Jump to content
Librekom

Saint Martin, sa vie, son oeuvre

Recommended Posts

Si tout est subjectif ce forum n'a aucun intérêt.

Share this post


Link to post
Share on other sites

le bien et le mal sont ils subjectifs?

Vous avez 2 heures

Un souchien qui critique la vie de Mahomet sans prendre en compte le contexte est-il équivalent à un liborgien qui fait de même avec Saint-Martin ?

Vous avez 2 minutes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si tout est subjectif ce forum n'a aucun intérêt.

 

 

je crois etre objectivist (c'est comme ca qu'on dit?) pour moi l'escalavage ne justifie pas par l'epoque a laquelle il a ete pratiqué. 

Detruire des temples c'est pareil. 

 

Pour moi la seule chose qui peut defendre Saint Martin c'est ce que tu m'a repondu. (en gros, c'etait apres conversion et avec le consentement des concrnés).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un souchien qui critique la vie de Mahomet sans prendre en compte le contexte est-il équivalent à un liborgien qui fait de même avec Saint-Martin ?

Vous avez 2 minutes.

 

Même du temps de Momo, égorger des prisonniers qui s'étaient rendus et faire assassiner un poète qui avait écris un truc sur vous, c'était déjà pas vraiment considéré comme "bien".

 

Et faudrait quand même être clair: être critique de l'islam ou de son prophète ne fait pas obligatoirement de vous un "souchien" fan de Marxine et du troisième reich, contexte ou pas contexte.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

je crois etre objectivist (c'est comme ca qu'on dit?) pour moi l'escalavage ne justifie pas par l'epoque a laquelle il a ete pratiqué. 

Detruire des temples c'est pareil. 

 

Pour moi la seule chose qui peut defendre Saint Martin c'est ce que tu m'a repondu. (en gros, c'etait apres conversion et avec le consentement des concrnés).

 

Cela dépend. Si tu prends l'idée globale, le côté "théorique", effectivement.

 

Si on parle de faits historiques, il est dommage de ne pas prendre en compte le contexte historique.

A titre d'exemple, Thomas Jefferson était probablement l'un des présidents les plus libéral et progressiste qui soit concernant l'esclavage et la traite des noirs. Ce qui ne l'a pas du tout empêché d'avoir des esclaves dans sa demeure de Monticello.

 

La question était tellement complexe à l'époque qu'il a réussit à faire adopter certaines réformes (en Virginie notamment) là où il avait échoué au niveau du Congrès.

T'as même un article WP consacré sur le sujet : https://en.wikipedia.org/wiki/Thomas_Jefferson_and_slavery

 

Egalement l'article sur T.J. sa vie, son oeuvre considéré comme "de qualité" en fr: https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Jefferson

Share this post


Link to post
Share on other sites

le bien et le mal sont ils subjectifs?

 

 

Non mais c'est quand même difficile de juger les gens en dehors de tout contexte, et ce contexte évolue beaucoup dans le temps.

Peu être quand dans 100 ans tu sera considéré comme un monstre parce que tu manges des animaux (ou pas).

 

Ceci dit effectivement les victimes de saint Martin devaient bien se rendre compte que ce qu'il faisait c’était mal, même a l’époque.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La responsabilité morale et pénale vient avec la maturité. Les anciens étaient collectivement moins matures sur la question de l'esclavage. Maintenant qu'il est facile de maturer sur cette question, la responsabilité n'est plus la même.

Les plus coupables sont donc ceux qui étaient plus matures que les autres (et qui par ailleurs les ont poussé vers la maturité). Ils n'ont pas eu le courage d'accorder leurs actes et leurs idées et c'est là une faute morale. Les pragmatiques sont donc moralement coupables par nature, CQFD.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non mais c'est quand même difficile de juger les gens en dehors de tout contexte, et ce contexte évolue beaucoup dans le temps.

Peu être quand dans 100 ans tu sera considéré comme un monstre parce que tu manges des animaux (ou pas).

 

Ceci dit effectivement les victimes de saint Martin devaient bien se rendre compte que ce qu'il faisait c’était mal, même a l’époque.

Bah non puisqu'elles étaient convaincues par la parole !

 

Saint Martin, le saint à l'épée

fleshandblood1.jpg

 

Bon sinon, les premiers paragraphes de l'article parlent de saint martin.

https://assr.revues.org/17883

En gros un illuminé qui arrive pour galvaniser la foule afin de détruire leur temple, qui se fait tej' à coup de pierre et qui revient la nuit pour y foutre le feu quand même.

 

Sur les destructions chrétiennes en général, petit article :

http://www.academia.edu/3637977/La_fureur_iconoclaste_des_chr%C3%A9tiens

 

" Ce fanatisme oblige même l'empereur Théodose II, le 9 avril 423, à promulguer une loi visant à protéger les païens contre les violences des chrétiens"

 

 

Les plus coupables sont donc ceux qui étaient plus matures que les autres (et qui par ailleurs les ont poussé vers la maturité). Ils n'ont pas eu le courage d'accorder leurs actes et leurs idées et c'est là une faute morale. Les pragmatiques sont donc moralement coupables par nature, CQFD.

Que... quoi ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Que... quoi ?

"Abolir l'esclavage ce serait super mais c'est utopique, donc je trouve plein d'argument contre l'abolition de l'esclavage et je me contente de dénoncer les mauvais traitement que subissent certains esclaves, les autres doivent accepter la réalité".

Share this post


Link to post
Share on other sites

La responsabilité morale et pénale vient avec la maturité. Les anciens étaient collectivement moins matures sur la question de l'esclavage. Maintenant qu'il est facile de maturer sur cette question, la responsabilité n'est plus la même.

Les plus coupables sont donc ceux qui étaient plus matures que les autres (et qui par ailleurs les ont poussé vers la maturité). Ils n'ont pas eu le courage d'accorder leurs actes et leurs idées et c'est là une faute morale. Les pragmatiques sont donc moralement coupables par nature, CQFD.

Moi aussi je peux le faire, hein :

L'immaturité c'est de croire qu'on est mature.

Comment peut-on être coupable sans être conscient de remplir la condition sine qua non à sa culpabilité ?

Est on alors coupable malgré ça ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi aussi je peux le faire, hein :

L'immaturité c'est de croire qu'on est mature.

Comment peut-on être coupable sans être conscient de remplir la condition sine qua non à sa culpabilité ?

Est on alors coupable malgré ça ?

Reprocher à Cro-Magnon son manque de libéralisme revient à reprocher à un enfant son manque de maturité. Etre ignorant n'est pas suffisant pour être innocenté, puisqu'on est responsable de sa propre ignorance, sauf dans le cas d'un enfant, d'un attardé mental ou d'un mec lambda pas particulièrement idiot mais qui n'est pas pour autant un brillant philosophe subversif. Comment considérer que le péquin moyen était responsable de son ignorance alors que nombre des meilleurs penseurs de son époque soutenaient l'esclavage ? Et quand l'ignorance n'était pas là, dans le cas du penseurs opposé à l'esclavage, et bien la responsabilité morale est alors pleine et entière.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça s'applique d'ailleurs très bien au monde d'aujourd'hui, comment peut-on reprocher aux petites gens d'être de foutus socialistes alors même qu'ils ont été élevés par l'EdNat et le journalisme. C'est leur responsabilité de se renseigner sur le libéralisme, mais on ne peut décemment pas exiger d'eux qu'ils consacrent les milliers d'heures que nous nous consacrons à l'étude de ce problème. Les coupables, ce sont avant tout les élites socialistes modérées qui jouent le jeux des populistes plutôt que de pousser le peuple à devenir plus mature politiquement, ainsi que les libéraux pragmatiques pour qui la maturation du peuple est une horrible utopie qu'il faut combattre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

. Les coupables, ce sont avant tout les élites socialistes modérées qui jouent le jeux des populistes plutôt que de pousser le peuple à devenir plus mature politiquement.

Ils ne le sont pas plus. Ils s'appuient sur les dogmes existants qu'ils ont bien intégrés pour gagner du pouvoir. Je suis persuadés qu'ils sont convaincus du bien-fondé de leur action.

Bienvenue dans un monde déresponsabilisé, tout le monde en autopilot.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pour ça que je parle spécifiquement des modérés, dont certains ont de la sympathie pour le libéralisme. Un professionnel de la politique, des sciences politiques ou de la philosophie politique commet une faute professionnelle en désinformant les gens sur le libéralisme, sciemment ou non. Bien sûr qu'ils pensent qu'il faut être pragmatique et que c'est la meilleure chose à faire, mais cette ignorance là est coupable car ils ont les moyens de la dépasser.

C'est là le cœur de mon propos : on est responsable de notre ignorance quand celle-ci est facile à dépasser, on ne peut l'être lorsque pour la dépasser il faut être un véritable génie de la philosophie. En occurrence, il est fort difficile pour le citoyen lambda de s'informer efficacement sur le libéralisme alors qu'il est très facile pour le piposophe d'éviter les strawman et d'ouvrir un ou deux grands classiques de la philosophie politique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah non puisqu'elles étaient convaincues par la parole !

 

Saint Martin, le saint à l'épée

 

Bon sinon, les premiers paragraphes de l'article parlent de saint martin.

https://assr.revues.org/17883

En gros un illuminé qui arrive pour galvaniser la foule afin de détruire leur temple, qui se fait tej' à coup de pierre et qui revient la nuit pour y foutre le feu quand même.

 

Sur les destructions chrétiennes en général, petit article :

http://www.academia.edu/3637977/La_fureur_iconoclaste_des_chr%C3%A9tiens

 

" Ce fanatisme oblige même l'empereur Théodose II, le 9 avril 423, à promulguer une loi visant à protéger les païens contre les violences des chrétiens"

 

Quelques chrétiens sont devenus des martyrs après s'en être pris à des lieux sacrés ou des idoles païennes. D'autres simplement parce qu'ils existaient. Faut dire qu'à l'époque les persécutés d'un jour étaient tortionnaires le lendemain.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La maturité c'est arrêter les jeux videos, les sucreries et s'habiller comme un homme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La maturité c'est arrêter les jeux videos, les sucreries et s'habiller comme un homme.

Selon cette définition je suis mature depuis un an environ.

Donc cette définition est mauvaise :mrgreen:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qu'est ce qui est plus immature: jouer aux jeux vidéos, ou jouer au pmu/loto?

Share this post


Link to post
Share on other sites

La maturité c'est arrêter les jeux videos, les sucreries et s'habiller comme un homme.

 

 

Bullshit :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qu'est ce qui est plus immature: jouer aux jeux vidéos, ou jouer au pmu/loto?

Même temps perdu. Comme la télévision.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faut savoir choisir ce qu'on se consacre

 

j'échange sans problème Red Dead Redemption contre dix barils de bouquins.

Share this post


Link to post
Share on other sites

daBmCmp.jpg

Red Dead Redemption est mille fois mieux écrit que la plupart des bouquins que j'ai lu

et pourtant je suis du genre à taper que dans des classiques

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qu'est ce qui est plus immature: jouer aux jeux vidéos, ou jouer au pmu/loto?

 

ce sont deux processus tres differents pour le cerveau, rien a voir avec la maturite.Les occupations du temps libre ne sont generalement pas une affaire de maturite, cf MBTI ( special dedicace Lancelot)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les jeux vidéos peuvent être bien écrits, ils peuvent être profonds, ils peuvent induire une implication émotionnelle forte.
 
Je préfère un million de fois jouer à un bon jeu que perdre mon temps devant la télévision, un livre médiocre ou un film quelconque.
 
Parmi ces jeux "forts", à mon sens, on peut citer :
 
- Planescape : Torment (<3 <3 <3) : qu'est-ce qui peut changer la nature d'un homme?
- Metal Gear Solid (notamment le 3, qui fout les boules ; le 4 aussi, dans une moindre mesure)
- The Last of Us : un jeu incroyable, qui du Survival-Horror devient un drame émotionnellement déchirant.
- Shadow of the Colossus : je...non...je...
- The Walking Dead, de TellTale Game : simple, efficace.
- Red Dead Redemption (putain, quoi...) : NoName sait de quoi je parle. Un GTA-like dans le Far West qui se transforme, de façon surprenante, en l'épopée d'un homme pour sa rédemption (OK, c'est dans le titre mais ça reste surprenant que ça marche si bien dans un GTA-like en open world).
- Silent Hill 2 : un jeu horrifique très profond, quand on prend la peine de l'analyser 2 secondes. Par exemple, les fameuses pyramid head représentent de toute évidence la culpabilité du protagoniste principal, un pour chaque meurtre commis venant le hanter.

 

Il y a aussi les jeux avec des personnages excellents, des dialogues forts, un monde immersif avec sa "personnalité" propre.

 

A noter que Saint Martin n'aimait pas les jeux vidéos. Je l'ai lu sur Internet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Je préfère un jeu exceptionnel à un livre pourri."

re81Us.gif

Je préfère un livre exceptionnel à un jeu pourri. Je sens que la discussion progresse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...