Jump to content

Bureaucratie, management public, qualité des services publics


Recommended Posts

Il existe un fil sur les dépenses publiques qui traite surtout des questions du périmètre de l'Etat et des aspects budgétaires (nouvelles dépenses, déficits budgétaires, dettes publiques, etc.).

Il y a plusieurs fils qui traitent des sujets spécifiques des différentes fonctions publiques : école, hôpital et santé, etc.

 

Mais, sauf erreur de ma part, il n'y a pas de topic consacré au fonctionnement du secteur public, ce qui m'étonne. J'ouvre donc ce fil pour parler de ces thèmes : management public, bureaucratie, organisation des administrations (ou plutôt dysfonctionnements organisationnels), technocratie ("Etat profond"), gestion statutaire des fonctionnaires, relations élus-administrations, relations fonctionnaires-"administrés", notion de service public, efficacité de la fonction publique (ou plutôt inefficacité), satisfaction des "administrés" à l'égard des services publics (ou insatisfactions), etc.

 

--

 

J'ouvre le bal avec ce sondage Ifop du jour publié par le JDD https://www.lejdd.fr/Politique/sondage-6-francais-sur-10-jugent-les-services-publics-defaillants-4145577

 

6 Français sur 10 estiment que les services publics « fonctionnent mal ».

 

3956-sondage-services-publics-22h56_page

 

Quote

Les Français jugent sévèrement leurs services publics. Justice, santé, éducation, police... Selon notre sondage Ifop pour le JDD, 61 % d’entre eux affirment qu’ils fonctionnent, en général, mal. Certains sont particulièrement critiques : 18 % pensent qu’ils fonctionnent « très mal », quand seuls 3 % déclarent qu’ils fonctionnent « très bien ». Les fonctionnaires eux-mêmes ne sont pas indulgents. Pour 58 % d’entre eux, les services publics sont défaillants. (...)

Certains services publics obtiennent tout juste la moyenne. Ainsi, la Sécurité sociale, l’université et l’école récoltent respectivement 56, 53 et 52 % d’opinions favorables. Le jugement est plus sévère concernant la police (54 % d’opinions négatives) et Pôle emploi (64 %). Les deux cancres sont l’hôpital et la justice : malgré les récentes augmentations de budget, 73 et 77 % des Français estiment que ces services publics fonctionnent mal. Là encore, les fonctionnaires sont les plus durs : 81 % ont une image négative de l’hôpital. 

 

Tout juste la moyennne pour la SS, l'Université et l'école, alors qu'on continue dans les médias et chez les politiques de claironner sur le modèle social français...

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 3 heures, Largo Winch a dit :

gestion statutaire des fonctionnaires

 

Tiens, ça me fait penser à un vieux truc de Bénard où il expliquait que son corps d'origine (le truc d'ingénieurs des travaux public qu'il y a juste "en-dessous" des Ponts) avait été transformé d'un corps qui réalisait effectivement des TP à un corps qui créait des règlements pour ceux qui font les TP.

  • Yea 1
Link to comment
il y a une heure, Bézoukhov a dit :

Tiens, ça me fait penser à un vieux truc de Bénard où il expliquait que son corps d'origine (le truc d'ingénieurs des travaux public qu'il y a juste "en-dessous" des Ponts) avait été transformé d'un corps qui réalisait effectivement des TP à un corps qui créait des règlements pour ceux qui font les TP.

Tiens, ça me fait penser à l'ONF qui a été transformé d'une entité qui réalisait effectivement du travail de terrain, à une entité dont les gugusses sous-traitent 100% du travail qu'ils planifient (plutôt mal).

  • Yea 1
Link to comment

J'ai fréquenté la fonction publique d'Etat, l'hospitalière et la territoriale, plus toutes sortes d'établissements publics administratifs ou industriels et commerciaux.

 

Sans mystère, là où ça dysfonctionne moins, c'est là où il y a des situations de concurrence. Il y a beaucoup de mal à dire du logement social certes, mais de tous les machins publics que je connais, ce sont les offices HLM les plus opérationnels (en moyenne) parce qu'ils sont tous simplement confrontés à des situations de marchés et à l'obligation de dégager une marge pour investir et préparer l'avenir. Et les contrats de travail y sont majoritairement de droit privé.

 

En théorie, la réforme de la tarification à l'activité visait plus ou moins à produire quelque chose de similaire dans l'hospitalier, mais cela a globalement échoué. Pour moi, c'est fondamentalement lié au fait que produire un service comme le logement nécessite une consommation de facteurs de production assez homogène, même s'il y a différentes gammes et des disparités régionales (surtout liées au foncier). L'administration se contente en outre de fixer des plafonds pour les loyers, pas des tarifs. Alors que dans le secteur médical, l'échec de l'administration à fixer des tarifs qui ressembleraient même vaguement à l'ombre d'une approximation grossière de ce que pourrait être un prix de marché est absolument magistral. On est en plein dans l'impossibilité du calcul économique en économie socialiste.

  • Yea 3
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...