Bézoukhov

Quantifier la "fraude fiscale"

20 messages dans ce sujet

Bonjour !

On a du discuter il y a quelque temps de la vidéo de je sais plus trop quel imbécile sur la fraude fiscale. Ce sujet n'a pas vraiment pour objet de discuter de la fraude fiscale en elle-même, mais plutôt de réunir quelques éléments quantitatifs sur celle-ci (et pourquoi pas synthétiser sur wikibéral).

Depuis quelques jours, j'essaie en effet de sourcer les affirmations du "de 50 à 80 milliards" qu'on trouve un peu partout pour deux raisons :

1. Parce que j'ai l'impression que c'est un peu du bullshit ;

2. Parce que j'aimerais bien savoir ce qu'il y a dedans - mon boulanger qui déclare pas les 4€ du sandwich de midi, c'est pas du tout la même chose qu'un sandwich hollandais (au moins du point de vue argumentaire face à gauchiste :P).

Grosso modo, les sources ont l'air de pointer soit :

- vers une étude du syndicat Solidaires Finances Publiques : http://www.leparisien.fr/economie/la-fraude-fiscale-couterait-80-milliards-d-euros-22-01-2013-2502023.php. Après de nombreuses recherches, j'ai fini par le trouver : http://docplayer.fr/1593137-Rapport-du-syndicat-national-solidaires-finances-publiques.html .

- vers un rapport de sénateur communiste : https://www.senat.fr/rap/r11-673-1/r11-673-11.pdf. Où la seule référence est magique : "Des estimations évaluent en effet à quelques 50 à 80 milliards d’euros par an le montant des pertes de recettes fiscales et sociales dues à la fraude, somme à rapprocher des 80 milliards d’euros de déficit pour 2012." Je suppose donc qu'il parle du rapport du syndicat sans le sourcer - sauf que le rapport dudit syndicat se réfère à ce rapport sénatorial pour estimer la "fraude fiscale internationale" (bordel, on leur apprend quoi aux assistants parlementaires à l'école ??).

Il n'y a que quelques pages qui concernent la quantification dans le rapport de Solidaires, mais j'ai l'impression qu'ils ne font qu'une actualisation d'un vieux rapport (sur quelles bases ? Le doigt mouillé encore une fois ?). Toujours est-t-il que les 80 milliards se décomposeraient comme suit - la méthodologie est vraiment pas claire... - :

- IR > 19

- Patrimoine > 6

- Autres (impôts locaux et autres) > 4

- TVA > 19

- IS > 32

La fraude internationale, qu'ils estiment dans les 35, doit se décomposer entre TVA et IS. Mais, à la louche, parce que je vois pas pourquoi il y a qu'eux qui auraient droit au louchomètre, on a bien 40 milliards de "fraude fiscale" qui correspond à des plombiers qui arrondissent les fins de mois...

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'évasion fiscale est donc de la fraude sans l'être tout en l'étant!

C'est bien ça?

pfff!

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'évasion fiscale est donc de la fraude sans l'être tout en l'étant!

C'est bien ça?

pfff!

 

J'ai plus le lien mais j'avais parlé de concurrence fiscale entre les états comme "solution" contre l'optimisation/la fraude, et on m'avait rétorqué "mais non, parce que si un pays devient plus attractif, les pays voisins feront pareil, et retour à la case départ ! Ta logique ne tient pas !"

 

J'ai simplement répondu "c'est bien, vous avez découvert le principe de la concurrence". C'est beaucoup trop facile de troller sur ce sujet, mais en général ça finit comme ça :

 

790.jpg

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Trouvé ce commentaire soys un article Médiapart:

entrePrendre (entre soi on prend...) est une dynamique violente par essence. Elle s’appuie sur l'exploitation, c'est dans les gênes de l'entrePrise, dans ses statuts (Siège d'Exploitation,...), jusque dans sa compta (compte d'Exploitation,...).

L'entrePrise se veut compétitrice, la compétition l'anime. La compétition, c'est en substance le un, le une contre l'autre, un gagnant est un fabriquant de perdantS.

Tant que nous ne sortons pas de la compétition, de l'entrePrise, l'exploitation d'autrui, les conflits en tous genres seront de mise.

Ces questions doivent être abordées avec le plus grand sérieux.

Si nous souhaitons VRAIMENT d'une Humanité en paix, des relations humaines non-violentes ils est essentiel que chacun, chacune, mette toute son attention à traiter ces questions avec le plus grand sérieux afin de grandir vers un vivre ensemble respectueux de toutes et tous.

De l'art.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si nous souhaitons VRAIMENT d'une Humanité en paix, des relations humaines non-violentes ils est essentiel que...

 

...nous interdisions par la force de laisser au gens de faire ce qu'ils veulent.

 

De l'art, effectivement.

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Trouvé ce commentaire soys un article Médiapart:

[..]

De l'art.

 

Les mots me manquent, c'est vraiment terrifiant.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Trouvé ce commentaire soys un article Médiapart:

[...]

Ca ressemble vraiment à la logique délirante d'un SJW, mais appliquée à l'économie. Fascinant.
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

entrePrendre (entre soi on prend...) est une dynamique violente par essence. Elle s’appuie sur l'exploitation, c'est dans les gênes de l'entrePrise, dans ses statuts (Siège d'Exploitation,...), jusque dans sa compta (compte d'Exploitation,...).

L'entrePrise se veut compétitrice, la compétition l'anime. La compétition, c'est en substance le un, le une contre l'autre, un gagnant est un fabriquant de perdantS.

Tant que nous ne sortons pas de la compétition, de l'entrePrise, l'exploitation d'autrui, les conflits en tous genres seront de mise.

Ces questions doivent être abordées avec le plus grand sérieux.

Si nous souhaitons VRAIMENT d'une Humanité en paix, des relations humaines non-violentes ils est essentiel que chacun, chacune, mette toute son attention à traiter ces questions avec le plus grand sérieux afin de grandir vers un vivre ensemble respectueux de toutes et tous.

C'est triste. Quelqu'un qui a une vision comme ça du monde et de l'économie va vraiment avoir une vie pourrie.
1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est triste. Quelqu'un qui a une vision comme ça du monde et de l'économie va vraiment avoir une vie pourrie.

Et ça en fait, du monde...
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est triste. Quelqu'un qui a une vision comme ça du monde et de l'économie va vraiment avoir une vie pourrie.

Pas pour rien que les Français sont les plus dépressifs.
0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les montants saisis étant quand même assez faiblards , est-ce qu'on peut dire que vu les moyens matériels et humains mis en oeuvre par l'Etat ce n'est pas du tout rentable ?

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/01/05/01016-20170105ARTFIG00332-cinq-chiffres-impressionnants-sur-les-saisies-d-avoirs-criminels.php

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Surtout, je me demande combien ont été saisi sans condamnation.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui doit être très drôle c'est de connaitre les bases de calculs des gens qui anticipent la fraude fiscale.

J'aimerais bien connaitre d'ou ils sortent leurs chiffres et autres extrapolations.

Sachant que par principe ce n'est pas facile de connaitre ce qui n'est pas déclaré j'aimerais bien connaitre leurs bases de réflexions...

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah ils doivent extrapoler le nombre de cas sur le nombre de contrôles à la population totale.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est tout l'objet du lien de Coldstar en deuxième message :). J'ai l'impression qu'on est dans le doigt mouillé puissance 10000.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'ex salariée d'UBS Stephanie Gibaud qui a servi d'informatrice à Bercy a été, bien sûr, licenciée par sa banque mais elle pensait que l'Etat allait la récompenser.

Le Ministère des Finances l'a laissé tomber et elle se retrouve au RSA à l'age de 50 ans .

 

Moi je dit "bien fait pour sa g..."

 

https://www.cherche-midi.com/livres/la-femme-qui-en-savait-vraiment-trop

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On me dit qu'elle a été tête de liste pour Ducon-Gnangnan aur régionales en 2015. Manifestement, elle a un certain talent pour mal choisir ses combats.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par Sanson
      Bonjour,
       
      (Je ne sais pas si ce fil n'a pas plutôt sa place en Argumentaire)
       
      Ce fil n'a pas pour but de discuter du marché du travail selon la philosophie libérale, car ces considérations n'ont de toutes façons aucune chance de convaincre quelqu'un qui ne partage pas les prémisses libérales, mais de savoir si les critiques du "libéralisme" ont raison, et si l'on peut défendre la libéralisation du marché du travail.
       
       
       
      Zonant ce matin sur un célèbre site de partage et de commentaire de lien, je tombe en première page là-dessus :
       
      http://www.europe1.fr/emissions/derriere-le-buzz/allemagne-la-presse-sous-le-choc-apres-la-supposee-censure-dun-rapport-sur-la-pauvrete-par-le-gouvernement-2927942
       
      Les commentaires reprennent un discours que j'entends souvent, qui est que la libéralisation du marché du travail est un mauvais deal [paragraphe sur les puissants qui écrasent les petits], car dans les pays qui ont libéralisé leur marché du travail, les USA, l'Allemagne, les RU, le taux de pauvreté est plus élevé qu'en France, où on ne l'a pas fait. Ce discours met en garde contre les jobs à 1€, la facilitation du licenciement, etc.
       
      Lorsque je regarde les chiffres Eurostat, on voit qu'effectivement le taux de pauvreté est plus important au RU et en Allemagne (et en Suède, pour prendre un exemple bien connu de marché du travail libéralisé) qu'en France : http://ec.europa.eu/eurostat/fr/web/gdp-and-beyond/quality-of-life/at-risk-of-poverty-rate
       
      On a ainsi pour la France :
       
      2013 : 13,7%
      2014 : 13,3%
      2015 : 13,6%
       
      Pour l’Allemagne :
       
      2013 : 16,1%
      2014 : 16,7%
      2015 : 16,7%
       
      Pour le RU :
       
      2013 : 15,9%
      2014 : 16,8%
      2015 : 16,7%
       
      Ces chiffres me surprennent car, intuitivement, on pourrait penser qu'un moindre taux de chômage et un plus fort taux d'emplois amènent à moins de pauvreté, mais non seulement ce taux est plus élevé dans ces pays qu'en France, mais en plus il semble augmenter.
       
      Qu'est-ce qu'on peut en conclure pour le marché du travail ? Que répondre à ceux qui utilisent ces statistiques pour s'opposer aux petites tentatives de libéralisation du travail en France ces dernières années ?