Jump to content

Recommended Posts

Etant donné que la température ne montera pas dans les prochaines décennies, je pense qu'ils s'en sortiront en disant que le CO2 s'est évaporé...

 

Pardon je m'autocite mais cette histoire de moins de CO2 que prévu, plus d'absorption etc prend un peu d'ampleur et j'ai bien l'impression que c'est une belle porte sortie qu'ils se ménagent...

http://www.tdg.ch/savoirs/sciences/vegetaux-s-adaptent-mieux-rechauffement/story/11317989

Link to comment

On a des stats sur les formations d'origine des contributeurs aux rapports du GIEC ? (j'ai vaguement l'impression qu'on retrouvera une foultitude de gens spécialisés en maths appliquées qui ont trouvé rigolo de faire mumuse avec des gros modèles, mais sans avoir une formation en physique géologique suffisante).

Link to comment

Pardon je m'autocite mais cette histoire de moins de CO2 que prévu, plus d'absorption etc prend un peu d'ampleur et j'ai bien l'impression que c'est une belle porte sortie qu'ils se ménagent...

http://www.tdg.ch/savoirs/sciences/vegetaux-s-adaptent-mieux-rechauffement/story/11317989

Pardon, je m'autocite aussi, parce que j'avais déjà évoqué cette étude ^^

 

(cliquer sur la flèche la bas --------------------------------------------------------->

 

 

Link to comment

http://www.thegwpf.com/trends-in-extreme-weather-events-since-1900-an-enduring-conundrum-for-wise-policy-advice/

 

It is widely promulgated and believed that human-caused global warming comes with increases in both the intensity and frequency of extreme weather events. A survey of official weather sites and the scientific literature provides strong evidence that the first half of the 20th century had more extreme weather than the second half, when anthropogenic global warming is claimed to have been mainly responsible for observed climate change. The disconnect between real-world historical data on the 100 years’ time scale and the current predictions provides a real conundrum when any engineer tries to make a professional assessment of the real future value of any infrastructure project which aims to mitigate or adapt to climate change. What is the appropriate basis on which to make judgements when theory and data are in such disagreement?

Link to comment

Ca depuis que je le dis punaise. Il suffit de se pencher sur quelques archives pas trop anciennes.

En Méditerranée, il y a de bons historiques et ce que je vois, c'est que la moitié de certains cartons de l'époque transformeraient les quelques cas de ces dernières années (Cote d'Azur 2015, Montpellier 2014, Var 2010, Nîmes 2005, Gard 2002, Aude 1999) en averses rafraîchissantes...

 

Par exemple :

http://pluiesextremes.meteo.fr/1900-09-29/inondation-de-valleraugue.html

Ou l'on a 950mm/10h. Le plus gros des épisodes que je cite plus haut, c'est 700mm/24h, >1 milliard de dégats directs et 24 morts. On imagine bien que 250mm de plus en 14 heures de moins, ça va piquer.

Pour info, à Paris, il tombe à peu près 700mm/an.

 

Ou encore l'automne 1907, mythique :

http://www.keraunos.org/actualites/faits-marquants/1900-1949/pluies-intenses-inondations-crues-automne-1907-episode-mediterraneen-cevennes-languedoc-roussillon.html

 

Pour Nîmes, la même histoire qui se répète sans cesse à travers les âges :

http://www.nemausensis.com/Nimes/inondations/StatInondations.htm

 

Pour l'Ardèche, en 1890, le Pont d'Arc avec de l'eau presque au sommet...

Petite crue :

ptdarc.jpg

 

Crue de 1890 :

Pont-dArc-Crue-1890-1024x708.jpg

 

Pour l'Ardèche :

http://aiguezeacoeur.blogspot.ch/2014/09/les-crues-delardeche-son-debit-moyen-au.html

http://pluiesextremes.meteo.fr/media/upload/18900923/Inventaire_pluies_ardeche_CG07.pdf

 

Pour le Vidourle, un petit turbulent qui embête fréquemment les riverains :

http://www.nemausensis.com/Gard/vidourlades/vidourlades.htm

 

J'en passe et des meilleures... Mais chaque fois qu'il tombe trois gouttes, c'est la faute au CO2.

Du coup imaginez un peu avec les cyclones ou l'historique est dégueulasse...

Prétendre tracer une évolution des événements extrêmes est stupide. De fait, s'ils sont extrêmes, on n'a pas beaucoup de données. Déjà que pour le climat, quelques décennies de valeurs journalières sont limite limite pour comprendre quelque chose... alors si le bouzin se produit tous les 15 ou 20 ans... voilà la qualité de la population :(

 

https://www.contrepoints.org/2014/12/10/190848-climat-deluge-peur-et-manipulation

 

Link to comment

Je croyais avoir déjà relayé cette étude, mais non. Ca fait seulement un mois mais j'ai l'impression qu'elle est sortie il y a une éternité.

 

edit :

C'était une des sources de cet article :

http://www.nature.com/news/global-warming-hiatus-debate-flares-up-again-1.19414#/b2

Qui parlait bien des contradictions entre différentes études.

 

Link to comment

Oui, résumé des épisodes précédents:

 

  1. La NOAA a publié dans Nature un papier pause-buster
  2. Il y a eu de la résistance interne sur la méthode, en particulier l'usage des entrées d'eau de refroidissement de navires pour ajuster les bouée argo (qui marchent très bien)
  3. L'article fait à la va-vite fut publié en dépit du bon sens
  4. Un certain nombre whistleblowers internes à la NOAA ont sonné l'alarme
  5. Le député Lamar Smith a lancé une enquête avec demande FOIA de partage de correspondance NOAA
  6. Ça pue tellement que même un type comme Michael Mann ressent le besoin de couvrir des arrières (et pourtant, publier des conneries et magouiller en petit comité, s'il y en a bien à qui ça ne fait pas peur, c'est lui).

PS: Bien sûr nous ne pouvons pas constater les points ci-dessus car nous ne pouvons avoir le niveau pour comprendre la science du climat. 

 

Voili voilou. 

  • Yea 1
Link to comment
  • 3 weeks later...

Alors que les populations de gloutons semblent augmenter, une juge fédérale retourne la décision d'une agence de ne pas la lister parmi les espèces en danger parce qu'elle serait menacée par le changement climatique. Le fait de lister l'espèce ne la protège que de la chasse, de l'empoisonnement et du développement, pas du réchauffement climatique :

http://www.perc.org/articles/how-wolverine-spotted-owl

Link to comment

Où est placée la station météo de Toulouse ?

A l'aéroport :

C'est le cas de beaucoup de stations...

Mais tout va bien.

 

La station est au milieu d'une "plate bande" (non goudronnée) d'au moins  3 hectares. Vous êtes vraiment surs que la présence des pistes a un impact significatif ?

 

(et notez quand même que le cadrage n'est pas neutre ... )

https://www.google.fr/maps/place/A%C3%A9roport+Toulouse-Blagnac/@43.6187774,1.3718233,673m/data=!3m1!1e3!4m2!3m1!1s0x0:0x66f417d01d8268f6

Link to comment

La station est au milieu d'une "plate bande" (non goudronnée) d'au moins  3 hectares. Vous êtes vraiment surs que la présence des pistes a un impact significatif ?

 

(et notez quand même que le cadrage n'est pas neutre ... )

https://www.google.fr/maps/place/Aéroport+Toulouse-Blagnac/@43.6187774,1.3718233,673m/data=!3m1!1e3!4m2!3m1!1s0x0:0x66f417d01d8268f6

Pfiouh je travaille tous les jours avec des données météo et je peux te dire que s'il y a une variable qui est sensible à un pet d'écureuil, c'est la température.

Link to comment

Quand tu mesures des "anomalies" en centièmes de degré C, des tuyères de turbines à gaz portent assez loin, il me semble.

Effectivement. D'habitude, la puissance thermique dégagée par les infrastructures et les véhicules est négligable mais dans le cas des avions, ça peut faire dans les 150 MW de puissance thermique concentrées au même endroit et dispersés dans l'environnement immédiat. C'est significatif.

Pfiouh je travaille tous les jours avec des données météo et je peux te dire que s'il y a une variable qui est sensible à un pet d'écureuil, c'est la température.

Ok

----

Après, en théorie, les biais liés à la puissance dégagée par les avions, ou même ce qui est du à la présence des tarmacs, on devrait pouvoir le retrouver dans les données.

Link to comment

Quand tu mesures des "anomalies" en centièmes de degré C, des tuyères de turbines à gaz portent assez loin, il me semble. 

 

J'aurais plutôt tendance à trouver ça négligeable non ? Ou alors on aurait des pics de chaleur liés aux pics d'activité dans l'aéroport.

 

A mon avis, le principal problème c'est l'albédo des pistes. Ça vaudrait le coup de comparer avec d'autres stations à Toulouse.

 

Link to comment

J'aurais plutôt tendance à trouver ça négligeable non ? 

 

Tu le fais exprès ? On nous annonce L'ANNEE LA PLUS CHAUDE DE TOUS LES TEMPS !!! pour quelques centièmes et tu te ramènes encore la bouche en fraise en disant que c'est négligeable ? Qu'est-ce que tu en sais, de toutes façons ? 

 

Aux autres (ceux qui essaient d'avoir une discussion intelligente) oui, le goudron ou ciment ou les bâtiments amène de gros biais. N'oubliez pas qu'on prend chaque jour min + max /2, c'est tout. Les puits de chaleur qui affectent le minimum ont donc un role disproportionné. 

Link to comment

La station est au milieu d'une "plate bande" (non goudronnée) d'au moins  3 hectares. Vous êtes vraiment surs que la présence des pistes a un impact significatif ?

 

(et notez quand même que le cadrage n'est pas neutre ... )

https://www.google.fr/maps/place/A%C3%A9roport+Toulouse-Blagnac/@43.6187774,1.3718233,673m/data=!3m1!1e3!4m2!3m1!1s0x0:0x66f417d01d8268f6

 

Le cadrage n'est pas neutre mais il n'en reste pas moins que sauf à avoir un vent pile de nord-ouest (dans le vert) la dermographie de toutes les communes aux alentours doit expliquer pas mal de chose:

 

(exemple de Colomier)

 

bca5381ae4ffded7d66553b4e5a09c11.png

 

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...