Jump to content

Recommended Posts

Au fait, la (récente ?) alliance Turquie-Qatar-Iran, contre les Saoudiens, égyptiens & co, bouleverse-t-elle la ligne de front traditionnelle chiite/sunnite ? Peut-on comprendre les évolutions en matière de politique religieuse de la Turquie (réac) et de l'Arabie Saoudite (prog) comme une évolution au sein de nouveaux camps, désormais modérés/alliés avec les occidentaux, vs radicaux, chiites et sunnites ensemble ?

Link to post
Share on other sites
Le mercredi 28 février 2018 à 21:59, Mégille a dit :

Au fait, la (récente ?) alliance Turquie-Qatar-Iran, contre les Saoudiens, égyptiens & co, bouleverse-t-elle la ligne de front traditionnelle chiite/sunnite ? Peut-on comprendre les évolutions en matière de politique religieuse de la Turquie (réac) et de l'Arabie Saoudite (prog) comme une évolution au sein de nouveaux camps, désormais modérés/alliés avec les occidentaux, vs radicaux, chiites et sunnites ensemble ?

 

Il n'y pas d'alliance Qatar-Turquie et Iran, il y a un simple croisement d'intérêt dans des sujets plutôt limités.

Mais effectivement, ce mini rapprochement met à mal les pseudo analyses à base de sunnites contre chiites. Les choses sont beaucoup plus complexes en réalité que ça en a l'air.

Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...

Hum, à une époque, je craignais que la Turquie attaqué par la Russie déclenche des problèmes par le jeu des alliances... 

 

 Mais maintenant qu'il a rejoint Poutine. Bah à voir. 

Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...
  • 5 weeks later...

 

il y a 29 minutes, Bézoukhov a dit :

Comme d'habitude, les journalistes occidentaux ont l'air d'avoir fait du wishful thinking la veille de l'élection.

 

Il y a un mois j'avais lu dans nos médias que Meral Aksener regroupait toute l'opposition t il y a quelques jours on parlait de Ince comme concurrent dangereux pour Erdogan.

Effectivement certains journalistes ont encore pris leurs voeux pour des réalités.

Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Bézoukhov a dit :

Comme d'habitude, les journalistes occidentaux ont l'air d'avoir fait du wishful thinking la veille de l'élection.

 

Après pour Ince, c'est toujours mieux que Mélenchon (ou tous les autres en fait) au premier tour chez nous. Je peux comprendre qu'il y ait eu un engouement et que l'opposition ait été particulièrement sur le devant de la scène médiatique ces derniers jours/semaines. Après j'ai absolument pas suivi cette élection, mais j'avais cru comprendre que Erdogan passerai certainement au second tour, et qu'il aurait certainement été élu à ce second tour. A trois % près, ils n'avaient pas tort.

Link to post
Share on other sites
5 hours ago, Nick de Cusa said:

d'autant plus remarquable en période d'échec économique

Ou pas.

 

Déjà, à voir si ceux qui dénoncent des bourrages d'urnes ont tord ou pas.

 

 

Ensuite, la période d'échec économique est une merveilleuse période pour se souder contre un ennemi responsable de cet échec.

Suivant ton pays cela peut-être les USA, l'occident, les juifs, etc.

 

  • Yea 2
Link to post
Share on other sites
Le 24/06/2018 à 20:43, Bézoukhov a dit :

Comme d'habitude, les journalistes occidentaux ont l'air d'avoir fait du wishful thinking la veille de l'élection.

 

Cette idée que Erdogan pourrait avoir à passer par un second tour, c'était aussi celle qui prévalait en Turquie ces dernières semaines ou du moins la possibilité était sur la table ; nos journalistes n'ont rien inventé, ils sont allés prendre la température à Istanbul.

Il faut se rappeler que la presse n'est pas libre, que nombre de journaux radios, etc..ont été fermés après le coup d'Etat, que par exemple wikipedia n'est pas accessible, qu'il y a des milliers de personnes (universitaires, militaires, journalistes, fonctionnaires kémalistes ....) en prison etc.. Ce n'est guère propice à une campagne électorale très équilibrée. L'AKP dispose de beaucoup de relais et de moyens de pression dans la société.

Le référendum de l'an dernier qui donne officiellement des pouvoirs présidentiels très élargis à Erdogan à partir de la prochaine mandature (il les a déjà officieusement depuis le coup d'Etat de juillet 2016) a été gagné à 51,3 % avec beaucoup de plaintes pour fraude. Le Conseil électoral a rejeté toutes ces plaintes en bloc, mais la société turque apparaît comme coupée en deux au regard de son adhésion à Erdogan.

Le basculement pro ou contre Erdogan, c'est l'affaire de quelques points, d'autant qu'au Parlement, il a la majorité grâce à l'alliance avec le MHP (extrême-droite nationaliste) (42 % pour l'AKP et 11 % pour le MHP)
Si Erdogan a provoqué des élections anticipées, c'est parce qu'il sait très bien que sa popularité est chancelante, notamment dans la région d'Istanbul-Maramara, la plus dynamique. La situation éco est difficile, la lire turque a perdu beaucoup de sa valeur, les investisseurs étrangers sont réticents. Il ne voulait pas attendre 2019 qu'il voyait comme la possibilité de laisser partir des voix qui sont encore à lui, mais rien n'était assuré. Il a tenté un coup de poker très risqué, et il l'a réussi. Le voilà officiellement avec les pleins pouvoirs présidentiels. 

  • Yea 3
Link to post
Share on other sites
Le 24/06/2018 à 21:15, Zagor a dit :

 

 

Il y a un mois j'avais lu dans nos médias que Meral Aksener regroupait toute l'opposition t il y a quelques jours on parlait de Ince comme concurrent dangereux pour Erdogan.

Effectivement certains journalistes ont encore pris leurs voeux pour des réalités.

 

Les élections anticipées ont été annoncées mi-avril pour le 24 juin 2018. Prises de court, les différentes forces d'opposition ont essayé de trouver la bonne formule pour contrer Erdogan.
Meral Aksener avait un assez bon profil (de droite, nationaliste, conservatrice musulmane) pour rallier à elle des électeurs AKP déçus (parti d'Erdogan) ou MHP (parti nationaliste dont elle est issue).
Le principal parti d'opposition (CHP, social démocrate, ancien parti d'Ataturk, représenté par Muharrem Ince à la présidentielle) lui a même prêté des députés pour que son tout nouveau parti ("Bon parti") puisse participer aux élections. Mais le CHP a présenté ses propres candidats et l'autre parti d'opposition (HDP, kurde à l'origine, mais étendu à toute la société turque actuellement) avait averti qu'il ne pourrait pas voter pour cette candidate nationaliste. Bref, il y a eu beaucoup de tractations (bon résumé dans article du Point ci-dessous), beaucoup d'espoirs (l'unité de l'AKP n'est pas si solide que cela et il a perdu des sièges*), mais ça n'a pas abouti.

http://www.lepoint.fr/monde/turquie-l-opposition-en-quete-d-unite-face-a-erdogan-avant-les-elections-26-04-2018-2213761_24.php

Rappelons aussi que la Turquie vit au rythme de l'Etat d'urgence et que si théoriquement il y a égalité des temps de parole entre les candidats, ce n'est pas le cas en pratique. 

* Aux législatives de nov 2015 (qui était un revote après celles de juin 2015 où l'AKP avait perdu sa majorité absolue), AKP + MHP avaient 357 sièges sur 550 (dont 317 pour l'AKP)
Aujourd'hui, les mêmes ont 344 sièges sur 600 (dont 295 pour l'AKP) - résultat provisoire

  • Yea 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Nathalie MP a dit :

Cette idée que Erdogan pourrait avoir à passer par un second tour, c'était aussi celle qui prévalait en Turquie ces dernières semaines ou du moins la possibilité était sur la table ; nos journalistes n'ont rien inventé, ils sont aller prendre la température à Istanbul.

A Istanbul ? La ville la moins représentative de Turquie ? Autant juger de la température en Suisse à partir de Genève-1202, ou aux USA à partir de Manhattan, ou en Israël à partir de Sheinkin, ou... bref, tu m'as compris.

Link to post
Share on other sites

Oui, enfin quand je dis Istanbul je veux dire Turquie, comme le montre le début de ma phrase. Donc Edit : lire : Turquie.

 

* Précision sur les sièges au Parlement : l'AKP a 290 sièges sur 600 et son allié MHP 49 / 600 soit un total de 339 / 600.

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Nathalie MP a dit :

Oui, enfin quand je dis Istanbul je veux dire Turquie, comme le montre le début de ma phrase. Donc Edit : lire : Turquie.

Seulement, je soupçonnes que tu aies eu raison, et que la plupart des journalistes se soient effectivement contentés d'Istanbul pour leurs "informations".

Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, Bisounours a dit :

Erdogan a remporté le plus de voix en dehors de la Turquie, et surtout en Belgique..... comment comprendre ça ?

Nostalgie ?

 

http://www.levif.be/actualite/belgique/la-belgique-est-le-pays-europeen-ou-erdogan-a-obtenu-le-plus-de-voix/article-normal-858657.html

Il n'est pas impossible que les Turcs émigrés ne constituent pas un échantillon représentatif des Turcs en général (litote, mais je crois l'idée généralisanle à la plupart des nationalités, avec des biais cependant différents).

Link to post
Share on other sites
51 minutes ago, Bisounours said:

Erdogan a remporté le plus de voix en dehors de la Turquie, et surtout en Belgique..... comment comprendre ça ?

 


Pour avoir lu des témoignage le:

"Erdogan, le gars qui ne courbe pas devant l'occident" cela marche pas mal dans les minorités turques à qui certains expliquent qu'ils sont opprimés par leur pays d'accueil.

  • Yea 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Rincevent a dit :

les Turcs émigrés ne constituent pas un échantillon représentatif des Turcs en général

ben oui, et donc ? ils vivent ailleurs qu'en Turquie, généralement dans des pays plus libres, et ils votent pour un homme dont on ne peut pas dire qu'il soit un partisan du respect des droits individuels. Moi ça m'interpelle.

 

Il y a 1 heure, Marlenus a dit :

cela marche pas mal dans les minorités turques à qui certains expliquent qu'ils sont opprimés par leur pays d'accueil.

oui, c'est sûrement une des raisons.

Link to post
Share on other sites

Je parle pas un mot de turc mais dès que j’écoute un discours d’Erdogan, je suis comme hypnotisé. Ça me fait le même effet avec les discours d’Hitler ou de dictateurs arabes. Je me demande si c’est lié à ces langues respectives ou à l’éloquence, la cadence, etc, de ces individus. Il y a comme une forme de musique dans leurs discours.

Link to post
Share on other sites

Possible que les turcs éxilés soient en grande partie des campagnards, ou que l'exil rende plus nationaliste, ou qu'ils ne subissent pas directement les dommages de sa politique mais ne voit que le coté 'retour de l'empire ottoman', ou que Erdogan a de meilleurs moyens de propagande à l'étranger que ses concurrents, ou ...

Bref c'est pas vraiment une bonne nouvelle mais pas très surprenant non plus, la nationalisme turc est un boulet assez visible dans les conversations.

Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Fagotto a dit :

Possible que les turcs éxilés soient en grande partie des campagnards, ou que l'exil rende plus nationaliste, ou qu'ils ne subissent pas directement les dommages de sa politique mais ne voit que le coté 'retour de l'empire ottoman', ou que Erdogan a de meilleurs moyens de propagande à l'étranger que ses concurrents, ou ...

Bref c'est pas vraiment une bonne nouvelle mais pas très surprenant non plus, la nationalisme turc est un boulet assez visible dans les conversations.

Je suis très convaincu par l'explication 1 (des campagnards) et plus marginalement par la 3 (ils ne subissent pas les coûts mais bénéficient du prestige).

 

D'une manière générale, en Occident, on sous-estime très largement le "nationalisme externe" de la plupart des immigrés et d'une bonne partie de leurs descendants. Je me souviens assez nettement d'un Grand Ancien qui conversait avec un inconnu dans un bar parisien il y a quelques années. Il avait commencé à vouloir le convertir, AGLLB-style ("Tu es d'accord pour dire que l'impôt c'est du vol ? Que le gouvernement c'est une mafia de criminels et de salopards ?"), et l'inconnu lui emboîtait volontiers le pas. Puis à un moment, la conversation dérive sur la colonisation et le pays d'origine de l'inconnu, et là, brutalement, l'inconnu se cabre ("Ah non, pas Bourguiba ! Bourguiba c'est pas un criminel, c'est le père de la nation, t'as pas le droit de dire ça !), et devient aussi réceptif qu'un mur au grand étonnement du Grand Ancien de l'AGLLB.

Link to post
Share on other sites

J'ai vu ca avec des Marocains. La France n'est pas loin d'être une horrible dictature aux politiciens qui s'en mettent plein les poches mais Mohammed VI, c'est vraiment un chic type.

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites

Si Erdogan veut jouer au sultan il sera temps de finir le boulot: libérer Constantinople, renvoyer les turcs en Asie centrale et restaurer l'Empire Romain d'Orient. Et si on est joueur on pousse jusqu'à Jérusalem pour mettre un terme au merdier israélo-palestinien !

  • Yea 1
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Hayek's plosive
      Ca a l'air de gentiment secouer au Belarus:
       
       
      Est-ce que c'est un "soulevement populaire" facon revolution orange ukrainienne (avec la CIA pour emmerder les popov), ou est-ce que c'est Poutine qui manoeuvre en sous-main pour remplacer Loukachenko?
    • By Cugieran
      Hier les Suisses se sont prononcés à 50.3% pour l'initiative UDC sur la fin de l'immigration de masse.
      La réponse est plus complexe qu'il n'y parait.
      Déjà régionalement :
      http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/17/03/blank/key/2014/013.html
      Un battle ville-campagne très clair, hors Tessin qui en manifestement vraiment ras-le bol.
      Un battle alemanique-romand aussi.
       
      A chaud, ça me fait penser à deux choses :
      - en 92, les Suisses ne voulaient pas de l'UE.
      - en 02 ils ont eu les bilatéraux et la libre circulation des personnes sans plus de question
      Vu le score, que certains n'aient pas apprécié ce petit jeu (classique en Europe mais pas en Suisse) me parait possible.
       
      Ensuite, les cantons (hors Tessin) qui ont voté pour sont ruraux avec souvent plus de 80% de Suisses de plus de deux générations. Bref, ils voient passer des étrangers pour les vacances. On est dans la crispation.
       
      La pomme de discorde porte sur les infrastructures qui seraient surchargées. Comparativement aux voisins, c'est discutable mais on ne peut pas niveler par le bas.
      En revanche, Zurich, riche, qui a su s'organiser urbanistiquement pour répondre à l'afflux de population depuis longtemps, n'a pas ce genre de problème.
      Etant entendu que la croissance Suisse (globale) est directement corrélée à la démographie, le PIB/hab reste stable ou à peu près.
      Conclusion : il y a bien apport de richesses suffisant. Les problèmes d'infrastructure sont donc dus à une mauvaise allocation des ressources...
       
      Dénonciation complète des accords bilatéraux par l'UE? Je vois bien cette dernière assouvir sa petite vengeance contre le "paradis fiscal"... Bref, galère.
    • By Adrian
      Réforme constitutionnelle à risque en ce moment
       
       
      Selon les sondages sortis des urnes le non l'emporterai largement
    • By Bézoukhov
      Je sais pas si on a un sujet sur nos concitoyens des Bouches-de-la-Meuse et cie.
       
       
      "le très libéral Mark Rutte [...], un projet qui vise à taxer les bénéfices de grands groupes qui échappaient jusqu’ici à l’impôt, même si leur siège principal est établi dans le royaume. "
       
      WTF ?
    • By Hayek's plosive
      Un fil sur les omelettes scandinaves, ca manquait. Je viens de tomber sur ca:
       
      Goodbye Sweden
       
×
×
  • Create New...