Jump to content

Recommended Posts

Il y a 11 heures, BinkAcerAmer a dit :

Par contre c'est pas naturel de posséder un terrain ou je n'habite pas, d'en tirer un revenu etc

Tu devrais commencer par te poser les questions basiques tout seul,

et puis éventuellement te repointer uniquement quand tu auras réfléchi un minimum.

 

Link to post
Share on other sites

Je tiens à préciser que je ne partage pas les positions de BinkAcerAmer. En effet à la différence de BinkAcerAmer,je ne suis pas socialiste et je considère la redistribution des richesses telle qu'elle est pensée par les idéologues socialistes comme étant du vol. Tout simplement car j'estime que prendre de force de l'argent à une personne riche(qui a travaillé pour obtenir sa fortune) pour la donner à une personne "pauvre" ne peut pas être justifié d'un point de vue scientifique. C'est de l'idéologie qui repose sur une vision déformée de la légende de Robin des Bois. Une société où les gens pauvres voleraient les gens plus riches qu'eux deviendrait rapidement invivable. Je pense que le rôle de l'impôt qui doit être le plus minimaliste qui soit est de couvrir les dépenses de l'Etat. Une impôt de type "flat tax" suffit amplement si l'Etat est correctement gérer pour couvrir les dépenses publiques de ce dernier:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Impôt_à_taux_unique

 

Ce que je remarque néanmoins en ayant survolé ce post de présentation,c'est que les libéraux considèrent les droits des personnes et le droit de propriété comme des dogmes inébranlables qu'il est interdit de remettre en question. Cette logique du droit de propriété est encore plus poussé chez les libertariens que chez les libéraux puisque les libertariens considèrent carrément l'impôt comme du vol pur et simple. Les libertariens considèrent qu'ils ne doivent rien à la société dans laquelle ils vivent. Ils ont tendance à oublier que sans un Etat(même minimaliste),les droits de propriétés ne seraient pas garantis. Tout simplement parce que n'importe qui pourrait squatter leur maison ou leur appart en leur absence. Vu que dans une société sans Etat,il n'y aurait pas de police,ni de justice,ni de droit.

On remarque que le droit de propriété et le droit des personnes défendu par les libéraux n'est rien d'autres qu'un prétexte pour protéger les intérêts des hommes de pouvoir. Et à ce sujet on remarque les dysfonctionnements de la justice dans les pays qui se revendiquent comme étant libéraux. Des multinationales comme Bayer/Monsanto qui commercialisent des produits chimiques nocifs pour la santé des personnes et pour l'environnement continuent d'exister malgré les dénonciations et les controverses qu'elles suscitent. Les innombrables témoignages de journalistes concernant ces firmes ne les ébranlent nullement. Des hommes politiques condamnés par la justice en France comme Balkany peuvent danser en pleine rue devant les caméras de télés.

A côté de ça,un mec pauvre qui touche le RSA voir moins prendra une lourde amende voire de la prison parce qu'il a volé une pomme sur l'étal d'une épicerie.

 

Plus généralement,on remarque également que le libéralisme même s'il prétend combattre le gouvernement et plus généralement l'Etat échoue dans un tel objectif. L'individualisme inhérent aux sociétés libérales rend les actions collectives contre les pouvoirs publics inefficaces.

Dans une société libérale,les populations sont purement et simplement atomisés. Un individu n'a le droit d'agir et de changer que son propre destin.Les sociétés libérales interdisent aux individus de s'unir dans le but de changer de société ou de système économique.

Pour s'en rendre compte,il suffit de voir la différence notable entre l'extrême gauche et l'extrême droite. L'extrême gauche veut changer la société en vue d'en bâtir une plus juste,une plus solidaire. L'extrême droite veut maintenir le système libéral tel qu'il est et se contente de stigmatiser les minorités(femmes,immigrés,homosexuels...). Elle fait reposer les problèmes de la société sur ces minorités.

 

Après pour en revenir au message de présentation,je ne pense pas qu'il soit pertinent de faire découvrir le libéralisme à un socialiste,en lui présentant un point de vue anarcho-capitaliste. Surtout quand on sait que l'anarcho-capitalisme est aussi irréaliste et inapplicable que le communisme. Une société anarcho-capitaliste a beaucoup plus de chance de dégénérer en dictature que de devenir une société harmonieuse.

 

 

Link to post
Share on other sites

Y'a quand même une chose de vraie

Quote

Plus généralement,on remarque également que le libéralisme même s'il prétend combattre le gouvernement et plus généralement l'Etat échoue dans un tel objectif

 

On peut pas dire qu'on est très fort pour ça.

Link to post
Share on other sites

J'ai vu que certains m'ont fait comprendre que mon départ était souhaitable tant que je n'aurais pas "réfléchi par moi même". Je dois dire que je suis un peu étonné, j'ai prévenu dès le début de mes opinions et vous avez accepté de débattre avec moi, dans des conditions qui ne m'étaient pas favorables - et que j'ai acceptées. Je tiens à signaler que pour l'instant je n'ai offensé ni insulté ni une personne en particulier ni votre communauté en général et que je me suis contenté d'échanger des arguments. Il me semble que l'objectif de créer un topic ici est de poser des questions. À partir de là, si je ne comprend pas certains principes du libéralisme, à vous de me l'expliquer plutôt que de me dire de partir. By the Way, je tiens à dire que j'ai vraiment beaucoup parcouru le forum et que je n'arrive pas comme une fleur. 
Je trouvais ça intéressant de débattre avec vous car les opinions que vous défendez sont assez absentes du débat public et ça me semblait être une expérience intellectuelle intéressante pour les deux côtés. Après, si la présence d'un "intru" vous est à ce point insupportable, il faut me le signaler clairement.

Link to post
Share on other sites

C'est pas insupportable, mais IMHO le forum est là pour parler du libéralisme, pas pour voir débarquer pour la 6030° fois quelqu'un a contre courant qui pense qu'il est original de venir exposer son point de vue. De plus je pense pas que les autres forums politiques font preuve de plus de patience, ca m'étonnerait que même JRR tienne 9 pages sur écologie & reconciliation. Donc 3 pages oui, après c'est l'heure de chercher par toi même les raisons pour lesquelles tu souhaites continuer ce "débat", et simplement diluer tes questions sur les thématiques proposées.  Déjà qu'une partie du forum se plaint d'être pollué par des libéraux qui ne font pas l'intégralité de l'effort et se retrouvent souvent contre la mouvance actuelle que plus pour le libéralisme, c'est pas la peine non plus de reprendre du début à chaque fois que quelqu'un se décide à s'inscrire, c'est pas comme si il y avait potentiellement 68 millions de casse burnes. :D

Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Prouic a dit :

C'est pas insupportable, mais IMHO le forum est là pour parler du libéralisme, pas pour voir débarquer pour la 6030° fois quelqu'un a contre courant qui pense qu'il est original de venir exposer son point de vue. De plus je pense pas que les autres forums politiques font preuve de plus de patience, ca m'étonnerait que même JRR tienne 9 pages sur écologie & reconciliation. Donc 3 pages oui, après c'est l'heure de chercher par toi même les raisons pour lesquelles tu souhaites continuer ce "débat".  Déjà qu'une partie du forum se plaint d'être pollué par des libéraux qui ne font pas l'intégralité de l'effort et se retrouvent souvent contre la mouvance actuelle que plus pour le libéralisme, c'est pas la peine non plus de reprendre du début à chaque fois que quelqu'un se décide à s'inscrire, c'est pas comme si il y avait potentiellement 68 millions de casse burnes. :D

 

Dites-vous que la patience dont je fais preuve est bien supérieure😅 au vu du 20 contre 1. En plus, vraiment personne vous oblige à aller sur ce fil. Moi quand j'en ai marre, je pars et je reviens le jour où je suis d'humeur, ça me semble une solution pas mal. Je trouve qu'on est pas allé au bout de la discussion et d'ailleurs j'avais des réponses à apporter au message de Vilfredo que j'avais que partiellement épluché, du coup je trouve ça dommage mais bon... Je n'ai posté qu'un seul message ailleurs qu'ici, on ne peut pas dire que je "pollue le forum". Je trouve ça frustrant de devoir m'en arrêter là alors que tout est très très loin d'avoir été dit et que j'ai bien souvent l'impression de ne pas être vraiment l.

Link to post
Share on other sites

Non reste @BinkAcerAmerje t’aime !

je me souviens que quand je suis arrivé et que défendais le smic on m’avait écrit “vivement qu’on te lourde” mais tant que t’es pas nonossé je crois que tu es le bienvenu 

et même si tu l’es c’est comme le goulag c’est pas définitif 

mais la modération est souveraine et son bras séculier est sévère mais juste (*tchouic*)

Link to post
Share on other sites

Ha mais rassure toi je te lis pas :D (excepté tes 3 derniers messages) Parce que TL:DR tout simplement, rien de personnel. et pour la pollution du forum, tu as pris mon message à l'envers (j'espère que c'était la seule fois sur ce topic 😛 ), je te propose justement de participer. 

Link to post
Share on other sites

Même si on peut avoir l'impression contraire vu de dehors, nous ne sommes pas un hive mind. Les seuls messages qui représentent l'avis officiel de liborg sont ceux (en couleur) de la modération.

Link to post
Share on other sites

Malgré ça, je vais quand même essayer de faire une réponse détaille à tout ça car ça me démange... Franchement, je persiste à trouver qu'on a ici des échanges intéressants.

D'abord, je vais essayer de rappeler clairement ma position pour qu'on évite les confusions et les caricatures. Ce que je me contente de défendre ici est l'idée selon laquelle il existe un certain nombres de besoins humains qu'il est préférable d'assouvir en vue de les "oublier" pour pouvoir se consacrer à d'autres choses. Je persiste à dire - on y reviendra en détail - qu'il est possible d'en avancer de façon raisonnable une liste assez courte. Ces besoins ont le point commun d'être très semblables selon les individus et de créer une souffrance physique forte et immédiate s'ils ne sont pas satisfaits. Tout bêtement, on ne peut pas établir que voir une telle oeuvre d'art ou rencontrer une telle personne fera plaisir ou fera souffrir tout le monde, par contre on peut établir que dormir dehors dans le froid en plein hiver fera souffrir tout le monde. L'objectif qui guide tout ça c'est l'idée qu'avoir un logement décent, manger à sa faim, boire de l'eau pure, être soigné en cas de maladie ne soit plus une question et que la question réside dans des choses plus épanouissantes dans lesquelles les individus peuvent exprimer pleinement leur individualité. Donc mon objectif n'est en aucun cas d'imposer une vision unique du bonheur à chacun ou de planifier les relations sociales et sexuelles.

 

Citation

C'est un argument théorique sur la dispersion de l'information. C'est un argument économique sur l'impossibilité pratique d'avoir un quelconque équivalent du commissaire priseur de Walras. Je sais que tu aimes nous parler de la Suède mais ça répond pas directement au problème. Et comme t'as dit de pas balancer des listes d'articles je t'en donne juste un https://www.econlib.org/library/Essays/hykKnw.html Je te le recommande parce que ton exemple, que je ne connais pas (donc tu pourrais dire n'imp je m'en rendrais pas compte), ne l'illustre pas. Juste un indice pour clarifier: bien sûr que l'Etat peut atteindre son objectif. Mao a atteint son objectif de massacrer tous ses opposants. La gestion publique est simplement incapable d'atteindre la pareto-optimalité. Ensuite pour chaque passage de ton message où tu dis: "les pauvres sont better off" demande-toi s'ils ne seraient pas encore better off sans Etat. J'ai pas envie de le dire mais il y a ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas. Si on se place du point de vue de l'Etat qui atteint ses objectifs, évidemment tout va bien Mme la marquise. De même, l'URSS a fait un excellent job pour décupler sa production industrielle avant la ww2. De même, le Japon a magnifiquement industrialisé la Mandchourie dans les années 30. Tiens ça me fait penser que j'avais parlé du volet moral dans mon message. A un moment si tu n'as pas quelques idées théoriques tu vas accumuler les études de cas sans rien en tirer espèce d'INTP (Ne/Si)

 

J'ai apporté un premier élément de réponse en parlant des solutions "mixtes" que je trouve intéressantes en tant qu'elles permettent de parfaire des objectifs utilitaristes (répondre aux besoins de base de chacun) tout en conservant le marché et la libre entreprise privée qui a ses indéniables avantages. Encore une fois, on a l'exemple de la médecine libérale en France qui fonctionne pas si mal. Je ne suis pas un expert et je sais qu'il y a débat sur les règlementation type numerus clausus mais globalement il me semble que c'est pas mal. De manière générale, on remarque c'est ça l'état gère beaucoup mieux les transferts monétaires que la production de service par lui même où c'est plus compliqué, effectivement. 

Concernant la Pareto-optimalité, c'est un truc qui me turlupinait déjà dans mes cours d'éco de l'année dernière, je trouvais qu'il y avait un problème là-dedans. Si on est deux sur une île absolument déserte et que mon voisin à un garde manger immense à sa disposition et moi rien du tout, la situation est paréo-optimale. Est-elle souhaitable ? (oui ok vous êtes pas utilitaristes mais bon...). 
Du coup, en y réfléchissant, j'ai tendance à penser que l'optimum de Pareto est intéressant à long terme : bien-sûr qu'à long terme, il faut chercher à améliorer le sort des pauvres sans détériorer celui des riches, par la productivité notamment. Par contre, à court terme, se baser uniquement sur lui me semble hasardeux (ok je suis utilitariste...).

Sur l'État qui tape ou non à côté. Il n'empêche que c'est un argument anti-socialiste très reconnu et que, je pense on entend largement ici, que le socialisme n'a que faiblement amélioré le niveau de vie des masses laborieuses (URSS) quand il ne l'a pas dégradé (Corée). La Suède en était un contre exemple. Mais si c'est pas ton argument, okay.


Sur les pauvres qui ne seraient pas plus "better off" sans l'État, dis toi bien qu'en bon utilitariste, je me suis largement posé la question et c'est ça qui occupe une grande part de ma réflexion. Je vais ressortir ici l'argument que j'avais donné à Tramp et auquel il m'avait répondu de façon un peu rapide : les revenus 25% les plus pauvres stagnent en terme absolu depuis les années 1980 aux États-Unis (alors qu'ils ont doublé en à peine quelques années grâce à la War on Poverty de Johnson) et depuis les réformes Hartz du début des années 2000 en Allemagne. C'est moins le cas en France et en Scandinavie.

 

 

 

 

Citation

Non mais le problème c'est de s'attaquer à des pbs qui n'existent pas. Pour expliquer que la société n'existe pas, je disais que l'ordre économique mondial n'existe pas. Je tentais d'insérer qq notions d'individualisme méthodologique primaire (visiblement ça marche pô).

Encore une fois, il y a bien un ordre économique mondial puisque régulièrement des gens se réunissent pour décider de comment fonctionneront les échanges au niveau mondial.

 

Citation

Il n'y avait pas de sous-texte méritocratique dans cette affirmation. Sauf erreur c'est moi qui ai commencé et je pensais à Hoppe, pas vraiment un méritocrate.

Ca veut rien dire. Les warhammers de @Tramp ne sont pas justes.

Oui mais il les a acquis de façon juste/morale ? selon vous il me semble. C'est le moment de préciser que je fais des études de sciences sociales et économiques et que suis honnêtement pas très à l'aise avec les concepts philosophiques donc soyez indulgents. Je vais essayer de faire ce que je peux pour m'exprimer de façon claire mais y aura sûrement plein de faiblesse théoriques.

 

Citation

Ce n'est pas du trolling je n'ai honnêtement rien compris à ce § (et c'est embêtant parce qu'il a l'air important pour la suite). Mais je vais essayer de pointer ce que je pige pas:

- tu nous reproches d'ignorer le droit de propriété?

- tu penses qu'il n'y a aucune règle dans une société libérale?

- tu penses que les minarchistes autorisent l'agression physique par l'Etat? (j'ai bien dit physique parce que je vois venir la team taxation is theft)

- tu penses que les anarcaps défendent l'agression fondée sur le DN?

Du coup, on a un peu éclairci ça après. Tu dis que l'agression est le fait d'initier la violence. Je vais répondre assez naïvement, peut-être que je dis des énormités, mais dans ce cas là pourquoi l'atteinte à la propriété serait une agression et pas une insulte. Dans les deux cas, l'agression ne touche pas l'intégrité physique de la personne mais j'initie la violence. Encore une fois, je ne vois pas en quoi c'est plus naturel d'avoir le droit de faire dégager coup de pied au cul quelqu'un qui dort dans ma maison de vacance où je ne suis pas plutôt que de taper quelqu'un qui m'a mal parlé.

 

Citation

Si Newton a raison contre Aristote, pourquoi a-t-on attendu si longtemps?

Mais du coup, pour reprendre votre terminologie, on a du attendre le premier millénaire pour que des philosophes sachent quels sont les droits naturels de la personne ? Ça donne vraiment l'impression qu'on parle "à la place des gens" tout comme fait l'État que vous critiquez. Ça veut dire qu'absolument toutes les structures politico-économiques du monde entier avant-cela arrivaient uniquement par la coercition à bafouer des droits qui seraient pourtant "naturels" ? J'y connais foutrement rien en éthnologie, mais je pense que ça vaudrait le coup de s'intéresser aux tribus qui fonctionnaient sur un mode "communiste" avec coercition mais possibilité de partir librement '(un peu ce que je défend mdr). Il me semble que l'adhésion était forte et stable sur le long terme, en gros que les gens ne partaient pas...

 

Citation

 

Ensuite pour ton plaidoyer utilitariste tu le poses en des termes utilitaristes. Tu ne nous démontres pas pourquoi ce modèle de pensée est préférable. Tu pars de lui. Je prends ton intro en exemple:

Bah je défendais ces termes utilitaristes en essayant de poser leur universalité. Il me semble quel le fait de dire qu'un principe correspond à l'anthropologie, qu'il va dans son sens est un argument valable, qu'il va dans son sens. En quelque sorte, j'essaye de poser des "droits naturels" alternatif au droit de propriété sur lequel porte la discorde... 

 

Citation

1) Tu sautes sans expliquer de "bonheur" à "utilité"

"L'utilité est la satisfaction qu'un individu retire de la consommation de biens et de services." Alors la consommation n'est bien-sûr pas le seul ingrédient du bonheur mais en l'occurence c'est de ça dont on parle. La consommation participe au bonheur des individus en tant qu'elle leur apporte une satisfaction lorsqu'il consomment un bien.

 

Citation

2) Tu poses dogmatiquement qu'il existe une valeur objective et que la conception subjective n'est pas "vraie" (p/r à cette valeur objective tombée toute cuite du ciel donc). 

Tout ce que je peux te répondre en attendant c'est que c'est pas avec ça que tu vas déterminer des prix. Enfin si ton but est "déterminer n'imp quel prix" tu vas sans doute y arriver remarque. Et tu nous diras: "regardez, c'est pas vrai que la gestion publique n'atteint pas ses objectifs".

Pas besoin de déterminer les prix de chaque bien, ceux-ci peuvent se poser sur le marché. Il suffit de déterminer de quoi à besoin chaque individu pour sa santé. Il me semble par exemple possible de déterminer de quels somme à besoin un individu pour acheter la nourriture nécessaire pour remplir ses apports caloriques et nutritifs minimum de la journée. À partir de là, tu créé une cotisation qui finance un "chèque alimentation" de ce montant et les individus consomment sur le marché grâce à cette somme. En revanche, toute la partie "plaisir" de l'alimentation n'a pas à être socialisée car les préférences diffèrent beaucoup trop. 

 

Citation

Non. Non seulement on ne peut pas scientifiquement établir que quelqu'un a mal, ça ne me semble pas possible, mais en dehors même de cette question absurde (parce que la plupart du temps c'est évident si qqn souffre ou non et y a vraiment que les philosophes pour chipoter), quand bien même on pourrait, on ne pourrait pas établir scientifiquement que la souffrance ou la désutilité (définie comme un état physique observable, par exemple la stimulation des fibres C (les lecteurs de philo américaine reconnaîtront ^^)) = le mal (défini comme un concept moral, càd inobservable). Ça fait partie des présupposés de ton message alors que c'est précisément ce qu'on veut démontrer. In other words, you are begging the question.

Il me semble que là on est en train de créer un gros problème théorique artificiellement. D'abord, s'il y a bien des études de médecine, c'est qu'on peut s'accorder sur ce qui fait du mal au gens et comment soulager ce mal. Ensuite, concernant le fait que c'est un présupposé, le saut théorique me paraît incroyablement facile à faire. Comme je l'ai dit auparavant, il me semble que le fait que la douleur soit - en général - désagréable est un invariant de la nature humaine. À partir de là, de part son universalité et sa bonne correspondance avec l'anthropologie, on peut le poser le rejet de la souffrance comme un concept moral.

 

Citation

Du coup la suite n'est pas très intéressante. Mais je reprends un peu la ligne argumentative de @Rincevent: n'y a-t-il pas quelque chose de moralement insupportable à l'idée de ne pas être capable de subvenir à ses propres besoins? Et quelque chose, dès lors, d'encore plus insupportable moralement à l'idée d'entretenir les faibles dans cette tutelle matérielle et morale, dans laquelle l'Etat devient la figure de la moralité (puisqu'il distribue le bonheur et punit les contrevenants)?

 

 

Je ne suis absolument pas d'accord. D'abord, pour moi ce qu'il est insupportable, c'est que des gens ne puissent pas subvenir à leur besoin. Ensuite, il faut comprendre que l'idée n'est pas d'aider les pauvres spécifiquement, ce qui esteffectivement  bien souvent humiliant, mais d'offrir des possibilité universelles de consommation minimales. En général, à partir du moment où c'est universel, c'est bien vécu. C'est d'ailleurs pour ça que les états providences socio-démocrates universalistes sont bien moins contestés que les états providence anglo-saxons (lire Esping-Andersen là dessus). Par ailleurs, tout cela suppose aussi une société de recherche active du plein-emploi : dispositifs puissants de formation, étant employeur en dernier recours. Or, si tout le monde travaille, il y a beaucoup moins de sensation de "parasitisme". 

 

Citation

Après "ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas", autre grand classique de l'argumentation libérale: https://en.wikipedia.org/wiki/Experience_machine

J'ai une idée: on pourrait forcer les extravertis à parler et à toucher les introvertis parce qu'après tout les extravertis aiment bien ça donc ça leur sera moins désutile qu'à un introverti et en plus ça leur sera moins désutile que la mort d'un introverti en manque de relations sociales ne sera désutile à ce même introverti. Et ainsi, on augmente le bonheur objectif des introvertis, on limite les suicides. Oh mais non ne caricaturez pas: on pourrait imaginer de rendre les bisous obligatoires à la place de serrer la main. On pourrait organiser des mandatory cuddling groups.

 

Non, car justement les relations sociales, j'ai expliqué au début que c'est trop compliqué et trop différent selon les gens pour que l'état s'occupe de gérer ça directement. Ça ne remplit pas la condition d'universalité : on ne peut pas dire si une telle rencontre satisfera n'importe qui alors qu'on peut dire que manger des patates satisfait quelqu'un qui meurt de faim, même s'ils détestaient ça à l'époque où il était bien nourri. En plus, imposer des relations sociales non consenties c'est en général vécu beaucoup plus plus violemment que de faire payer des impôts... En revanche, l'état peut éventuellement chercher de façon douce à augmenter le lien social, par l'école publique par exemple où par la subvention de certaines activités sportives, associatives. Là, on favorise de manière générale le lien social sans prendre le risque d'associer par la coercition des gens qui ne s'entendraient pas. Enfin, ça reste pour moi secondaire.

 

Citation

On aurait toujours une conception positiviste du bonheur qui considère l'agent comme un rat de labo mais sinon les SDF auront froid.

L'agent est considéré comme un "rat de labo" sur un petit nombre de points précis, qui ne représentent qu'un infime partie de tout ce qu'une vie humaine peut avoir d'épanouissante. Au contraire, en satisfaisant ainsi les besoins de base, on laisse chacun vivre une vie bien plus riche que celles de quelqu'un qui se bat tous les jours pour subvenir à ses besoins.

 

Citation

Dans cette optique @BinkAcerAmer donne-moi une bonne raison pour laquelle je ne pourrais pas proposer une loi, si j'étais député, qui oblige les habitants de tels et tels quartiers très marqués par la pauvreté à héberger les SDF l'hiver dès que les SDF le demandent. Oui c'est embêtant d'héberger un SDF dans ton salon mais après tout c'est moins embêtant pour toi que ça ne l'est pour lui de mourir de froid. Je vous jure les libéraux ils pensent qu'à leur gueule.

Je pense que vu le nombre de logements vides au regard du nombre de SDF, on n'a pas besoin d'en arriver à imposer une présence pas forcément désirée aux gens.

 

Citation

Tu découvres la loi de décroissance de l'utilité marginale.

Et oui, et c'est à la base de tout ce que je défend depuis le début.

 

Citation

Moi j'adore. Tous les jours avec les autres liborgiens l'hôtel particulier de @Neomatix à Londres on se fait des méga-bastons sur le toit et dans l'hôtel, on se lance des canapés à la gueule et après ils explosent, du genre minarchistes VS anarcaps et libéraux conservateurs VS libéraux de gauche (en sous-effectif depuis que JRR a quitté l'équipe). On s'en prend plein la gueule c'est génial.

 

Tu répond par le sarcasme mais l'argument me semble quand même très valable. Je ne vois vraiment en aucun cas le fait de devoir se battre pour subvenir à ses besoins les plus basiques est un ingrédient d'une vie libre et épanouie. 

 

Citation
  Révéler le contenu masqué

5d3b79300933eb3267ba9f4d9416fa44--leni-r

ouais je l'ai mis en cache on sait jamais c'est quand même beaucoup plus bandant nsfw que le fil des playmates

 

Oui mais est-ce que la maladie leur est plus désutile que l'héroïne ne leur est utile? Scientifiquement je veux dire.

J'ai déjà répondu à cet argument en disant qu'il parait concrètement très impensables de produire de l'héroïne en quantité assez exponentielle pour que les doses croissantes puissent à chaque fois être administrées... En plus, imposer une addiction, revient à décider à la place des gens de chose où je pense que l'état n'a pas son mot à dire, bien au delà du domaine très circoncis que je pose au début.

 

Citation

Baudelaire, Michaux, Ginsberg, Burrough, Leonard Cohen, Elton John, Jünger et Quincey se gaussent.

Oui, enfin ça correspondra pas forcément aux aspirations artistiques de tout le monde....

 

Citation

Historiquement il me semble qu'il a bien fallu les découvrir technologiquement ces moyens de satisfaire les besoins naturels et nécessaires. Food for thought: l'innovation technologique est-elle favorisée par l'intervention de l'Etat ou par la compétition? La mondialisation a-t-elle aggravé ou réduit le nb de personnes souffrant de faim dans le monde?

Argument que je trouve le plus intéressant du lot. Enfin, n'empêche que maintenant les innovations sont là et elles sont bien suffisantes pour produire assez des biens que j'ai posé au début. 
Concernant la mondialisation, ça demanderait un très gros débat très approfondi, on y reviendra peut-être un peu plus tard, il y a déjà grosse matière à débattre ici.

 

Citation

Y en a pas besoin si l'héroïne procure plus de plaisir que la nourriture. On pourrait aussi donner aux gens des amphétamines pour diminuer ou retarder la faim. Scientifiquement ils seront heureux. Et en plus les amphés ça diminue pas la productivité c'est parfait.

Même avec des amphis, la production devient vite exponentielle et c'est ingérable... Et j'ai déjà répondu sur l'aspect philosophico-moral.

Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, BinkAcerAmer a dit :

Si on est deux sur une île absolument déserte et que mon voisin à un garde manger immense à sa disposition et moi rien du tout, la situation est paréo-optimale. Est-elle souhaitable

Elle est préférable à une situation coercitive pour les raisons évoquées dans mon premier wall of text. Bien sûr elle est préférable dans un sens moral non utilitariste. C’est pour ça que je t’envoyais à l’experiment machine de Nozick.

il y a 22 minutes, BinkAcerAmer a dit :

Par contre, à court terme, se baser uniquement sur lui me semble hasardeux

Pourquoi?

il y a 23 minutes, BinkAcerAmer a dit :

les revenus 25% les plus pauvres stagnent en terme absolu depuis les années 1980 aux États-Unis

J’avais lu que le salaire median avait bondi sous Reagan (en pleine désinflation). Et les usa ne sont pas the libertarian land of plenty.

il y a 25 minutes, BinkAcerAmer a dit :

Oui mais il les a acquis de façon juste/morale ?

Id est: sans agresser quiconque. C’est tout. Et on va pas lui donner une médaille parce qu’il ne secoue pas ses voisins comme des cocotiers pour faire tomber les sous de leurs poches. Donc rien de méritocratique la dedans.

il y a 26 minutes, BinkAcerAmer a dit :

pourquoi l'atteinte à la propriété serait une agression et pas une insulte.

Une insulte n’est pas une agression parce qu’elle n’est pas une coercition physique. Toute violence physique sur une personne ou un bien qui n’est pas défensive qualifies as agression. Le langage ne fait pas saigner. Sauf si on emploie le langage pour menacer de violence (auquel cas on peut aussi parler d’agression mais insulte != menaces).

 

il y a 29 minutes, BinkAcerAmer a dit :

Encore une fois, je ne vois pas en quoi c'est plus naturel d'avoir le droit de faire dégager coup de pied au cul quelqu'un qui dort dans ma maison de vacance où je ne suis pas plutôt que de taper quelqu'un qui m'a mal parlé.

Dans un cas tu es dans ton droit et pas dans l’autre. C’est naturel de virer les gens de chez soi puisque comme tu sais dormir dehors les gens aiment pas trop beaucoup ça. Alors si tu vires le squatteur il dormira dehors sauf que dans l’affaire c’est toi qui as un droit sur ta maison. Sinon on en revient à l’exemple de ma loi qui te force à accueillir tous les sdf. Tu m’as répondu qu’il y avait des logements vides. Ça ne fait que déplacer le pb : imaginons que ça suffise pas.

 

Sur Newton et le DN je ne vois pas en quoi la date de naissance de Grotius est pertinente quand il s’agit de savoir s’il a raison. 
 

il y a 35 minutes, BinkAcerAmer a dit :

Il suffit de déterminer de quoi à besoin chaque individu pour sa santé. Il me semble par exemple possible de déterminer de quels somme à besoin un individu pour acheter la nourriture nécessaire pour remplir ses apports caloriques et nutritifs minimum de la journée. À partir de là, tu créé une cotisation qui finance un "chèque alimentation" de ce montant et les individus consomment sur le marché grâce à cette somme

Le financement de ton chèque n’est pas indépendant des prix puisqu’il subventionne la demande au-delà de son niveau naturel ou catallactique. Et j’invite les groposteurs du fil nutrition à fixer mes doutes sur la possibilité d’établir un nb de calories pour tout le monde indépendamment de la morphologie et tout. Il faudrait aussi des chèques alimentation spéciaux pour les diabétiques les obèses et les allergiques.

il y a 39 minutes, BinkAcerAmer a dit :

Ensuite, concernant le fait que c'est un présupposé, le saut théorique me paraît incroyablement facile à faire. Comme je l'ai dit auparavant, il me semble que le fait que la douleur soit - en général - désagréable est un invariant de la nature humaine. À partir de là, de part son universalité et sa bonne correspondance avec l'anthropologie, on peut le poser le rejet de la souffrance comme un concept moral.

Mon point était qu’on ne peut pas identifier scientifiquement si qqn a mal (mais on peut lui donner de la morphine merci)

ensuite je te demande de justifier le saut et tu me dis que tu penses qu’on peut le faire facilement. 
- pourquoi identifier le mal à la douleur?

- parce que c’est facile

il y a 42 minutes, BinkAcerAmer a dit :

En plus, imposer des relations sociales non consenties c'est en général vécu beaucoup plus plus violemment que de faire payer des impôts... 

Lesclavage était bien vécu par les propriétaires desclaves.

il y a 43 minutes, BinkAcerAmer a dit :

augmenter le lien social, par l'école publique

Not sure if serious or trolling. Il suffit pas de rajouter “avec douceur” pour que ça passe crème.

il y a 46 minutes, BinkAcerAmer a dit :
Citation

 

L'agent est considéré comme un "rat de labo" sur un petit nombre de points précis, qui ne représentent qu'un infime partie de tout ce qu'une vie humaine peut avoir d'épanouissante. Au contraire, en satisfaisant ainsi les besoins de base, on laisse chacun vivre une vie bien plus riche que celles de quelqu'un qui se bat tous les jours pour subvenir à ses besoins.

Les besoins de base satisfaits, les besoins secondaires deviendront les nouveaux besoins de base. 

il y a 47 minutes, BinkAcerAmer a dit :

J'ai déjà répondu à cet argument en disant qu'il parait concrètement très impensables de produire de l'héroïne en quantité assez exponentielle pour que les doses croissantes puissent à chaque fois être administrées... En plus, imposer une addiction, revient à décider à la place des gens de chose où je pense que l'état n'a pas son mot à dire, bien au delà du domaine très circoncis que je pose au début.

Le domaine très circoncis :icon_ptdr:

Moi ça me paraît pas impensable. On ne forcerait pas à consommer on donnerait ça ou rien pour diminuer la faim et augmenter le bonheur. Personne ne te forcerait à circoncire des trucs.

il y a 50 minutes, BinkAcerAmer a dit :

Oui, enfin ça correspondra pas forcément aux aspirations artistiques de tout le monde

Tant pis pour tout le monde alors. En tout cas la drogue stimule la créativité chez beaucoup des plus grands artistes depuis toujours. C’est tout ce qu’on voulait savoir. Pas si tu aimais Elton John (et si tu n’aimes pas tu vas vraiment te faire nonosser)

il y a 52 minutes, BinkAcerAmer a dit :

t. Enfin, n'empêche que maintenant les innovations sont là

Elles auraient pu ne pas être là. That’s the whole point. Alors est-ce qu’on veut continuer à avoir des innovations et à vivre mieux ou pas? C’est exactement pour ça que Hayek parle de processus de decivilisation à propos du socialisme.

il y a 54 minutes, BinkAcerAmer a dit :

Même avec des amphis, la production devient vite exponentielle et c'est ingérable...

oui la production d’étudiants dans les amphis est ingérable hihi

 

desole pour le format quote battle

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, BinkAcerAmer a dit :

Ce que je me contente de défendre ici est l'idée selon laquelle il existe un certain nombres de besoins humains qu'il est préférable d'assouvir en vue de les "oublier" pour pouvoir se consacrer à d'autres choses. Je persiste à dire - on y reviendra en détail - qu'il est possible d'en avancer de façon raisonnable une liste assez courte. Ces besoins ont le point commun d'être très semblables selon les individus et de créer une souffrance physique forte et immédiate s'ils ne sont pas satisfaits.

Est-ce que tu inclus le sexe dans cette liste de besoins humains ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Rincevent a dit :

Est-ce que tu inclus le sexe dans cette liste de besoins humains ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

En aucun cas, sinon ce serait vraiment creepy. 
1) Dans le cas de la nourriture, payer une cotisation de 10% par exemple sur un salaire de 2000€ et donc renoncer aux 200 derniers euros que tu aurais probablement consommé en choses moins indispensables que la bouffe c'est une souffrance bien plus faible que de mourrir de faim.
2) Dans le cas du sexe, être forcé à avoir des relations non consenties, c'est une souffrance bien plus forte que l'abstinence forcée - qui se résout la plupart du temps naturellement dans une société ouverte et tolérante où l'accouplement est le plus libre possible et où l'école s'efforce de casser les préjugés sur les codes de la beauté par exemple... -. 

 

Link to post
Share on other sites

Donner 200€ par mois en bouffe de force alors que j'aurai pu aller aux prostiputes 3 à 4 fois pour tuer le problème numéro 2 et la faire manger à sa faim. Quelle arnaque.

(Sérieusement, tu comptes me piquer 10% de ce qui me reste une fois que tu m as deja pris tout ce que tu considères normal... POUR MANGER ?! Essaie donc d'abord avec les 3000e que me prend l'Etat sur un salaire de 2000€. Si t y es pas arrivé avec, je te donne pas un centime de plus).

Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Prouic a dit :

Donner 200€ par mois en bouffe de force alors que j'aurai pu aller aux prostiputes 3 à 4 fois pour tuer le problème numéro 2 et la faire manger à sa faim. Quelle arnaque.

(Sérieusement, tu comptes me piquer 10% de ce qui me reste une fois que tu m as deja pris tout ce que tu considères normal... POUR MANGER ?! Essaie donc d'abord avec les 3000e que me prend l'Etat sur un salaire de 2000€. Si t y es pas arrivé avec, je te donne pas un centime de plus).

10% j'ai dit ça comoletement au hasard.

C'était juste pour dire que ça n'a rien à voir avec une violence sexuelle, la compariason serait même indécente.

Link to post
Share on other sites

200€ par mois c est 50000 € dans une vie. C est honnêtement assez indécent aussi, ta notion de valeur m’interroge.

Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Prouic a dit :

200€ par mois c est 50000 € dans une vie. C est honnêtement assez indécent aussi, ta notion de valeur m’interroge.

Si on commence à comparer l'impôt au viol on va finir par en venir à dire la sociale démocratie moderne au fond c'est aussi grave que le totalitarisme ? 

Link to post
Share on other sites

L'impôt est remplacé par le viol dans les régimes totalitaires ? 🤔

Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Lancelot a dit :

L'impôt est remplacé par le viol dans les régimes totalitaires ? 🤔

Non mais la violence physique de masse contre des innocents, c'est pas un peu une des définitions ? 

Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, BinkAcerAmer a dit :

Si on commence à comparer l'impôt au viol on va finir par en venir à dire la sociale démocratie moderne au fond c'est aussi grave que le totalitarisme ? 

c est pas moi qui les ai comparé. Je dis juste que tu as pas tres bien l'air de comprendre ce qu'il en coute de trouver 50 000 € aujourd'hui, sinon tes pauvres ne seraient plus pauvres.

Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Prouic a dit :

c est pas moi qui les ai comparé. Je dis juste que tu as pas tres bien l'air de comprendre ce qu'il en coute de trouver 50 000 € aujourd'hui, sinon tes pauvres ne seraient plus pauvres.

La redistribution augmente les revenus de toutes les personnes en dessous du 2ème quintile (40% les plus pauvres). Et encore on compte pas les services publics.

Link to post
Share on other sites

Montre moi ca avec un document, car dans ma tête même pas en rêve, et pourtant j'ai des rêves ou je baise Scarlett Johansonn.

Link to post
Share on other sites

Après avoir lu le fil et en tant que Tribun de la plèbe, je vais demander aux intervenants de gentiment vouloir réduire la longueur de leurs messages d'environ 90% et d'arrêter les quote-battles parce que c'est illisible et que la modération a pas que ça a faire d'une part, d'autre part parce que ça évitera de répondre des pavés qui feront exploser le compteur de brandolini. Allez au coeur de l'argument et tenez vous y de bonne foi, ou préférez la méthode socratique (répondez en posant des questions pour souligner la contradiction interne à l'argument en gros)

 

Je vais néanmoins répondre à deux points particulier @BinkAcerAmer à la fois en tant que forumeur et en tant que Tribun

 

Citation

Je dois dire que je suis un peu étonné, j'ai prévenu dès le début de mes opinions et vous avez accepté de débattre avec moi, dans des conditions qui ne m'étaient pas favorables - et que j'ai acceptées

 

Personne n'a accepté quoi que ce soit ici, tu es venu sur ce forum de ton plein gré en sachant ce qui t'attendais. C'est guère étonnant que des opinions d'une part fortement contradictoire d'autre part clairement mal-informées sur un nombre important de topic particulièrement clivants (genre la famille) produisent des réactions extrêmes.

 

Citation

 Il me semble que l'objectif de créer un topic ici est de poser des questions

Alors justement non. L'objectif de créer un topic de présentation des nouveaux est de te présenter et de nous dire d'où tu viens d'un point de vue intellectuel et d'un point de vue concret. Si tu veux discuter d'un sujet en particulier, il faut aller sur un topic approprié qui existe sûrement déjà dans 98% des cas (et sinon demander à ce qu'il soit créé). Et je précise que c'est valable aussi aux liborgiens, habitués et autres grosposteurs: pas de débat dans les fils des nouveaux s'il vous plait. Redirigez sur le topic approprié.

 

A la limite ça serait un bon moyen de commencer sur de bonnes bases en demandant: "est-ce que vous avez un topic sur X ?" et lire la position globale du forum dessus.

 

 

Je précise que je suis au taff cette aprem, je compte sur vous pour bien vous tenir.

Link to post
Share on other sites
30 minutes ago, BinkAcerAmer said:

Non mais la violence physique de masse contre des innocents, c'est pas un peu une des définitions ? 

Du coup si ce n'est pas équivalent pourquoi le mentionner ? Mon message visait à illustrer que tu as tendance à passer d'un sujet à l'autre (ou à adopter un principe puis un autre) un peu au petit bonheur selon ton humeur ou si tu es en difficulté sur un point précis. Ça peut rendre la discussion assez frustrante pour les autres (qui doivent se débattre avec une anguille) et pour toi (qui te retrouve à devoir te défendre sur un nombre de sujets toujours plus important, d'où la croissance exponentielle des quote-battles).

 

En d'autres termes, excuse-moi de te dire ça, mon pauvre José, mais tu confonds un peu tout.

la_classe_americaine.jpg

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, BinkAcerAmer a dit :

En aucun cas, sinon ce serait vraiment creepy. 
[...]
2) Dans le cas du sexe, être forcé à avoir des relations non consenties, c'est une souffrance bien plus forte que l'abstinence forcée - qui se résout la plupart du temps naturellement dans une société ouverte et tolérante où l'accouplement est le plus libre possible et où l'école s'efforce de casser les préjugés sur les codes de la beauté par exemple... -. 

0- En quoi c'est complètement creepy que l'État te finance, voire te propose un service de satisfaction sexuelle ? C'est un besoin dont presque aucun de nos ancêtres n'a pu se passer.

 

2- Il ne s'agit pas de relations non consenties. Il s'agit soit de financer un accès à des prestataires de services sexuels, soit d'organiser un tel service au bénéfice de la population. Dans ta propre logique, pourquoi tu serais contre ?

 

Oh et pour information : il y a contradiction absolue entre "société libre et tolérante" d'une part, et "accouplement le plus libre possible"... principalement parce que dans cette dernière configuration, les 5-10 % des hommes les plus désirables prennent la part du gâteau des 90-95 % des autres (et ça fait pas mal de frustrés violents, autant pour la liberté et la tolérance donc).

 

Dernier point : pourquoi l'école devrait casser ce genre de préjugés (si c'en sont) ? D'autant qu'elle ne figure pas au nombre de tes besoins primaires devant être remplis par l'État. 

Link to post
Share on other sites

Je ne crois pas écrire une connerie en suggérant que l'on peut mourir de faim, de soif, de trop froid ou de trop chaud mais d'abstinence sexuelle, bof. Mais en France, et en Occident, meurt-on encore de soif ou de faim ? Je dubite.

Tout ceci me fait penser à la pyramide du sieur Maslow, non ?

 

Link to post
Share on other sites

La touch deprivation en général comme mesure de l’isolement pas les relations sexuelles en particulier que je sache

Meme si c’est bon pour le cardio de baiser régulièrement 

 

Link to post
Share on other sites

Je passe juste pour répondre à l'argument "les innovations sont là".
1) Oui elles sont là, et elles auraient été là plus vite le monde eût été plus libre
2) Oui elles sont là, et elles auraient été là moins vite le monde eût êté moins libre
3) Oui elles sont là, mais les suivantes ne sont pas encore là
4) C'est la vision classique du "on est au paroxysme, au pic de notre société", vision qui existait dans les années 60, au temps de Marx, Malthus, ou même César. On peut en déduire qu'on peut encore clairement mieux faire
5) Tu n'imagines pas le nombre d'inventions qui ont lieu chaque jour et qui améliorent la vie d'une minorité ou du plus grand nombre. Empêcher ça ou le faire passer au second plan, c'est à la fois criminel, injuste et désutile

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...