Jump to content

Liborg enseigne la médecine aux médecins


Bézoukhov

Recommended Posts

1 hour ago, Lameador said:

 

Tu suggères soleil et sel, ou d'éviter les deux ? 

 

J'avais l'impression que le soleil était bon et le sel à éviter.

le soleil sur la peau c'est tres bon. Bruler c'est mal. La dessus, chacun peut appliquer la sagesse. (Note etonnante : les gens qui cessent de manger des plantes rapportent qu'ils brulent beaucoup moins au soleil. C'est mon cas. Heureusement, la science ne mene aucune recherche sur les gens qui font ce choix).

 

Sur le sel : la carence en sodium est tres nefaste. Chaque cellule de notre corps a parmi ses modes de fonctionnement essentiels la pompe sodium postassium. (C'est un echange d'ions, un equilibrage de charge). La plupart des gens ont une carence en sodium, largement grace a la sante publique. (et en potsassium, et en zinc, et en magnesium, et en selenium, et en vitamine D, etc. etc. etc.) 

 

 

Link to comment
2 hours ago, cedric.org said:

...

J'imagine qu'une réponse libérale à tout cela pour pallier au sous-investissement chronique du domaine à cause d'un monopole de fait, d'une fonctionnarisation de la médecine générale la gardant à l'age de pierre et d'une dé-responsabilisation lié à un remboursement bobologique universel, serait, plutôt qu'un "faites vos propres recherches" assez désastreux, la mise en place d'un ensemble de labels ?

Tres bon paragraphe.

 

A mon sens faire ses propres recherches est, cependant, diametralement a l'oppose de desastreux. Je dirais meme mieux, quand des labels prives emergeront, alors faire ses rechcerches sera necessaire car il y aura des labels fondes sur des solutions opposees ou incompatibles. Pour illustrer cela, voici une discussion (certes trop longue) entre 2 docteurs qui aident des malades avec des approches incompatibles. On peut imaginer qu'il se cree des labels concurrents pour ces deux approches. Des lors, le malade devra choisir. (Ca commence a 10'37", avant, c'est de la pub)

 

 

Link to comment
Il y a 2 heures, Lameador a dit :

J'avais l'impression que le soleil était bon et le sel à éviter.

Le sel, énième danger de l’OMS

 

C'est brouillon, mais l'essentiel y est. 

 

 

Un souci de taille dans notre très riche environnement alimentaire est la surabondance de sodium dans les préparations transformées et ultra-transformées.

 

Puisque les "gens" n'ont pas le temps de cuisiner, je doute qu'ils ont également le temps de lire les étiquettes. Par contre, pour tous les autres qui prennent des aliments disons simples, n'ayez pas peur de sortir la poudreuse. 

  • Yea 2
Link to comment

Plus vieux métier du monde avec la prostitution.

La médecine est une caste dans nos contrées.

Une caste magico-scientifique désormais.

Elle soigne par le pouvoir scientifique de persuasion.

 

 

  • Yea 1
Link to comment

Pas Covid mais pour comment la medecine pourrait-elle etre bonne quand les incitants de l'industrie de la sante, globalement parlant, sont tels ?

 

N'en deplaise a quiconque, cette somme est evitable avec le low carb et/ou le jeune intermittent (avec la restriction de calories aussi mais bonjour la vie agreable).

 

Et cette somme n'est qu'un fraction puisque s'y ajoutent tous les "pre"-diabetiques jamais diagnostiques, qui peuvent se retrouver en malades cardiaques, mentaux, neuro-degenescants, auto-immunes / inflammtoires chroniques, et bien des cancers. Je vous laisse faire le calcul 

Link to comment
  • 3 months later...

https://vernoncoleman.org/articles/when-doctors-guess

 

"When doctors guess"

 

N'est pas le texte intégral:

 

Citation

When you go to the doctor for help and treatment you probably assume that once he has decided what is wrong with you, he will automatically give you a treatment that is quite specific for your disease.

Nothing could be further from the truth.

 

With a very few exceptions there are no certainties in medicine. What you will get will depend more on chance and your doctor’s personal prejudices than on science.

This problem isn’t a new one, of course.

 

 

Even in these days of apparently high technology medicine, there are many — almost endless — variations in the treatments preferred by different doctors.

Doctors offer different prescriptions for exactly the same symptoms, they keep patients in hospital for vastly different lengths of time, and they perform different operations on patients with apparently identical problems.

 

There are, it seems, no certainties in medicine.

As one doctor put it rather concisely your treatment (and possibly your future) depends entirely on which way you turn at the end of the hospital corridor. Go left and you will end up having a six hour operation. Go right and you’ll go home with a prescription for pills.

 

There is, indeed, ample evidence now available to show that the type of treatment a patient gets when he visits a doctor will depend not so much on the symptoms he describes but on the doctor he consults.

 

So, for example, consider what happened when 430 family doctors were asked to explain how they would treat a 35-year-old accountant complaining of backache brought on by digging in his garden.

 

The ‘case history’ was deliberately made fairly precise.

However, despite this precision, the recommended treatments varied enormously.

 

Another survey, involving 700 general practitioners, showed that twelve per cent of family doctors might be willing to prescribe a sleeping tablet without even seeing the patient involved. Over half the general practitioners confessed that they would prescribe a cough medicine without seeing a patient, and nearly two thirds of the doctors said that they might prescribe an antacid without a patient needing to come into the surgery.

 

A third survey of over 400 doctors showed that some doctors never provide their patients with any contraceptive advice at all.

Visit three doctors with symptoms of cystitis. One will give you an antibiotic for five days. One will give you an antibiotic for seven days. And one will give you an antibiotic for ten days. They are all guessing.

 

Despite all these variations in the type of treatment offered, most doctors in practice seem to be convinced that their treatment methods are beyond question.

 

Many general practitioners and hospital doctors announce their decisions as though they are carved on stone.

 

But on the basis of the evidence, it seems that most decisions about how patients should be treated are based on nothing more scientific than guesswork, personal experience, intuition and prejudice. And fashion.

 

  • Yea 3
Link to comment
  • 2 years later...
46 minutes ago, stop-fisc said:

Etes-vous favorable à ce que l'assurance maladie inflige une pénalité fiscale aux patients qui ne viennent pas à un rendez-vous ?

 

Le gouvernement veut sanctionner l'incivisme de certains clients médicaux

 

Oui

Le médecin pourrait facturer des arrhes non remboursables sur sa consultation, et l'AM pourrait ne pas les rembourser en cas de rendez-vous non-honoré par le patient (quelle que soit la raison).

Ce système de prépaiement partiel à la réservation tend à se répandre sur tous les marchés libres dans lesquels les "lapins" sont un problème, notamment quand la réservation se fait en ligne.

 

A titre personnel, j'ai quitté mon coiffeur précédent parce qu'il ne savait pas gérer son carnet de RDV

Link to comment
il y a une heure, RaHaN a dit :

Et toi ? 

En tant que professionnel libéral, le médecin doit assumer le risque du rendez-vous non honoré et établir par lui-même des mesures adéquates pour pallier le manque à gagner et la perte de temps qui en découlent.

Il n'a pas à attendre des décisions de l'état .

Link to comment
il y a une heure, stop-fisc a dit :

le médecin doit assumer le risque du rendez-vous non honoré et établir par lui-même des mesures adéquates

Ça suppose une large liberté des praticiens, y compris pour leur tarification. Je suis aussi très favorable à ce que les médecins facturent des arrhes (non remboursables), mais l'idée que l'AssMal publique fasse quoi que ce soit dans le domaine me fait horreur.

Link to comment

il y a une solution très simple, et liberhalal, c'est de refuser un client qui pratique cet exercice. Apres un RV manqué, tricard. Les médecins sont en position de force, on manque de médecins. D'ailleurs toutes les professions refusent les mauvais clients (râleurs, procédurier, exigeant, etc..) 

PS sinon tout médecin a du retard, 15' en moyenne, et un client qui ne vient pas n'est pas une perte de temps, on se retrouve à l'heure.

Link to comment
Il y a 1 heure, GilliB a dit :

il y a une solution très simple, et liberhalal, c'est de refuser un client qui pratique cet exercice. Apres un RV manqué, tricard.

 

Il y en a déjà qui le font régulièrement.

Je connais un ophtalmo qui pratique le refus de second rendez-vous après un rendez-vous non honoré avec un oubli d'annulation

Comme l'ophtalmologie est une spécialité où les temps d'attente de rendez-vous sont longs, il est en position de force devant une telle clientèle.

Link to comment
Il y a 2 heures, Rincevent a dit :

Ça suppose une large liberté des praticiens, y compris pour leur tarification.

il faut quand même instaurer des plafonds.

La consultation généraliste étant fixée à 26,5 euros par l'Assurance Maladie, il serait anormal qu'un généraliste facture, par exemple,  100 euros

Link to comment
il y a 11 minutes, stop-fisc a dit :

il faut quand même instaurer des plafonds.

La consultation généraliste étant fixée à 26,5 euros par l'Assurance Maladie, il serait anormal qu'un généraliste facture, par exemple,  100 euros

 

Pourquoi donc ?

Link to comment
Il y a 2 heures, Carl Barks a dit :

C'est sévère. Un oubli, ça arrive.

Pour moi, on attend le 2e RDV manqué et là, oui, c'est liste noire direct (je précise que je ne suis pas médecin...)

Non non, il suffit de téléphoner pour annuler.

C'est comme la pilule, on n'oublie pas.

C'est comme un RV pour un boulot, on n'oublie pas.

C'est comme l'anniversaire de mariage, on n'oublie pas.

C'est quoi ces gens qui n'ont pas de colonne vertébrale, qui sont des mollusques qui subissent les évènements.

  • Yea 3
Link to comment
il y a une heure, GilliB a dit :

Non non, il suffit de téléphoner pour annuler.

C'est comme la pilule, on n'oublie pas.

C'est comme un RV pour un boulot, on n'oublie pas.

C'est comme l'anniversaire de mariage, on n'oublie pas.

C'est quoi ces gens qui n'ont pas de colonne vertébrale, qui sont des mollusques qui subissent les évènements.

Bah écoute. Je n'ai pas le souvenir d'avoir oublié un rdv chez le médecin. Par contre, deux fois dans ma vie, j'ai oublié une réservation dans un restaurant (pas le même) et je m'en suis rendu compte une fois l'heure passée. À chaque fois, j'ai appelé pour m'excuser platement, mais le mal était fait et je m'en veux encore des années après. 

Donc oui, je maintiens qu'un oubli occasionnel peut arriver chez des gens de bonne volonté qui ne sont pas forcément des mollusques inconséquents.

Après, je n'ai pas de problème à ce que le médecin (ou le restaurant, d'ailleurs) exige une pénalité dès le premier oubli - en prenant une empreinte CB sur Doctolib ou autres, mettons. Par contre, rayer définitivement la personne de sa liste, ça me semble quelque peu... Absolutiste.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...