Jump to content

Théories libérales, économétrie


Demandred

Recommended Posts

Oui et ? La réponse à cette question est le plus intéressant, sans ça c'est juste un fun fact.

Dans ma phrase il n'y a pas de questions.

Par contre effectivement, j'aimerais bien savoir pourquoi on est passé de 388 à 62, mais je n'ai pas une AM (ou plus à perdre) pour satisfaire ma curiosité.

Donc j'en resterais au fun fact.

Link to comment

Certaines personnes pensent vraiment que les 62 plus riches ont ça sur un compte bancaire. Beaucoup n'ont même pas les connaissances de base comme la valorisation des actions des entreprises qui n'est que latente.

En même temps, beaucoup de personnes ne voient pas la différence que cela fait entre avoir 1 Mds et 2 Mds.

A partir d'un certain chiffre, tu perds le sens des grandeurs.

Sais plus qui disait que la richesse c'était quand tu étais à te payer un jet privé car il y avait pas plus haut dans le standing.

Ben j'ai aucune idée d'à partir de combien de fortune il est courant d'avoir un jet privé.

Link to comment

Certaines personnes pensent vraiment que les 62 plus riches ont ça sur un compte bancaire. Beaucoup n'ont même pas les connaissances de base comme la valorisation des actions des entreprises qui n'est que latente.

Oui ce sont des anticipations de flux futurs qui sont incertains.

Link to comment

En même temps, beaucoup de personnes ne voient pas la différence que cela fait entre avoir 1 Mds et 2 Mds.

A partir d'un certain chiffre, tu perds le sens des grandeurs.

Sais plus qui disait que la richesse c'était quand tu étais à te payer un jet privé car il y avait pas plus haut dans le standing.

Ben j'ai aucune idée d'à partir de combien de fortune il est courant d'avoir un jet privé.

 

J'avais lu je ne sais plus où qu'il n'y a plus d'augmentation majeure du bien-être dès lors que l'on gagne plus de 80k€ par an.

Link to comment

Pour moi la seule chose intéressante, c'est qu'en 2010 ils étaient 388, maintenant ils ne sont que 62.

Rien ne dit que les 62 d'aujourd'hui aient fait partie des 388 d'hier.

Sinon, beaucoup d'indices tendent vers l'idée qu'une politique monétaire trop accomodante est source d'inégalités accrues, notamment par le biais de la déformation des structures de production.

Link to comment

Bon je vais poser la question autrement. Est-ce que la seule vraie difference entre l'approche neo-classique et l'approche autrichienne en microeconomie reside dans la continuite des fonctions d'utilite ?

En fait la vraie position autrichienne, c'est qu'il n'existe pas de fonction d'utilité, ni agrégée (because on ne compare pas intersubjectivement les utilités), ni individuelle (because l'utilité est ordinale et non cardinale, en plus d'être fluctuante à chaque instant).

Il y a évidemment de nombreux autres points de désaccord. On peut citer par exemple que pour les Autrichiens, la valeur remonte la structure de production, et n'est donc pas conditionnée par les coûts en amont.

Link to comment

Juste une question :

Pourquoi l'État ?

Plus haut j'ai décrit le modèle de Ganssmann (un dérivé de la théorie de Polanyi). La société est fondée sur trois piliers: le marché, l'état et des associations (cercles réciproques). Donc on peut choisir entre ces trois alternatives. Dans chaque cas, il y a le danger d'un developpement corrompu, c'est-à-dire respectivement l'abus du pouvoir économique, administratif, ou culturel. La détermination de l'optimum politique requiert analyser le passé, et experimenter. Dans la pratique on utilise naturellement une combinaison, qui comprend et le marché, et l'état, et les cercles. 

Link to comment

Je colle cet article ici, c'est peut-être une erreur

Le matin j'écoute-regarde les blablatages de l'équipe des "Grandes Gueules" sur la 23, et je suis bien sûr régulièrement agacée, crispée, énervée, bref, par les discussions de bistrots.

Entre autres, la référence faite à cet article de Oxfam sur les plus riches de la planète gnagnagna, qui va donc en totale contradiction avec ce qui se dit ici, ou bien est-ce juste une façon d'interpréter les chiffres ?

Sachant que cette émission est grand public, bonjour les conclusions qui vont en être tirées

 

 

https://www.oxfam.org/fr/salle-de-presse/communiques/2016-01-18/62-personnes-possedent-autant-que-la-moitie-de-la-population

 

Petit démontage en règle :)https://mises.org/blog/oxfams-hypocrisy-private-wealth

Link to comment

Plus haut j'ai décrit le modèle de Ganssmann (un dérivé de la théorie de Polanyi).

Sauf que peu de gens ici apprécient Polanyi et son holisme. Disons qu'on préfère son frère Michael. ;)

Link to comment

Lis, renseigne toi. Et arrête de faire le malin, ça sera plus facile d'avoir une discussion.

Depuis le début t'es avec ta posture arrogante du mec qui sait et prend de haut les gogols alors que tout ce que tu balances comme des vérités évidentes, ce sont les arguments de base de l'ancienne économie du bien être et dérivés de ceux là, qu'on apprend au lycée et en premier cycle à l'université que tu présentes comme les derniers développements de pointe

Peut-être on n'apprend pas les les derniers développements au lycée, mais bien sûr on y apprend des théories courantes. Vu que la science avance en tâtonnant, la valeur durable des derniers développements est inconnue.

Link to comment

C'est d'ailleurs pour ça qu'il a été relégué aux oubliettes de la pensée économique, à commencer par les keynésiens eux-mêmes.

 

 

Des modèles macro existants, j'ai toujours trouvé que les modèles de théorie de la croissance étaient les plus aberrants. J'ai jamais compris qu'on puisse y accorder la moindre importance, ou trouver du "génie" dans un modèle de Solow dont on ne peut pas tirer la moindre conclusion pertinente tellement le modèle n'a aucun sens.

 

 

Oui, la réalité de la demande agrégée est proche de celle de la licorne. Personne n'a réussi, même de loin, à construire sérieusement un tel objet en partant de la microéconomie.

 

 

Yep. Et quand on mélange des modèles macroéconomiques absurdes avec une mauvaise connaissance de la théorie philosophique des stats (voire même des stats tout court), ça donne des convictions grotesques. Un modèle médiocre, auquel s'additionne une régression bidon avec un super R² de 0.95, et on a un économiste qui se voit propulsé au top de la recherche.

Bien entendu, la science économique fait parti des sciences humaines. Ils ont pour but de structurer la pensée, même si leurs théories sont peu exactes. Chaque modèle a ses propres suppositions, et c'est évident que la réalité dévie des abstractions. Néanmoins, un modêle est parfois à même de prédire la direction du développement (pas sa magnitude). Donc on peut bénéficier de leur application, à condition qu'on fait preuve d'un bon jugement. Les modêles macro sont de valeur notamment pour l'économétrie. Ils contribuent à réfléchir sur la politique économique. De plus ils aident à exposer des inconsistances politiques. Je ne pense pas que la vérité humaine soit vraiment reconnaissable. Nous sommes condamnés à louvoyer. C'est pourquoi je n'aime pas une approche purement autrichienne, ou kéynessienne, ou néoclassique, ou même économique.
Link to comment

Justement, il y a eu une longue polémique entre les économistes autrichiens dans la seconde moitié du 20ème siècle. Avec d'un côté, Rothbard qui rejetait tout compromis, et acceptait la praxéologie comme seul moyen d'établir la vérité. De l'autres différentes branches plus ou moins batardes, allant de l'acceptation du positivisme et des modèles d'inspiration néoclassiques, à l'herméneutique.

Malheureusement je ne connais pas l'oeuvre de Kizner et Lachmann. Mais je ne peux pas m'imaginer un précepte de conduit, qui est à même d'équilibrer le marché de façon efficace.

Link to comment

Le mot équilibre est trompeur et inutile à moins de parler d'ordres de grandeurs macro du style "il n'y a pas de pénuries de X" (X = chaussures par ex)

 

 

Bien entendu, la science économique fait parti des sciences humaines. Ils ont pour but de structurer la pensée, même si leurs théories sont peu exactes. Chaque modèle a ses propres suppositions, et c'est évident que la réalité dévie des abstractions. Néanmoins, un modêle est parfois à même de prédire la direction du développement (pas sa magnitude). Donc on peut bénéficier de leur application, à condition qu'on fait preuve d'un bon jugement. Les modêles macro sont de valeur notamment pour l'économétrie. Ils contribuent à réfléchir sur la politique économique. De plus ils aident à exposer des inconsistances politiques. Je ne pense pas que la vérité humaine soit vraiment reconnaissable. Nous sommes condamnés à louvoyer. C'est pourquoi je n'aime pas une approche purement autrichienne, ou kéynessienne, ou néoclassique, ou même économique.

 

 

Ok mais tu as lu tout le thread ? Il y a un moment où certains expliquent bien qu'on s'en fout que Carrefour paye des économistes pour prédire ses futurs besoins de stock de jambon, toute la question est de savoir ce que les gouvernements font avec notre argent, comment ils le justifient etc.. De même il est fortement possible qu'il existe une manière intelligente de manipuler l'argent du peuple pour le "bien commun", moi je pense que les solutions simples sont celles qui fonctionnent le mieux et moins les gouvernements on de choses à s'occuper mieux c'est ; ils pourront se concentrer sur l'essentiel. Par exemple l’élection présidentielle de cette année (en france) les journalistes discutent de savoir si fillon va arrêter de faire rembourser les lunettes par l'état, c'est d'un ridicule...

Link to comment

Malheureusement je ne connais pas l'oeuvre de Kizner et Lachmann.

C'est fort dommage, Kirzner notamment est un économiste de calibre nobélisable. Et c'est pas loin de ce qui se fait de mieux pour ce qui est de la vision autrichienne de ce qu'est un marché.

Link to comment

 

Bien entendu, la science économique fait parti des sciences humaines. Ils ont pour but de structurer la pensée, même si leurs théories sont peu exactes. Chaque modèle a ses propres suppositions, et c'est évident que la réalité dévie des abstractions. Néanmoins, un modêle est parfois à même de prédire la direction du développement (pas sa magnitude). Donc on peut bénéficier de leur application, à condition qu'on fait preuve d'un bon jugement. Les modêles macro sont de valeur notamment pour l'économétrie. Ils contribuent à réfléchir sur la politique économique. De plus ils aident à exposer des inconsistances politiques. Je ne pense pas que la vérité humaine soit vraiment reconnaissable. Nous sommes condamnés à louvoyer. C'est pourquoi je n'aime pas une approche purement autrichienne, ou kéynessienne, ou néoclassique, ou même économique.

 

 

Malheureusement, si tu fais trop d'abstractions, tu ne peux tirer aucune conclusion. Et les modèles macro sont faites à partir de tellement de présupposés opposés à la réalité, d'agrégats vides de sens, et de relations soit disant "aproximables a court terme" qu'ils n'ont aucune valeur.

 

Ensuite, ils n'ont aucune valeur pour l'économétrie. Parce que faire des régressions entre 2 agrégats vides de sens, en faisant abstraction de toutes les autres variables, ça ne te donne aucune indication quelque soit.

Donne moi un modèle qui donne des prévisions pertinentes, on en reparlera.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...