Jump to content

Gaspard Koenig


Recommended Posts

Le 23/02/2021 à 12:35, GilliB a dit :

L'homme est libre et n'a pas besoin de l'état pour exister. Par contre l'état a besoin de contrainte pour exister, et les hommes d'état (de pouvoir) préfèrent des sujets non libres pour assouvir leur volonté de pouvoir.

Robinson est libre, par contre Vendredi ne l'est pas.

Au début, ensuite, Robinson se rend compte qu'il est lui même prisonnier et que c'est Vendredi qui est libre...

La liberté c'est compliqué

Link to post

Quelques précisions : le kantisme ne présuppose pas la liberté naturelle, elle est un postulat de la raison pratique. Tous les libéraux ne pensent pas qu'il s'agit d'un donné naturel, et assigne à la loi le rôle de la rendre possible ou d'en freiner sa version dégradée, la licence (ex Locke). C'est surtout les libéraux de la première vague de la Modernité qui pense ça (selon la terminologie de L Strauss). Pensez par ex au texte de Hayek sur le conservatisme, il se dit whig et parle de 'la liberté sous le droit'. Il y a un côté très kantien dans cette déclaration (la loi est une manifestation de la liberté individuelle parce qu'elle est le produit de la volonté autonome de ceux qui s'y soumettent). Mais on en reparle.

  • Yea 2
  • Love 1
Link to post
il y a 19 minutes, F. mas a dit :

le kantisme ne présuppose pas la liberté naturelle, elle est un postulat de la raison pratique.

Oui merci de corriger.

Pour être rigoureux, j'aurais dû dire que Kant reconnaît que tous les droits existent dans l'état pré-juridique, où règne le droit privé (c'est difficile de parler d'état de nature, Kant préférant des divisions comme état originel et état adventice), et que l'Etat juridique ou Etat de droit permet à chacun d'en jouir, grâce au recours au droit public. Ici d'ailleurs, la distinction de Kant n'est pas celle des juristes (je crois): le droit public est le droit tel qu’il est accessible à tous, rendu public, tandis que le droit privé, quoiqu’il puisse être dérivé a priori, consiste en ce que chacun suit son propre jugement, avec des désaccords possibles en raison de la faillibilité de la raison humaine. Pour échapper à ce problème et s’assurer que chacun puisse profiter de ses droits, il nous faut une justice publique dans un Etat juridique, justice qui se décompose en justice protective, distributive et commutative. Point I wanted to make was que l'Etat ne rend pas l'homme libre dans Kant, c'est plutôt qu'il lui permait d'exercer sa liberté (i.e. jouir de ses droits), tandis que pour Rousseau, on passe d'une liberté mauvaise (l'indépendance) à une liberté bonne (la liberté civile).

Un exemple: les 'condominiums' n'étaient pas reconnus par la loi en Allemagne avant 1951 (et aux US avant 1960). Ce n'est pas que c'était physiquement impossible d'acquérir un condominium ou que la loi l'interdisait: c'est juste que ça n'était pas moralement possible, parce que le 'condominium' n'existait pas. La loi a donc permis aux individus de jouir de ce droit. Rousseau reconnaît aussi des droits dans l'état de nature (le DN), mais il y a un tour de passe-passe des DN aux droits civils, par lequel "chacun s’unissant à tous n’obéit pourtant qu’à lui-même et reste aussi libre qu’auparavant," qu'on ne trouve pas dans Kant. La liberté s'en trouve complètement phagocytée par la souveraineté.

il y a 43 minutes, F. mas a dit :

Pensez par ex au texte de Hayek sur le conservatisme, il se dit whig et parle de 'la liberté sous le droit'. Il y a un côté très kantien dans cette déclaration (la loi est une manifestation de la liberté individuelle parce qu'elle est le produit de la volonté autonome de ceux qui s'y soumettent).

D'un autre côté, dans Hayek, on se soumet bien souvent à la loi sans le savoir (knowing that/knowing how), et la loi est plutôt l'expression de la liberté parce que ce que Hayek a en tête est la loi coutumière, évolutive/spontanée. Dans Kant en revanche, se soumettre à l'impératif de la loi est une opération tout ce qu'il y a de plus consciente. Parce que 'nature' dans Hayek n'a pas le sens qu'il a pour les théoriciens modernes du DN comme Locke, où c'est qqch de fixe et de très divin. Le point commun restant que le droit n'est pas créé mais découvert, que cette découverte soit religieuse et raisonnable (Locke) ou catallactique (Hayek).

Mais c'est là le Hayek de DLL, et c'est bien différent du Hayek de la Constitution de la liberté (celui que critiquent Hamowy et Rothbard). (C'est aussi le plus convaincant.) Donc ça ne se contredit pas.

  • Yea 3
Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...