport à un ensemble, cette mesure étant fondée sur l'orientation sexuelle.

 

 

De là, si trucmuche pleurniche qu'il est discriminé pour une raison X, il faut le comparer aux autres salariés non-X. Le but : déterminer s'il y a une "situation différenciée".

Une fois ceci fait, tu détermines le fondement de cette différence de traitement. A ce stade, comparer les salariés dans des situations identiques à trucmuche avec l'ensemble est logique.

 

Ainsi, si trucmuche pleurniche être discriminé parce qu'il est gay, tu le compares aux autres salariés non-gay.

S'il y a une situation différenciée, tu regardes le sort des autres gays dans l'entreprise (si l'échantillon le permet...).

S'ils subissent une situation différenciée par rapport aux non-gays, c'est un indice fort de l'existence d'une discrimination.

S'ils ne subissent pas une situation différenciée par rapport aux non-gays, peut-être que trucmuche n'a pas été victime d'une discrimination fondée sur l'orientation sexuelle (à ce stade, il n'y a aucune certitude).

D'où l'étape deux : chercher ailleurs l'origine de la différence de traitement.

En l'espèce, il ressort des éléments fournis par la presse que le salarié en question était médiocre et refusait d'effectuer certaines tâches.

D'où rupture de période d'essai.

 

Savoir si l'employeur a utilisé un mot tabou n'est d'aucune utilité si ce mot tabou n'a rien à voir avec la rupture.

 

S'indigner et provoquer l'indignation est facile. Faire de l'ironie aussi. Démontrer que la demande de versement de milliers d'euros de préjudice (alors qu'on a un seul mois d'ancienneté) est fondée l'est beaucoup moins.

 

EDIT : ah, c'était une blague, hum...

Link to comment

Non mais c'est pas possible...

Ce n'est pas la question de savoir si le monsieur est homophobe ou pas, le CPH s'en tamponne gaiement (et moi avec) mais si le licenciement en résulte.

Et s'il emploie des homos, il y a de fortes chances que ce ne soit pas le cas.

 

Ni l'indignation, ni l'ironie ne font un raisonnement juridique.

Une discrimination en raison de l'orientation sexuelle nécessite de démontrer qu'on place une personne ou un groupe de personnes dans une situation différenciée par rapport à un ensemble, cette mesure étant fondée sur l'orientation sexuelle.

 

 

De là, si trucmuche pleurniche qu'il est discriminé pour une raison X, il faut le comparer aux autres salariés non-X. Le but : déterminer s'il y a une "situation différenciée".

Une fois ceci fait, tu détermines le fondement de cette différence de traitement. A ce stade, comparer les salariés dans des situations identiques à trucmuche avec l'ensemble est logique.

 

Ainsi, si trucmuche pleurniche être discriminé parce qu'il est gay, tu le compares aux autres salariés non-gay.

S'il y a une situation différenciée, tu regardes le sort des autres gays dans l'entreprise (si l'échantillon le permet...).

S'ils subissent une situation différenciée par rapport aux non-gays, c'est un indice fort de l'existence d'une discrimination.

S'ils ne subissent pas une situation différenciée par rapport aux non-gays, peut-être que trucmuche n'a pas été victime d'une discrimination fondée sur l'orientation sexuelle (à ce stade, il n'y a aucune certitude).

D'où l'étape deux : chercher ailleurs l'origine de la différence de traitement.

En l'espèce, il ressort des éléments fournis par la presse que le salarié en question était médiocre et refusait d'effectuer certaines tâches.

D'où rupture de période d'essai.

 

Savoir si l'employeur a utilisé un mot tabou n'est d'aucune utilité si ce mot tabou n'a rien à voir avec la rupture.

 

S'indigner et provoquer l'indignation est facile. Faire de l'ironie aussi. Démontrer que la demande de versement de milliers d'euros de préjudice (alors qu'on a un seul mois d'ancienneté) est fondée l'est beaucoup moins.

 

EDIT : ah, c'était une blague, hum...

Ce n'était pas une remarque sérieuse. :icon_wink:

Mesdames messieurs, Liborg.

Sinon je note que le topic évolue : maintenant il ne s'agit plus uniquement de toutes les nouvelles qui concernent de près ou de loin les femmes, on parle aussi des homosexuels.

Tu joues sur les mots, fondamentalement c'est tout pareil.
Link to comment

C'est marrant, ma première impression en lisant le SMS est que le destinataire originel faisait partie des autres employés homosexuels et que c'était une plaisanterie entre eux.

Link to comment

Plus une politicienne est moche, plus elle est de gauche.

http://newsroom.ucla.edu/releases/the-gop-has-a-feminine-face-finds-238867

 

"Female politicians with stereotypically feminine facial features are more likely to be Republican than Democrat, and the correlation increases the more conservative the lawmaker's voting record,"

 

 

Novlangue SJW : une femme n'est pas belle, elle a des traits stéréotypés…

:facepalm:

Link to comment

Pas eu le temps de tout lire mais ça ressemble à un excellent papier sur les feministes studies

https://zilsel.hypotheses.org/2343

 

Une vraie sociologue qui raconte des trucs scientifiques sur le féminisme. Je suis choqué.

 

Sa thèse a l'air trop kewl :  "Sociologie des sciences en microgravité. Une approche par les missions spatiales habitées."

 
Link to comment

C'est ce que je me tue à dire sur ce forum.

On y lis des avis méga tranchés sur la sociologie de la part de gens qui n'y connaissent rien et confondent les cartes blanches de Libération avec la discipline entière. ( c'est le cas ailleurs qu'ici d'ailleurs)

Link to comment

Ça semble intéressant mais la mise en page de leur pdf pique vraiment les yeux. Deux colonnes c'est trop demander ? :crying:

 

J'ai lu la moitié sur mon smartphone..

 

C'est abordable pour un non-initié en sociologie ? :jesaispo:

Déjà que ça "selon une analytique obsidionale",  ça n'a aucun rapport avec l'obsidienne, je suis déçu.

 

Oui, c'est plus un truc de philo d'ailleurs.

C'est abordable à n'importe qui ayant fait des études universitaires je dirai.

Link to comment

C'est ce que je me tue à dire sur ce forum.

On y lis des avis méga tranchés sur la sociologie de la part de gens qui n'y connaissent rien et confondent les cartes blanches de Libération avec la discipline entière. ( c'est le cas ailleurs qu'ici d'ailleurs)

 

tu peux developper s'il te plait?

Link to comment

Obsidionale c'est l'adjectif qui correspond à Voldemort.

Jim : c'est assez simple. Les pétitionnaires militant de la goooche sous couvert de sociologie qu'on lis partout représentent genre 10% de la profession.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...