Jump to content

Santé & nutrition, que manger ?


Jesrad

Recommended Posts

11 hours ago, Boz said:

C'est juste un outil parmi d'autres pour réguler la quantité de calories qu'on insère dans son corps. Il n'y a aucun effet du jeûne mesuré actuellement qui ne s'explique par ça.

Le jeune intermittent déclenche toute une cascade de réactions hormonales et métaboliques. Dire qu'on peut le reproduire par une simple réduction de calories ingérées, c'est un peu osé. Et c'est faux.

 

https://faseb.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1096/fasebj.2019.33.1_supplement.590.2

Quote

Compared with NF, all subjects maintained their regular daily energy intake during TRF, with no significant changes in macronutrient composition or overall diet quality, as assessed using the Healthy Eating Index (HEI; NF= 63±3 vs. TRF= 61±2, p>0.05). TRF was well-tolerated with no increases in self-reported desire to eat, satiety, or stomach fullness (all p>0.05 vs. NF) and interestingly, lower feelings of hunger (p<0.01 vs. NF). Importantly, TRF did not affect body mass, BMD or body composition (all p>0.05 vs. NF). TRF improved two indices of cardiorespiratory fitness, including a reduced heart rate during submaximal exercise (p<0.05) and increased distance traveled during a 6-minute walk test (NF=570±12 m vs. TRF=585±11 m, p<0.05). Glucose tolerance, assessed during a 2-hour oral glucose tolerance test in a subset of subjects (n=16), also improved with TRF (NF=15,500±300 mg/dL x min vs. TRF=14,500±200 mg/dL x min, p<0.05).

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30792482/

Quote

However, despite the lack of improvement in insulin sensitivity, isocaloric IF-subjected ob/ob animals displayed improved glucose tolerance as well as higher postprandial insulin level, with elevated incretin expression, suggesting that isocaloric IF is effective in improving nutrient-stimulated insulin secretion.

 

Mais surtout, il est ni possible ni souhaitable de réduire l'apport calorique de manière non-transitoire pour une personne qui n'est pas en surpoids, mais les bénéfices du jeune intermittent sont toujours là. Par exemple

https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(19)30850-5

  •  
    Quote

     

    • Fasting reduces the numbers of circulating monocytes in healthy humans and mice
    • Fasting also reduces monocyte metabolic and inflammatory activity
    • Hepatic energy-sensing regulates homeostatic monocyte numbers via CCL2 production
    • Fasting improves inflammatory diseases without compromising antimicrobial immunity

     

Sujets ayant un poid normal, effect après seulement 16h donc inexplicable par une perte de poids ou amélioration métabolique.

 

 

11 hours ago, Boz said:

Ceux qui jeûnent augmentent leur autophagie pendant les fenêtres sans nourrissage et la diminuent quand ils se gavent après (ce qui arrive à un moment ou à un autre sinon... bah on meurt). En gros ça revient au même. 

C'est la première fois que je lis ça. Tu as une source? Ça contredit le fait que l'IF aident pour les maladies dégénératives.

Sinon, un autre truc qui augmente l'autophagie est l'activité physique, via des voies similaires au jeune intermitent (AMPK). Les bénéfices de l'exercice ne disparaissent pas lors des périodes de repos, donc pourquoi les bénéficent de l'IF disparaitrait lors de la réalimentation?

  • Love 1
Link to comment

Une autre étude pour la route https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1550413118302535#mmc1

Quote

We performed a 5-week, randomized, crossover, isocaloric and eucaloric controlled feeding trial testing eTRF in men with prediabetes.

Quote

Intermittent fasting (IF) improves cardiometabolic health; however, it is unknown whether these effects are due solely to weight loss. We conducted the first supervised controlled feeding trial to test whether IF has benefits independent of weight loss by feeding participants enough food to maintain their weight. [...] Men with prediabetes were randomized to eTRF (6-hr feeding period, with dinner before 3 p.m.) or a control schedule (12-hr feeding period) for 5 weeks and later crossed over to the other schedule. eTRF improved insulin sensitivity, β cell responsiveness, blood pressure, oxidative stress, and appetite. We demonstrate for the first time in humans that eTRF improves some aspects of cardiometabolic health and that IF’s effects are not solely due to weight loss.

 

  • Yea 1
Link to comment
6 hours ago, Noob said:

haha je savais que je te tendais une perche. En fait ce que je n'ai pas dis c'est que j'ai des problèmes de reflux et je sais que passé un certain volume de nourriture j'ai vite des problèmes.

Surtout en plus si je favorise les aliments gras c'est terrible (on va pas se mentir si on veut le faire en un repas c'est pas le blanc de poulet qui sera adéquat). 

Il n'y a pas de science mais il y a des tonnes de temoignages de gens qui ont elimine le reflux en changeant ce qu'ils mangent. Ca semble aussi un brin logique. Et les PPIs sont de telles s*loperies que, si on peut eviter, c'est un gain sante en soi. 

Link to comment
5 hours ago, Cthulhu said:

La formule que j'ai est 3500 calories = 1 lbs (~ 450g)

 

Tu dois avoir de la rétention d'eau qui explique le 1kg / jour.

 

Au passage, c'est très rapide comme chute de poids. Si ça continue sur plusieurs jours, je m'arrêterais à ta place (parce que ça va commencer à attaquer la masse musculaire plutôt que le gras).

Savons-nous cela avec certitude ? Un n=1 anecdotique, sauf s'il ment :

 

https://www.strivediary.com/5-day-water-fast-before-and-after-results/

 

La capacite a jeuner depend evidemment pour chaque personne, ca depend bien entendu entre autres de l'etat de depart :

 

https://en.wikipedia.org/wiki/Angus_Barbieri's_fast

Link to comment
Il y a 7 heures, Noob a dit :

Généralement 600 calories par heure c'est un rythme de course d'endurance ce qui fait 150 grammes de sucre ou environ 70 grammes de gras. Donc je te laisse imaginer ton état du moment avec ton expérience de la course à pied pour estimer ta dépense.

1600 calories pour petite rando de 3 heures selon https://www.regivia.com/comment-maigrir-conseils-solutions-trucs-et-astuces/calcul-des-depenses-energetiques-en-calories-par-sports-et-activites/depenses-caloriques-consommees-pour-la-randonnee-avec-ou-sans-sac/#besoin

 

Rester à rien faire c'est mini 100 calories par heure apparemment (approx pareil pour dormir ?), marche semi-rapide dans la ville mini 250 calories par heure https://protrainer.fr/blog/calculer-nombre-calories-depense/

danser beaucoup plus que la randonnée surement 

 

3 heures petite rando = 1600 calories
3 heures marche ville = 750 calories
18 heures normales = 1800 calories

total 4150 cal

 

Il manque presque un facteur deux pour arriver au 7 - 9000 calories par jour :/ 

 

 

ca me paraît bizarre cette histoire. Je ne ressens aucune différence physique, j'ai pas du tout souffert pendant le jeûne, aucune idée comment est parti le poids. Bon après j'suis un peu sceptique sur cette histoire de calories/énergie 

Link to comment
Il y a 5 heures, Jensen a dit :

Le jeune intermittent déclenche toute une cascade de réactions hormonales et métaboliques.

Surtout le jeune intermittent du spectacle 

  • Haha 5
Link to comment
45 minutes ago, ttoinou said:

ca me paraît bizarre cette histoire. Je ne ressens aucune différence physique, j'ai pas du tout souffert pendant le jeûne, aucune idée comment est parti le poids. Bon après j'suis un peu sceptique sur cette histoire de calories/énergie 

Quand on jeûne, le corps va vite aller brûler le glycogène qui est stocké dans les muscles et le foie avec de l'eau. Le ratio de perte glycogène : eau est environ de 1 :3. Ca explique en partie la perte de poids dans les premiers jours. 

 

@Jensen je te réponds un peu plus tard promis !

Link to comment
il y a 8 minutes, Boz a dit :

Quand on jeûne, le corps va vite aller brûler le glycogène qui est stocké dans les muscles et le foie avec de l'eau. Le ratio de perte glycogène : eau est environ de 1 :3. Ca explique en partie la perte de poids dans les premiers jours.

Et rien que dans le foie, ça peut représenter un bon kilo. Dans tout le corps, il faut compter sur trois kilos, jusqu'à cinq si tu es très sportif.

 

Tiens d'ailleurs, je me demande si il ne faudrait pas compter sur davantage encore pour ceux qui prennent de la créatine et dont les muscles sont encore plus gorgés d'eau, du coup.

Link to comment

@Jensen

 

J’ai lu avec attention les études que tu as fournies. Voilà mes impressions :

 

Pour la première, je n’ai accès qu’à l’abstract, qui ne donne aucun détail sur la méthodologie et la comparaison exacte qui est effectuée, et qui surtout ne tire aucune conclusion particulière autre que “en gros, ça marche” (certes, mais notre questionnement actuel sur le fil n’est pas là) et qui montre une légère amélioration de quelques marqueurs. Mais comme on ne sait pas par rapport à quoi exactement et que c’est sur 6 semaines seulement, difficile d’en tirer des conclusions particulières.

Pour la seconde, il s’agit de souris génétiquement modifiées pour être déficientes en leptine. L’abstract explique lui-même que l’IF n’a pas d’effet particulier autre qu’une légère différence de l’homéostasie du glucose et de la sécrétion d’insuline (ce qui pourrait avoir beaucoup aussi bien qu’aucune importance à long terme, donc même conclusion globale que l'étude précédente).

Pour la troisième, ils mesurent sur des humains les effets à très court terme (quelques heures) que le jeûne a sur quelques marqueurs sanguins liés à l’inflammation. Et c’est tout pour ce qui concerne notre discussion. Tout le reste est une exploration d’éventuels mécanismes biochimiques sur des souris génétiquement modifiées pour augmenter la visibilité des interventions effectuées. Ce qui génère des tas d’hypothèses intéressantes, certes, mais…

 

En fait le point commun de ces études est là : on se concentre à court terme sur quelques marqueurs sanguins (parmi des milliers d’autres) pour essayer de formuler des hypothèses mécanistiques. C’est très bien, c’est le fonctionnement normal de la science d'explorer ce genre de pistes (parmi d'autres), mais ça ne dit rien sur l’éventuelle supériorité à long terme et chez des humains de l’IF sur la restriction classique. D’ailleurs, la quatrième étude que tu postes explique bien vers la fin de l’article une des limitations essentielles de ce genre d’approche (au-delà du fait qu’améliorer légèrement deux ou trois marqueurs sanguins sans s’intéresser aux autres n’indiquent peut-être rien du tout) : la facilité de maintien dans le temps dans une vie normale n’est pas évidente (d’ailleurs ce que je trouve le plus intéressant dans cet article c’est qu’il semble bien meilleur de manger le matin et pas le soir, et que c’est régulièrement l’inverse qui est pratiqué par la plupart des gens, y compris ici, et dans ce dernier cas l’article ne détecte aucune différence voir un désavantage par rapport à la restriction classique).

 

A côté de ça on a l’immense majorité des RCT et des méta-analyses qui montrent qu’en conditions réelles, à long terme et sur des humains, il n’y a pas de différence significative sur la perte de poids et la composition corporelle entre les différentes modalités de restrictions caloriques.

Un exemple (l’étude est dans la description de la vidéo, d'ailleurs dans celle-ci le changement dans la composition corporelle est au désavantage de l'IF ; détail chouette : ils citent ta quatrième étude qui est vraiment la plus intéressante dans notre discussion je trouve) :

 

 

Pour l’autophagie, je trouve que tu renverses un peu la charge de la preuve. C’est un processus normal du corps humain, toujours actif à des degrés divers (comme l'immense majorité des processus biologiques dans ce domaine). On sait que le jeûne et la restriction calorique à long terme l’augmentent tous les deux, et que le nourrissage la diminue (d’autant plus si on se nourrit beaucoup). Affirmer que l’IF atteindrait ce but d’une meilleure façon que la restriction classique est une nouveauté par rapport au consensus : c’est plutôt à toi de fournir des arguments. D’ailleurs je rappelle, au passage (mais tu l’as dit toi-même), que l’exercice physique a un énorme effet positif sur l’autophagie. Donc si le but d’une personne en pratiquant le jeûne est d’augmenter ce processus, elle se trompe peut-être d’outil (au sens : quel est le meilleur outil toutes choses considérées pour atteindre globalement le meilleur état de santé possible). Il me semble aussi avoir lu (mais là je ne saurais plus dire où) que l’autophagie n’est pas non plus la panacée ultime. Certains cancers prospèrent grâce à elle.

 

L’instant anecdote personnelle : j’ai moi aussi beaucoup testé (sauf vegan) depuis 5 ans. Si j’arrêtais l’exercice physique intense, je repasserais en low-carb IF parce que c’est parfait pour moi pour ne pas grossir. Par contre dès que je fais sérieusement de la muscu (ceux qui m’ont croisé IRL sont priés de ne pas pouffer), c’est nul. Quand je mange plus étalé sur la journée et avec des glucides (de bonne qualité of course), il n’y a pas photo : je suis bien plus acéré (y compris intellectuellement) et bien dans ma peau, je suis plus performant, je récupère plus vite et je dors mieux. 

 

En deux mots, le choix d’un outil dépend de l’objectif et de l’individu considéré (bis repetita je sais).

  • Yea 2
Link to comment
6 hours ago, Nick de Cusa said:

Il n'y a pas de science mais il y a des tonnes de temoignages de gens qui ont elimine le reflux en changeant ce qu'ils mangent. 

Je le sais bien. Typiquement c'est le gras, le chocolat, le café, la tomates cuite, la menthe. J'ai jamais réussi à éliminer le reflux à cause de la hernie hiatale, mais les deux trucs qui ont les pires effets sont le saumon et les pizzas.

J'avais lu ici que plusieurs avaient réussi à réduite leur reflux grâce à du low carb. Mon hypothèse c'est surtout que le régime low carb permet à satiété égale un volume de nourriture plus petit. Avec typiquement plus de protéines.

Mais je tourne déjà à 30% de prot, puis surtout le gras reste une torture passé une certaine dose dans un repas.

6 hours ago, Nick de Cusa said:

Ca semble aussi un brin logique. Et les PPIs sont de telles s*loperies que, si on peut eviter, c'est un gain sante en soi. 

C'est pour ça que j'envisage l'op, même si j'ai reçu pas mal de témoignage selon qui les ipp étaient parfaitement inoffensif dans leur cas.

Link to comment

Avant de te faire couper, tente par exemple 4 semaines viande seulement, 4 semaines. Si ca fait une bonne difference, reintroduit doucement diverses choses pour voir.

 

Enfin, ne te fais pas couper, quoi. 

Link to comment
7 hours ago, Boz said:

En fait le point commun de ces études est là : on se concentre à court terme sur quelques marqueurs sanguins (parmi des milliers d’autres) pour essayer de formuler des hypothèses mécanistiques. C’est très bien, c’est le fonctionnement normal de la science d'explorer ce genre de pistes (parmi d'autres), mais ça ne dit rien sur l’éventuelle supériorité à long terme et chez des humains de l’IF sur la restriction classique.

Je répondais simplement à "Il n'y a aucun effet du jeûne mesuré actuellement qui ne s'explique par ça". On a des effets mesurés à calories équivalentes, ergo, le jeûne a des effets indépendant de la restriction calorique.

Maintenant, un grand nombre de ces effets peuvent aussi s'obtenir via une restriction calorique (dont tout ce qui est médié par AMPK très probablement), mais sans la restriction elle-même. Pour les effets des corps cétoniques par contre, j'ai un doute.

Est-ce que l'IF est supérieur au CR (restriction calorique) chez l'humain sur le long-terme? Sur les effets, la question peut se poser, mais de manière globale évidement que oui, puisqu'il n'est pas possible de restreindre l'apport calorique d'un humain sur le long terme, sauf de manière cyclique, ce qui se rapproche de l'IF, et, sauf régime soigneusement choisi (voir le fast-mimicking diet) est très dur à suivre.

 

7 hours ago, Boz said:

 

A côté de ça on a l’immense majorité des RCT et des méta-analyses qui montrent qu’en conditions réelles, à long terme et sur des humains, il n’y a pas de différence significative sur la perte de poids et la composition corporelle entre les différentes modalités de restrictions caloriques.

Sur la perte de poids oui, la restriction calorique est essentielle. Mais l'IF n'est pas (que) une manière de perdre du poids. Ça a des effets beaucoup plus intéressant.

 

Sur l'étude de la vidéo (https://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/article-abstract/2771095), clairement c'est décevant. Mais ils utilisent une fenêtre de jeûne de 16h, ce qui veut dire sauter le petit dèj. Quand je fais de l'IF, ma fenêtre est de 20-24h.

 

Mon expérience personnelle, c'est que:

- l'IF avec un régime de merde pour perdre du poids, ça marche, mais ça a des conséquences (fatigue, sensation de froid, rebond rapide). J'ai fait pendant 6 mois, je ne referais pas.

- l'IF pour contrôler l'inflammation, c'est quasiment un remède miracle.

- l'IF avec un régime propre, c'est, pour moi, presque naturel. Je n'ai simplement pas faim avant 4h de l'après-midi la plupart des jours

 

7 hours ago, Boz said:

Pour l’autophagie, je trouve que tu renverses un peu la charge de la preuve.

J'ai pensé la même chose en lisant ton message initial ?

 

- on sait que l'IF augmente l'autophagie

- on sait qu'il donne des bénéfices réels, qui sont attendu pour une augmentation de l'autophagie.

Donc je pense que la charge de la preuve est sur l'assertion "un repas après IF diminue l'autophagie d'avantage qu'un repas 4h après le précédent, et la différence est suffisante pour supprimer l'avantage de la période de jeûne".

 

7 hours ago, Boz said:

Affirmer que l’IF atteindrait ce but d’une meilleure façon que la restriction classique est une nouveauté par rapport au consensus : c’est plutôt à toi de fournir des arguments.

Je n'ai pas d'argument, puisque je ne défend pas ça ?

Sauf si on place "faisabilité de long-terme chez l'humain" dans le "meilleure", auquel cas je pense que c'est évident.

 

7 hours ago, Boz said:

Donc si le but d’une personne en pratiquant le jeûne est d’augmenter ce processus, elle se trompe peut-être d’outil

Sauf si les deux outils sont synergétiques, ce que défendent des gens comme lean gain par exemple. Je n'ai pas creusé, je ne sais pas si c'est un effet réel.

  • Love 1
Link to comment
  • 3 weeks later...
On 1/30/2022 at 11:10 PM, Jensen said:

 

2 mois plus tard....

 

J'ai perdu 3kg et 3 cm de tour de taille pendant les 3 premières semaines. J'ai été honnêtement bluffé. Après ça, je suis resté sur un plateau assez longtemps avant de reperdre 1kg/cm de plus. Donc au final je suis à 72kg/80cm de tour de taille, ce qui me ramène à ma morphologie de quand je faisais attention. J'aimerais bien en perdre 1-2 de plus, mais ça va peut-être venir tout seul, et de toute façon je suis déjà satisfait du résultat.

 

Niveau santé...

J'ai eu plein de problèmes inflammatoires, donc certains nouveaux, dans les première semaines. De côté là, c'est un peu décevant. Soit c'est un hasard, soit la théorie voulant qu'une perte de poids rapide libère les toxiques stockées dans la graisse est parfaitement exacte. Sachant que 1kg/semaine pour un non-obèse, c'est très rapide comme perte. Ces problèmes se sont depuis résolus (ou revenu à leur état pré-changement de régime pour ceux qui existaient avant). J'avais espéré une amélioration, c'est raté (sauf sur les mots de tête).

 

Niveau appétit, grosse diminution. J'ai plusieurs fois fait 20h d'IF pas parce que j'avais décidé de le faire, mais simplement parce que je n'avais pas faim. Quand j'ai faim, c'est beaucoup moins intense. Ça a continué après la perte de poids initiale. Sachant que j'ai besoin de faire de l'IF pour contrôler des problèmes inflammatoires (que j'ai depuis longtemps), ça m'arrange bien.

 

Excellente surprise du côté des maux de tête/migraine: quasiment disparus. Les 3 première semaines, j'ai dû prendre un cacheton presque tout les jours, mais depuis, plus rien. 1 ou 2 maux de tête léger ici et là, pas suffisamment intense pour justifier un médoc. Rien à voir avec les migraines quasi-hebdomadaires d'avant. Sinon, j'ai eu aussi 2 occasions de boires de l'alcool, dans des quantités qui d'habitude auraient absolument nécessité 1g de paracétamol le lendemain. Là, rien.

L'effet est assez surprenant, mais très bienvenu. En cherchant rapidement sur pubmed, un effet réel est vraisemblable https://www.bmj.com/content/374/bmj.n1448

 

Du coup, de mon point de vue, c'est un succès :) je continue! J'attends avec impatience l'été pour tester la théorie des coups de soleil (décision que je vais peut-être regretter ?).

Comme mentionné dans mon premier post, virer les huiles de graines n'est pas le seul changement (j'ai dû supprimer/fortement réduire les restau et beaucoup de bouffe toute prête pour éviter les huiles de graines qui sont partout, je cours régulièrement et j'utilise de la luminothérapie red/IR), donc peut-être qu'en fait les progrès que j'ai obtenu n'ont rien à voir avec les huiles de graines. Mais je n'ai pas suffisamment envie de le savoir avec certitude pour arroser ma bouffe d'huile de soja tout en me privant de restau.

Link to comment

Bof. Apparemment le maintien d'une activité régulière (type marche) permet de limiter cette perte (sans la stopper). 

 

Source : ma gueule (je suis pas chez moi). 

Link to comment

Ben ya des tas d'études sur ça (la flemme de chercher là).

Édit : ça dépend aussi si on part avec beaucoup de gras ou pas.

Link to comment
9 hours ago, Boz said:

Le problème avec les pertes de poids aussi rapides, c'est la perte musculaire.

C'est pour ça que je mesure le tour de taille.

Je n'ai pas l'impression d'avoir perdu de muscle, mais c'est du pifomètre. Par contre, la corrélation tour de taille/poids suggère fortement que c'est bien essentiellement le gras qui est parti (les deux sont très bien corrélés).

 

Sinon, très souvent, pour obtenir une perte de poids aussi rapide, il faut affamer les gens, ce qui est forcément plus traumatique pour l’organisme. Là, j'ai toujours mangé à ma faim.

  • Yea 3
Link to comment

Je me complémente en oméga-3 depuis quelques semaines, et j'ai remarqué que je redevenais beaucoup plus sensible au soleil. Quand j'étais jeune, je rissolais immédiatement dès que le soleil brillait un peu ; puis en passant en low-carb strict (aux lipides principalement saturés, si ce n'est quelques oméga-9), j'étais devenu relativement résistant au soleil, même en été, à mon grand étonnement. A présent, j'ai à nouveau du mal à rester longtemps exposé aux rayons qu'il darde (alors qu'on n'est qu'en Mars), même si c'est évidemment bien moins dramatique que dans ma jeunesse.

Link to comment
10 hours ago, Rincevent said:

Je me complémente en oméga-3 depuis quelques semaines, et j'ai remarqué que je redevenais beaucoup plus sensible au soleil. Quand j'étais jeune, je rissolais immédiatement dès que le soleil brillait un peu ; puis en passant en low-carb strict (aux lipides principalement saturés, si ce n'est quelques oméga-9), j'étais devenu relativement résistant au soleil, même en été, à mon grand étonnement. A présent, j'ai à nouveau du mal à rester longtemps exposé aux rayons qu'il darde (alors qu'on n'est qu'en Mars), même si c'est évidemment bien moins dramatique que dans ma jeunesse.

 

Quelle est la théorie ? Les coups de soleils sont liés à l'oxydation d'acides gras, or un saturé ne s'oxide pas car il n'y a pas de place dessus pour gagner un oxygène ?

Link to comment
il y a 20 minutes, Mister_Bretzel a dit :

Quelle est la théorie ? Les coups de soleils sont liés à l'oxydation d'acides gras, or un saturé ne s'oxide pas car il n'y a pas de place dessus pour gagner un oxygène ?

En gros, oui. Il me semble que @Nick de Cusa ou @Jesrad en avaient parlé. 

Link to comment

Pas fort convaincu que supplementer en omegas 3 soit fort utile vs bien manger.

 

~~

Un exemple de pourquoi modifier son mode de vie peut etre preferable a prendre des medicaments pour tenter de rattraper le coup :

 

Quote

Preconception paternal metformin treatment is associated with major birth defects, particularly genital birth defects in boys. Further research should replicate these findings and clarify the causation.

https://www.acpjournals.org/doi/10.7326/M21-4389

Link to comment
il y a 30 minutes, Nick de Cusa a dit :

Pas fort convaincu que supplementer en omegas 3 soit fort utile vs bien manger.

Et bien manger vs bien manger et se supplémenter en oméga-3 ?

Link to comment
il y a 31 minutes, Nick de Cusa a dit :

Pourquoi pas manger suffisamment d'omegas 3 ? 

Les poissons gras sont hors de prix dans certains pays.

Link to comment

Même le maquereau ? (Mélangé avec de la purée de potiron et/ou patates douces, 3 fois par semaine et hop, plus besoin de pilule).

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...