Jump to content

Prézidentielles 2012, la suite


Présidentielle 2012  

95 members have voted

  1. 1. Si le premier tour des élections présidentielles françaises avait lieu aujourd'hui, pour qui voteriez vous?

    • Nathalie Arthaud (LO)
    • Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche)
      0
    • François Hollande (PS)
      0
    • Eva Joly (EE Les Verts)
      0
    • François Bayrou (Modem)
    • Hervé Morin (Nouveau Centre)
      0
    • Christine Boutin (PCD)
    • Nicolas Sarkozy (UMP)
      0
    • Nicolas Dupont-Aignan (DLR)
    • Marine Le Pen (FN)
    • Frédéric Bastiat (bastiat2012.fr)
    • Vote blanc
    • Je m'abstiendrai de voter
  2. 2. Comment vous déterminez-vous pour le choix du candidat (ou de ne pas voter)?

    • Opinions politiques (le moins éloigné du libéralisme)
    • Sympathie vis-à-vis du candidat
    • Provocation (volonté de perturber le système actuel)
    • Au hasard
    • Le moins pire
    • Autre


Recommended Posts

Tu crois que Jean-Luc a entendu parler de la courbe de Laffer ?

Peut-être, mais dans la version socialiste où le pic est à 80%. Si on lui pose la question, il répondra qu'il y a encore tout plein de marge.

Link to comment

L'agenda flambien dévoilé.

A côté de cette recette gigantesque, la seconde mesure, immédiatement palpable pour les familles, serait une gratification donnée aux électeurs pour avoir voté socialiste : l’augmentation de 25 % de l’allocation de rentrée scolaire. Rapprochons maintenant le coût de cette deuxième mesure des recettes de la première. L’allocation de rentrée scolaire a engendré une charge budgétaire pour l’Etat de 1,49 milliard d’euros en 2011. Ainsi, la promesse hollandaise se chiffre, immédiatement, à 372,5 millions d’euros. 186 fois l’économie permise par la baisse des rémunérations gouvernementales ! Cette simple comparaison des deux premières mesures de l’agenda en dit long sur l’équilibre en recettes et en dépenses du projet Hollande !

Et le plus inquiétant est que, souvent, les premières ne sont pas chiffrées. Ainsi, le blocage du prix des carburants pour trois mois ouvre une boîte de Pandore si d’aventure le cours du brut a la fâcheuse idée de continuer sur sa lancée.

On sait comment on entre dans une logique de blocage mais on ne sait jamais comment on en sort. Trois mois sont vite passés. Le gouvernement compensera-t-il alors les pertes de recettes des compagnies pétrolières ? Qu’importe, les législatives seront derrière nous.

D’autres symboles sont certes moins coûteux, comme la possibilité immédiate pour les sexagénaires ayant commencé à travailler à 18 ans et ayant 41 années de cotisations de partir à la retraite à 60 ans. Sachant que les dispositifs «carrières longues» de MM. Raffarin et Woerth le permettaient déjà pour ceux qui ont travaillé à 17 ans, l’impact sera très faible mais permettra de faire croire aux plus naïfs que la retraite à 60 ans est de retour.

De même, les coups de menton adressés à l’Europe sous la forme d’un mémorandum sur la croissance ne mangeront pas de pain. Ils ne règleront rien à la question de fond : François Hollande osera-t-il provoquer une crise avec les Allemands et les agences de notation en renonçant à la règle d’or budgétaire ? Mais, là encore, peu importe, les urnes auront rendu leur verdict.

2 - Une fois passé ce blitzkrieg électoraliste, viendrait la seconde étape, entre le 3 juillet et le 2 août, sous la forme d’une session extraordinaire du parlement.

On retrouve alors le flou général des 60 propositions de François Hollande, dont seuls quelques détails se détachent avec précision, à portée purement symbolique. S’agissant des niches fiscales par exemple, il n’est question que du «plafonnement ou de la suppression de niches». On appréciera le passage du «des» au «de».

Les «surtaxes sur les banques et les compagnies pétrolières» ne sont pas quantifiées. Il faut dire que ces super-méchants de la finance et des carburants, dans le «comics» socialiste, auront déjà du fil à retordre avec les blocages et plafonnements qu’on voudra leur imposer. Idem pour le fameux taux de l’IR à 75 %, dont l’agenda se garde bien de rappeler son inconstitutionnalité quasi certaine, laquelle a contraint le candidat socialiste à préciser récemment qu’il s’accompagnerait d’un nouveau bouclier fiscal.

Bah ! Tout se règlera par la parlote. On convoquera donc une énième «grande conférence pour la croissance et l’emploi» et on ouvrira un «débat national sur la transition énergétique», manière de botter en touche sur la question délicate de la fermeture progressive de centrales nucléaires. Et n’oublions pas ce sommet de novlangue : la « mise en place de la commission de préparation de l’acte II de l’exception culturelle» ! Cette commission de préparation sera-t-elle précédée d’un comité préparatoire ?

Le seul objectif un tant soit peu chiffré de cette phase sera le lancement de recrutements dans l’éducation nationale, dans le cadre des 60 000 postes prévus en cinq ans. En revanche, rien n’est dit sur les ministères et administrations où des emplois seront détruits, puisque l’objectif du maintien global des effectifs de la fonction publique est réaffirmé.

3 - S’ouvrirait alors le troisième temps de la valse et tous les autres chantiers promis par le candidat socialiste, jusqu’en juin 2013.

Les annonces s’entrechoquent et les dispositifs se chevauchent. Le vocabulaire à connotation gauchisante, sans doute pour faire pièce à Jean-Luc Mélenchon, se superpose à des mesures ayant pour vocation de renforcer le clientélisme local. Ainsi, l’invocation fort imprécise de «la lutte contre les licenciements boursiers et les restructurations sauvages» ou celle d’énigmatiques «contrats de relocalisation» amusent la galerie quand le renforcement des sanctions pour non-respect de la loi SRU en matière de logements sociaux, la capacité donnée aux régions d’investir dans les entreprises ou la suppression du conseiller territorial tendent à conforter beaucoup plus concrètement les gros bataillons d’élus socialistes et à élargir leurs clientèles.

Les lois mauvaises du marché sont conjurées pour la fixation des loyers ou la tarification dans les hôpitaux. Et les recrutements dans l’éducation et la justice se poursuivent, toujours sans aucune économie mentionnée ! Il en faudra, de la croissance, pour convaincre le monde que les finances publiques de la France seront équilibrées en 2017 !

http://www.atlantico…8.html?page=0,2

Pour rappel, le taux de chômage en Corrèze était inférieur à 5% en 2007 (François Hollande préside le Conseil général de Corrèze depuis 2008) et se situe aujourd’hui à plus de 6,8%. Autre exemple : les dépenses de fonctionnement du Conseil général ont explosé en quatre ans de présidence Hollande (+29,8%), passant de 193 millions d’euros à 252 millions d’euros. En parallèle, les dépenses d’investissement (qui doivent amorcer la croissance de nos territoires) ont baissé de 55,6% depuis son élection à la tête du département.

Link to comment

Peut-être, mais dans la version socialiste où le pic est à 80%. Si on lui pose la question, il répondra qu'il y a encore tout plein de marge.

Le programme de Mélanchon prévoit une tranche à 100% à partir de 360.000€/an. Et tout le programme économique se base sur l'idée que les hauts revenus taxés à ce taux continueront à travailler comme avant pour reverser calmement tout leur excédent à l'Etat et qu'il n'y aura aucun exil fiscal. Même sans Laffer, un peu de bon sens permet de voir que c'est délirant.

En parlant de Mélanchon, une vidéo où il enchaine d'autres délires économiques :

- Non, les services publics ne coutent pas chers…puisque c'est les riches qui paient

- Puisque les services publics sont peu chers (voir point 1), les gens vont pouvoir dépenser leur argent ailleurs : dans les loisirs qui ne seront pas (encore) nationalisés.

- Chaque sou donné à un fonctionnaire est reversé dans l'économie (puisque les fonctionnaires sont tous pauvres), contrairement aux gens riches qui l'épargnent. Ben oui, l'épargne, ça sert à rien en économie, c'est bien connu.

Et le passage en or :

"Si vous me donnez 1000€, je les met en placement parce que j'ai assez pour vivre. Mais vous les donnez à une autre personne, elle aura assez pour vivre, parce que c'est un SMIC"

La charité privée, un concept totalement étranger pour la gauche apparemment…

Link to comment

Ce n'est pas que c'est étranger, c'est que c'est sale. Un tansfert de A vers B rappelle à B son inégalité avec A. Et B est honteux de recevoir.

Alors que la solidarité étatique, c'est un dû monsieur. A donne à B ce qu'il lui doit et B doit le réclamer le cas échéant. L'égalité, et l'honneur, sont saufs.

Link to comment

L'agenda flambien dévoilé.

http://www.atlantico…8.html?page=0,2

Il est donc à peur près clair que Atlantico roule pour les socialistes de droite.

Free jazz : si Hollande annonce une hausse de 25% de l'allocation de rentrée scolaire, c'est parce que ses amis hauts fonctionnaires lui ont dit que c'est une bonne idée (par exemple, car cela redonne du pouvoir d'achat et diminue le nombre d'impayés chez EDF, les OPHLM, etc.).

Ainsi, l'ami de Atlantico, Sarkoko, si il est réélu en mai, je l'annonce tout de suite, fera EXACTEMENT la même chose. La seule différence, c'est que le taux sera peut-être de 20%, ou de 30%, et que ce sera peut-être avant les vacances scolaires, ou un peu après.

C'est tout. Sarkoko recevra le même ordre de la technocratie française.

Bref : free jazz, la politique française n'est plus gouvernée par les idées depuis la démission du général de Gaulle.

Link to comment

Bah, c'est pas nouveau qu' Atlantico roule pour la droite. Après, certains articles sont pas mal du tout.

Sinon, le plus drôle, ce sont les réactions dans l'article du Nouvel Obs concernant le krash économique de la France si Méchancon passe.

Vraiment, je sais que ça peut paraître dégueulasse, mais j’espère tellement que Méluch' sera président, qu'il fera tout ce qu'il a dit et que la France se pétera la gueule. Comme Mittérand. Il fera marche arrière très vite, tout le monde re-comprendra que ces conneries socialistes mènent à la ruine et a la pauvreté. Et derrière ça, on aurait peut-être 40 ans de libéralisme en France.

Link to comment

Bah, c'est pas nouveau qu' Atlantico roule pour la droite. Après, certains articles sont pas mal du tout.

Sinon, le plus drôle, ce sont les réactions dans l'article du Nouvel Obs concernant le krash économique de la France si Méchancon passe.

Vraiment, je sais que ça peut paraître dégueulasse, mais j’espère tellement que Méluch' sera président, qu'il fera tout ce qu'il a dit et que la France se pétera la gueule. Comme Mittérand. Il fera marche arrière très vite, tout le monde re-comprendra que ces conneries socialistes mènent à la ruine et a la pauvreté. Et derrière ça, on aurait peut-être 40 ans de libéralisme en France.

Après les 14 ans de mitterrandisme, on a eu 17 ans de social-démocratie plus ou moins molle.

Link to comment

tout le monde re-comprendra que ces conneries socialistes mènent à la ruine et a la pauvreté.

Tu es naïf.

Et derrière ça, on aurait peut-être 40 ans de libéralisme en France.

Tu es vraiment très naïf ;)

Link to comment

Je sais tout ça, mais je suis très optimiste.

Je reconnais que la politique du pire à ses défauts, mais je ne vois pas d'autres façon de s'en sortir, je me demande même si je vais pas voter PTB en Belgique.

Link to comment

Serge Federbusch est l'éditorialiste le plus libéral d'Atlantico, je ne vois pas le pb. Surprise : l'agenda de Hollande est socialiste…après qu'il n'ait pas les moyens de l'appliquer c'est une autre question. De 81 à 83 il a fallu la menace de faillite imminente pour revenir à un peu de réalisme. Mais les contraintes ont changé. Combien de temps faudra-t-il avant de s'aligner sur les réformes espagnoles et italiennes? Nul ne le sait. Ce qui est sûr c'est que Flamby ne fera plier ni Merkel, ni les marchés.

En tout cas si Atlantico roule à droite, il reste ouvert à une assez grande diversité de points de vue.

Contrairement à Libé, où il y a du rififi tant cela se voit un peu trop que ce canard est devenu un satellite du PS.

http://24heuresactu….infeodes-au-ps/

Link to comment

Je sais tout ça, mais je suis très optimiste.

Je reconnais que la politique du pire à ses défauts, mais je ne vois pas d'autres façon de s'en sortir, je me demande même si je vais pas voter PTB en Belgique.

non, il faut voter PS, c'est les seuls capables d'obtenir une majorité absolue et faire es dégat suffisant pour bien dégouter les gens

Link to comment

Vraiment, je sais que ça peut paraître dégueulasse, mais j’espère tellement que Méluch' sera président, qu'il fera tout ce qu'il a dit et que la France se pétera la gueule. Comme Mittérand. Il fera marche arrière très vite, tout le monde re-comprendra que ces conneries socialistes mènent à la ruine et a la pauvreté. Et derrière ça, on aurait peut-être 40 ans de libéralisme en France.

On peut l'espérer mais comme le démontre l'épisode Mittérand les gens n'ont absolument rien compris. Ils ont cru que les quelques petites privatisations entamées étaient un virage vers le libéralisme, alors que ce ne fut qu'un épisode d'interruption vers plus d'étatisme.

Je tiens à souligner que nous sommes peut-être le seul pays au monde, du moins en Occident où parmi les 4 premiers dans les sondages on trouve l'extrême droite et l'extrême gauche représentés, et que les deux autres mous reprennent une partie de leurs thèmes. Chapeau. Là je crois qu'on n'a pas fini de toucher le fond.

Imaginez après les législatives que le PS soit obligé de faire alliance avec le front de gauche au gouvernement…mondieumondieu.

Link to comment

avec le vote électronique ce n'est plus possible. Tu peux voter blanc mais c'est tout.

Tu es sûr ? j'ai entendu récement que ça n'est pas possible.

A propos de Mélanchon, aujourd'hui j'ai lu, via Google info, un article du Nouvel Obs qui traite son programme de déconnant

Bon, j'ai trouvé ça pas mal, quand même

Me demandez pas le lien blush.gif

ça n'a pas duré longtemps. Vu la tournure des commentaires ils ont vite enlevé le "déconnant" et laisser "détonnant"…

Ptete bin que c'est réaliste.

Mais la cerise sur le gâteau, le truc henaurme qui me plierait en 4 de rire : Sarkozy annonce une dissolution de l'assemblée nationale, pensant obtenir une majorité… et se vautre comme Chirac.

Si je comprend bien une dissolution permet de mettre fin prématurément au mandat de la chambre du parlement et convoque les électeurs à une élection législative anticipée. Si la majorité du parlement appartient au camp opposé, l'objectif de la manœuvre est de reconquérir la majorité. Si c'est bien ça, alors pourquoi Chirac l'avait fait en 1997 avec un parlement du même bord politique que lui ? aussi, en cas de défaite, le gouvernement doit forcément être recomposé avec des membres de l'opposition ?

Link to comment

Je tiens à souligner que nous sommes peut-être le seul pays au monde, du moins en Occident où parmi les 4 premiers dans les sondages on trouve l'extrême droite et l'extrême gauche représentés, et que les deux autres mous reprennent une partie de leurs thèmes. Chapeau. Là je crois qu'on n'a pas fini de toucher le fond.

En fait la Russie a aussi ce "privilège" avec un parti communiste second parti politique du pays et un parti ultranationaliste camouflé sous le nom "Parti Libéral Démocrate" (Cela ne s'invente pas…) :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_lib%C3%A9ral-d%C3%A9mocrate_de_Russie

Link to comment

Si je comprend bien une dissolution permet de mettre fin prématurément au mandat de la chambre du parlement et convoque les électeurs à une élection législative anticipée. Si la majorité du parlement appartient au camp opposé, l'objectif de la manœuvre est de reconquérir la majorité. Si c'est bien ça, alors pourquoi Chirac l'avait fait en 1997 avec un parlement du même bord politique que lui ? aussi, en cas de défaite, le gouvernement doit forcément être recomposé avec des membres de l'opposition ?

En 1997, rien ne va plus pour la coalition de droite qui dispose d'une écrasante majorité à l'assemblée mais qui a mécontenté toute la populace (grèves générales de la fonction publique en hiver 95, essais nucléaires impopulaires, ventes d'entreprises publiques…). Plus le temps passe, plus les sondages donnent la gauche gagnante en 98. Chirac dissout l'assemblée pour prendre de vitesse la gauche en imposant le calendrier et en raccourcissant la campagne. Raté…

aussi, en cas de défaite, le gouvernement doit forcément être recomposé avec des membres de l'opposition ?

Le 1er ministre est nommé par le président et lui soumet la liste des ministres qui composeront le gouvernement.

Link to comment

Bon, les enfants, lâchez-vous, c'est ici que ça se passe :

http://www.politic-watch.com/

Les rédacteurs de ce beau projet (qui n'est encore buzzé nulle part) comptent sur vos remarques et vos liens pour chacune des catégories et des candidats présentés.

ôte moi d'un doute, je pouvait linker sur Facebook ou pas encore ? Parce que je viens de le faire donc si il faut je supprime mon lien.

Link to comment

La dernière pignouferie de la campagne est signée dupont gnangnan :D

http://www.elle.fr/Societe/News/Nicolas-Dupont-Aignan-lance-l-idee-d-un-label-Femmes-Hommes-1980060

Mettre en place « un label HF ou FH, le label Femmes-Hommes. Ce label, certifié par l'Etat, changerait les comportements des consommateurs. » Imaginez : un tube de dentifrice estampillé « FH » sera la preuve que l'entreprise qui l'a fabriqué respecte l'égalité entre ses employés :wallbash:
Link to comment

En 1997, rien ne va plus pour la coalition de droite qui dispose d'une écrasante majorité à l'assemblée mais qui a mécontenté toute la populace (grèves générales de la fonction publique en hiver 95, essais nucléaires impopulaires, ventes d'entreprises publiques…). Plus le temps passe, plus les sondages donnent la gauche gagnante en 98. Chirac dissout l'assemblée pour prendre de vitesse la gauche en imposant le calendrier et en raccourcissant la campagne. Raté…

Voilà, il y a aussi le type "droit dans ses bottes", Jupé, qui est de plus en plus impopulaire au point que certains députés et proches de Chirac réclament sa tête. La question était de savoir s'il fallait juste changer de premier ministre, ou dissoudre à cause des mauvais sondages pour 98. Chirac hésite beaucoup, et finit par décider de dissoudre en prétextant le besoin d'un vote de confiance pour relancer les réformes.

Link to comment

Ca reste quand même la mesure la moins antilibérale parmi toutes celles proposées pour régler le "problème" de l'inégalité salariale.

C'est vrai mais je trouve que là ça deviens ridicule: après le label made in france, le label HF-FH et après ? un label " république citoyenne et festive" ? :dentier:

Link to comment

ôte moi d'un doute, je pouvait linker sur Facebook ou pas encore ? Parce que je viens de le faire donc si il faut je supprime mon lien.

T'inquiète, ça peut commencer à leaker :)

Link to comment

C'est vrai mais je trouve que là ça deviens ridicule: après le label made in france, le label HF-FH et après ? un label " république citoyenne et festive" ? :dentier:

Le ridicule ne tue pas, mais l'étatisme… Je pense que le concept de labélisation peut avantageusement montré une "véritable volonté politique d'agir" sans pour autant faire du socialisme. Vous êtes contre les OGM? Voilà un label "sans OGM". Vous êtes communiste, voilà un label "scop". Il est temps que l'action politique devienne un bien de consommation comme un autre.

Link to comment

Sinon, le plus drôle, ce sont les réactions dans l'article du Nouvel Obs concernant le krash économique de la France si Méchancon passe.

Vraiment, je sais que ça peut paraître dégueulasse, mais j’espère tellement que Méluch' sera président, qu'il fera tout ce qu'il a dit et que la France se pétera la gueule. Comme Mittérand. Il fera marche arrière très vite, tout le monde re-comprendra que ces conneries socialistes mènent à la ruine et a la pauvreté. Et derrière ça, on aurait peut-être 40 ans de libéralisme en France.

Ceux qui doivent brûler des cierges en espérant la défaite de Hollande, ce sont les élus socialistes, qui anticipent déjà une solide branlée aux municipales/régionales de 2014. C'est tellement plus facile de se faire réélire quand la droite est à l'Elysée.

Link to comment

Hé ben, la palme du traquenard est à attribuer au magazine Elle :

Les choses ont mal commencé pour François Bayrou. Deuxième candidat à répondre aux questions du magazine ELLE à Sciences Po, le président du MoDem a buté dès le début lorsqu’il a dû s’expliquer sur sa proposition de réserver les piscines aux femmes pendant des créneaux horaires.

« Si des femmes, pas seulement musulmanes, veulent un créneau pour aller à la piscine sans être vues par des hommes, cela ne me gêne pas », avait-il en effet déclaré le 6 mars. « N’y a-t-il pas un risque de dérive communautariste ? », interroge Valérie Toranian, directrice de la publication de ELLE. « Franchement, non. Il y a des femmes, l’âge ayant fait ce qu’elles sont… » Indignation et protestation dans la salle. François Bayrou a du mal à finir sa phrase et commence doucement à s’enfoncer. « Je n’accepte pas que vous riez », lance-t-il à la salle tout d’un coup agitée. Et d’enfoncer le clou péniblement dans un brouhaha diffus : « Vous êtes toutes en pleine jeunesse… Mais il y a des femmes qui pèsent plus lourd que d’autres et qui ne veulent pas être exposées au regard des hommes à la piscine. Vous ne voulez pas l’entendre. Mais moi, ça ne gêne pas. Je ne trouve pas cela indécent. » Le candidat centriste évoque alors le cas de Lille où deux matinées par semaine, des couloirs de natation étaient réservés aux femmes entre 2002 et 2009.

:lol:

Nathalie Arthaud, qui représente Lutte Ouvrière à la présidentielle, a enflammé la salle lors de sa prestation. Troisième candidate à prendre la parole lors de cette journée organisée à Sciences Po, Nathalie Arthaud a ponctué son intervention de phrases fortes qui ont suscité à de nombreuses reprises les applaudissements du public.

[..]

Et quand il s’agit de l’égalité salariale, en plus de souhaiter la mobilisation des travailleurs pour obliger les entreprises à respecter leurs engagements en la matière, Nathalie Arthaud lâche une véritable bombe : « Et pourquoi pas la prison ? », s’interroge-t-elle, faisant ainsi référence aux patrons qui n’appliquent pas les lois existantes. « Il y a des jeunes qui sont en prison pour beaucoup moins que ça », s’insurge-t-elle, avant de proposer cette alternative pour tous ceux qui ne respecteraient pas les lois concernant le droit au logement, entre autres. « Les gens qui ne respectent pas la loi doivent être sanctionnés, ce sont des récidivistes », conclut la candidate selon qui les « droits essentiels, quand on est exploité, sont d’avoir un emploi, un salaire digne, un toit sur sa tête ».

:lol:

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...