Citronne

Émeutes racistes à Charlottesville

550 messages dans ce sujet

Le 20/08/2017 à 20:15, Marlenus a dit :

Tu as bien vu qu'il a écrit nazi, pas gars qui vote Le Pen?

 

 

Le mot nazi est l'abréviation du mot allemand "Nationalsozialismus". Ça donne en français National-Socialiste.

De plus le FN dans un article de contrepoints est défini comme un parti national-socialiste:

https://www.contrepoints.org/2016/11/22/142821-le-front-national-parti-dextreme-droite-ou-extreme-etatiste

C'est pour cette raison que j'ai fait le rapprochement.

 

Sinon pour en revenir aux similitudes et aux convergences idéologiques entre l'extrême droite et l'extrême gauche,j'ai évoqué le fait qu'il se battait pour les mêmes causes:

J'ai notamment parlé de la loi El Khomri.

Le PCF(Chassaigne y était farouchement opposé): http://www.lcp.fr/la-politique-en-video/loi-travail-chassaigne-gdr-denonce-un-triple-coup-de-force

Florian Philippot,le bras-droit de Marine Le Pen également: http://www.lepoint.fr/politique/loi-travail-philippot-il-faut-retirer-cette-loi-03-03-2016-2022656_20.php

 

Ce que je remarque avec l'extrême gauche et l'extrême droite actuelle c'est que le but ultime des deux franges n'est plus établir un régime totalitaire orwellien.

Ils veulent au contraire un retour à la démocratie sociale française des années 1930 à 1960: Le front populaire et les trente glorieuses.

 

Aux Etats-Unis avec du retard,il est entrain de se passer les mêmes mutations qu'en France. Les émeutes de Charlottesville servent en réalité à masquer que l'alt-right et l'alt-left sont en rivalité(voire en guerre) pour le contrôle de l' électorat prolétarien américain. Je pense que Bernie Sanders(le candidat socialiste aux présidentielles américaines de 2016) à défaut d'avoir été capable de prendre le pouvoir par les urnes s'appuie sur les social-justice warrior pour destabiliser Trump en le discréditant. Il cherche à le pousser à la démission. Trump refuse de lâcher l'alt-right car celle-ci lui permet de conquérir le pouvoir. Il est dans une position délicate. Soit il lâche l'alt-right et donc se met à dos les red necks et les prolos américains qui ne voteront pas pour lui en 2020 s'il se représente.. Soit il soutient l'alt-right et il subit les attaques de son propre parti,du parti démocrate,des médias et des institutions politiques américaines.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 14 minutes, Bong a dit :

Le mot nazi est l'abréviation du mot allemand "Nationalsozialismus". Ça donne en français National-Socialiste.

 

Il semble que ce soit une mauvaise traduction, au niveau de l'ordre des termes.

 

"N'avez-vous pas baptisé votre mouvement national-socialiste d'un seul mot, Herr Hilter ? La grammaire allemande nous apprend que dans une combinaison de mot de cette sorte le premier terme [national] sert à qualifier le second [socialisme], qui est le terme essentiel."

-Otto Strasser, Hitler and I (1940). p.9.

 

"National" étant un prédicat, la bonne traduction de "Nationalsozialismus" est donc "socialisme-national". Par extension, en bon français il faudrait parler de " socialistes-nationaux* ", et non de "nazis".

 

Il n'est pas impossible que cette mauvaise traduction perdure pour ne pas gêner la police de la pensée stalinienne (entre autres):

 

« La variété la plus réactionnaire du fascisme, c’est le fascisme du type allemand. Il s’intitule impudemment national-socialisme sans avoir rien de commun avec le socialisme. »

-Georgi Dimitrov, secrétaire général du Komintern de 1934 à 1943.

 

*Ceux-ci s'opposant aux socialistes internationaux (marxistes, communistes):

 

"A la droite nous devons prendre le nationalisme, qui a été désastreusement allié au capitalisme, et à la gauche nous devons prendre le socialisme, qui a fait une malheureuse union avec l'internationalisme. Ainsi nous donnerons forme au national-socialisme qui sera la force motrice d'une nouvelle Allemagne et d'une nouvelle Europe."

-Gregor Strasser, cité par Otto Strasser, Hitler and I (1940).

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Johnathan R. Razorback a dit :

 

Il semble que ce soit une mauvaise traduction, au niveau de l'ordre des termes.

 

"N'avez-vous pas baptisé votre mouvement national-socialiste d'un seul mot, Herr Hilter ? La grammaire allemande nous apprend que dans une combinaison de mot de cette sorte le premier terme [national] sert à qualifier le second [socialisme], qui est le terme essentiel."

-Otto Strasser, Hitler and I (1940). p.9.

 

"National" étant un prédicat, la bonne traduction de "Nationalsozialismus" est donc "socialisme-national". Par extension, en bon français il faudrait parler de " socialistes-nationaux* ", et non de "nazis".

 

Il n'est pas impossible que cette mauvaise traduction perdure pour ne pas gêner la police de la pensée stalinienne (entre autres):

 

« La variété la plus réactionnaire du fascisme, c’est le fascisme du type allemand. Il s’intitule impudemment national-socialisme sans avoir rien de commun avec le socialisme. »

-Georgi Dimitrov, secrétaire général du Komintern de 1934 à 1943.

 

*Ceux-ci s'opposant aux socialistes internationaux (marxistes, communistes):

 

"A la droite nous devons prendre le nationalisme, qui a été désastreusement allié au capitalisme, et à la gauche nous devons prendre le socialisme, qui a fait une malheureuse union avec l'internationalisme. Ainsi nous donnerons forme au national-socialisme qui sera la force motrice d'une nouvelle Allemagne et d'une nouvelle Europe."

-Gregor Strasser, cité par Otto Strasser, Hitler and I (1940).

 

Mon Dieu, tout cet étalage de confiture.

3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, Hayek's plosive a dit :

 

Mon Dieu, tout cet étalage de confiture.

 

Oui, mais j'ai appris un truc.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, Johnathan R. Razorback a dit :

Quant aux convictions personnelles des nazis, en dépit de tout le folklore néo-païen / volkïsh, certains, comme Goebbels ou Hitler se définissaient comme chrétiens (je le précise d'autant plus volontiers que certains évangélistes états-uniens attaquent l'athéisme en présentant Hitler comme un athée, ce qui est factuellement faux).

Cela est très discutable et ne fait aboslument pas consensus chez les historiens. Onfray a popularisé cette idée mais elle est fausse.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, Bong a dit :

Le mot nazi est l'abréviation du mot allemand "Nationalsozialismus". Ça donne en français National-Socialiste.

De plus le FN dans un article de contrepoints est défini comme un parti national-socialiste:

https://www.contrepoints.org/2016/11/22/142821-le-front-national-parti-dextreme-droite-ou-extreme-etatiste

C'est pour cette raison que j'ai fait le rapprochement.

 

Rapprochement facile. Après dire que ton ennemi est un nazi ça ne sert à rien, c'est juste la somme de deux idéologiques néfastes.

Il y a 12 heures, Bong a dit :

 

Sinon pour en revenir aux similitudes et aux convergences idéologiques entre l'extrême droite et l'extrême gauche,j'ai évoqué le fait qu'il se battait pour les mêmes causes:

J'ai notamment parlé de la loi El Khomri.

Le PCF(Chassaigne y était farouchement opposé): http://www.lcp.fr/la-politique-en-video/loi-travail-chassaigne-gdr-denonce-un-triple-coup-de-force

Florian Philippot,le bras-droit de Marine Le Pen également: http://www.lepoint.fr/politique/loi-travail-philippot-il-faut-retirer-cette-loi-03-03-2016-2022656_20.php

 

 

L'ennemi de mon ennemi... mais ce n'est pas un bon argument. Oui ils sont proches parce que le clivage "gauche-droite" n'a aucun sens en France (et pas que), mais chercher à expliquer leur ressemblance en utilisant Macron ça n'a pas vraiment de sens.

Il y a 12 heures, Bong a dit :

Ce que je remarque avec l'extrême gauche et l'extrême droite actuelle c'est que le but ultime des deux franges n'est plus établir un régime totalitaire orwellien.

Ils veulent au contraire un retour à la démocratie sociale française des années 1930 à 1960: Le front populaire et les trente glorieuses.

Moui. Si tu veux mon avis, ils n'ont pas vraiment de but précis.

Il y a 12 heures, Bong a dit :

 

Aux Etats-Unis avec du retard,il est entrain de se passer les mêmes mutations qu'en France. Les émeutes de Charlottesville servent en réalité à masquer que l'alt-right et l'alt-left sont en rivalité(voire en guerre) pour le contrôle de l' électorat prolétarien américain. Je pense que Bernie Sanders(le candidat socialiste aux présidentielles américaines de 2016) à défaut d'avoir été capable de prendre le pouvoir par les urnes s'appuie sur les social-justice warrior pour destabiliser Trump en le discréditant. Il cherche à le pousser à la démission. Trump refuse de lâcher l'alt-right car celle-ci lui permet de conquérir le pouvoir. Il est dans une position délicate. Soit il lâche l'alt-right et donc se met à dos les red necks et les prolos américains qui ne voteront pas pour lui en 2020 s'il se représente.. Soit il soutient l'alt-right et il subit les attaques de son propre parti,du parti démocrate,des médias et des institutions politiques américaines.

Non, la gauche "antifa" ne cherche absolument pas le soutien du prolétariat américain. Et c'est cette gauche là que l'on voit à la télé fracassant des statues. Le Parti Démocrate est à la ramasse, et est bien content d'attiser la haine contre Trump en soutenant la destruction des statues (pourquoi ne pas l'avoir fait pendant Obama ?), mais je pense qu'ils vont s'en mordre les doigts. Ces agitateurs, ces haineux, ne sont pas de bons alliés politiques.

Pourquoi ? Tout simplement parce que la haine appelle la haine, et que si les mouvements white-power sont en recrudescence c'est justement à cause de cette gauche "antifa". Tous les collectivistes ont besoin d'un ennemi ; et c'est drôle comment les deux côtés se sont bien trouvés.

 

Trump est en roue libre dans le sens où lui, comme énormément de monde, ne comprend rien à ce qu'il se passe et cherche à calmer le jeu tout en restant fidèle à son électorat (qui n'est pas composé de suprémacistes blancs).

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je comprends les arguments des opposants aux statues confédérées, surtout vis-à-vis du fait qu'elles ont été érigées dans les années 20 et 60 en pleine ségrégation - difficile de ne pas y voir la volonté d'emmerder les noirs.

 

Mais vu qu'elles n'ont pas posé problème pendant 50 ans, vu la rapidité du déboulonnage après les événements de Charlottesville, vu le contexte plus large de sensiblerie SJW et les tarés derrière ces opérations, je n'aime pas du tout l'odeur que ça laisse.

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Xav a dit :

Cela est très discutable et ne fait absolument pas consensus chez les historiens.

 

J'ai eu l'occasion de travailler sur le journal intime de Goebbels, on y trouve des manifestations de mysticisme chrétien incontestables.

 

Voici également ce qu'en disait le fasciste belge Léon Degrelle (dont le témoignage prête parfois à caution, c'est vrai): "On se trompe là aussi à propos de Hitler. Il était intensément croyant et invoquait souvent le nom de Dieu. Il était de formation chrétienne, il avait même été enfant de choeur et chantre à l'église de sa paroisse. Certains leaders nationaux‐socialistes étaient hostiles à l'Eglise, notamment Bormann et Himmler, pour ne pas parler bien sûr de Rosenberg, mais leur influence sur Hitler était à peu près nulle. Il ne prenait pas très au sérieux les recherches de Himmler sur les anciennes religions germaniques." -Léon Degrelle, Pourquoi j'ai cru en Hitler, Interview recueillie par Jean Kapel et publiée dans la revue « Histoire magazine », N° 19, septembre 1981, p.5.

 

PS: Onfray est un débile mental que je ne prend même plus la peine de lire depuis Politique du rebelle.

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant