Jump to content
Tramp

Faut-il mettre le glyphosate au frigo ?

Recommended Posts

il y a 1 minute, frigo a dit :

Mais je l'achète pas l'eau de la rivière , je l'utilise comme les générations avant moi.

 

Quand ils balançaient sans aucune réglementation tous leurs déchets dedans ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Tramp a dit :

 

Quand ils balançaient sans aucune réglementation tous leurs déchets dedans ?

Ah non en Provence il est de bonne tradition de ne pas pisser dans les sources.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, frigo a dit :

Ah non en Provence il est de bonne tradition de ne pas pisser dans les sources.

 

Ce qui n'empêche pas de pisser dans les rivières.

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, frigo said:

Ok l'affaire est réglée le glyphosate on le bouffe en fermant bien la bouche , circulez ya rien à voir.

Nope, mais on en fait pas une psychose non plus.

Normalement il ne devrait pas y en avoir autrement qu'en trace dans les sources dans la mesure ou le produit est plutôt supposé se fixer dans le sol.

Ensuite c'est claire que si tu as pour habitude faire paitre tes biquettes tout près de terrains agricoles traités au glyphosate il y a des chances qu'elles dégustent. Mais le droit du paysan à traiter son champ comme il l'entend ne doit pas être remis en cause sans une raison majeure. Je serais beaucoup plus facilement d'accord si tes chèvres se nourrissaient sur ton terrain qui lui est polluer par tes voisins. Là il y aurait matière à discuter d'un préjudice (par exemple tu vends tes produits comme bio et tes voisins te salopent tes efforts.)

Mais si tu décides de te pointer près du champ d'un voisin avec tes chèvres alors que le terrain ne t'appartiens pas, ben c'est plutôt à toi de trouver un coin épargné, plutôt qu'à lui de changer ses habitudes.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, FabriceM a dit :

 

On peut tenter de remonter le niveau de la conversation en la déplaçant légèrement. Oui, c'est assez possible que les agriculteurs s'exposent à des doses dangereuses de certains composés chimiques lorsqu'ils traitent leurs champs, lorsqu'ils préparent et/ou nettoient le matériel, etc. Et je comprends assez facilement qu'un agriculteur passe en bio pour lui, pour ses gosses, pour limiter le risque qu'il ramène des quantités dangereuses de produits sur lui, dans son foyer. Je comprends aussi que les agriculteurs soient assez sensible quant à l'idée que la concurrence  tire vers la bas la protection contre l'exposition aux produits phytos. Ce sont là des sujets sensibles qui méritent qu'on en parle sérieusement.

 

Mais même chez les agriculteurs, la question de la surmortalité par l'exposition aux produits phytos est sujette à discussions et l'ampleur du phénomène est mal définie. Les agriculteurs ont bien d'autres problèmes : stress, surcharge de travail, manque de sommeil, qui impactent leur santé. Le plus intéressant ce serait probablement des données sur les exploitants viticoles.

Arf j'ai passé quelques temps dans une exploitation "en chimie" c'était horrible , les pulvérisateurs fuyaient on s'en prenait plein la tronche, le local a produit était mal aérer ça puait la mort et on ne bosse pas du tout avec les protocoles de laboratoires croit moi. Le rinçage du matos s'effectuait directement dans la nappe phréatique via un puit. Je savais pas comment me faire virer de cet enfer vu que j'étais en CDD. J'ai fini par sortir avec le masque a gaz devant les clients (c'eatait un jardin cueillette ), débaucher sur l'heure!

  • Yea 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, frigo a dit :

Arf j'ai passé quelques temps dans une exploitation "en chimie" c'était horrible , les pulvérisateurs fuyaient on s'en prenait plein la tronche, le local a produit était mal aérer ça puait la mort et on ne bosse pas du tout avec les protocoles de laboratoires croit moi. Le rinçage du matos s'effectuait directement dans la nappe phréatique via un puits. Je savais pas comment me faire virer de cet enfer vu que j'étais en CDD. J'ai fini par sortir avec le masque a gaz devant les clients (c'était un jardin cueillette ), débauché sur l'heure!

 

Voilà qui permet de comprendre un peu mieux tes réactions assez vives sur ce sujet. Maintenant il ne faut pas mélanger le problème des patrons qui font nimp' et celui de la disponibilité des produits phytos en général.

Share this post


Link to post
Share on other sites
17 minutes ago, frigo said:

Arf j'ai passé quelques temps dans une exploitation "en chimie" c'était horrible , les pulvérisateurs fuyaient on s'en prenait plein la tronche, le local a produit était mal aérer ça puait la mort et on ne bosse pas du tout avec les protocoles de laboratoires croit moi. Le rinçage du matos s'effectuait directement dans la nappe phréatique via un puit. Je savais pas comment me faire virer de cet enfer vu que j'étais en CDD.

:icon_surpris:

17 minutes ago, frigo said:

J'ai fini par sortir avec le masque a gaz devant les clients (c'eatait un jardin cueillette ), débaucher sur l'heure!

:lol::lol::lol: bien vu !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, frigo a dit :

J'ai fini par sortir avec le masque a gaz devant les clients (c'eatait un jardin cueillette ), débaucher sur l'heure!

:lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites
8 hours ago, frigo said:

Mais je l'achète pas l'eau de la rivière , je l'utilise comme les générations avant moi.

 

Suffit de privatiser la riviere et le probleme est regle.

Ca marche meme si elle est pas soulevable

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, frigo a dit :

Ok l'affaire est réglée le glyphosate on le bouffe en fermant bien la bouche , circulez ya rien à voir.

Strawman typique d'un type qui n'a rien compris à rien.

Il y a 10 heures, frigo a dit :

Et pour quoi ce serait a moi de m'adapter à cette société et pas le contraire?

Petit flocon.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, frigo a dit :

Je lis une étude du griigen 

C'est CRIIGEN et ce sont des abrutis chimiquement purs, reconnus comme tels par toute la communauté scientifique. A raison. Poubelle.

Il y a 9 heures, frigo a dit :

Arf j'ai passé quelques temps dans une exploitation "en chimie" c'était horrible ,

On écrit Troporibl, petit flocon.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, h16 a dit :

Certes mais ça reste de l'eau salée et ça reste du NaCl, vendu en grandes surfaces dans des sacs de 25 Kg si tu veux.

Et par ici, les voitures noires sont blanches de sel tout l'hiver. Pire qu'un poulet en croute de sel. Par -10 sur route trempée, point de verglas.

Mais les poissons vont bien, ils nous passent le bonjour. Aucun problème. Pourtant, voilà les quantités !

 

Il y a 12 heures, frigo a dit :

je condamne généralement l'utilisation des pesticides.

Tu condamnes ainsi la stabilité de l'approvisionnement planétaire en ressources alimentaires, dans un monde ou on vit de mieux en mieux, malgré tout.

 

Il y a 11 heures, frigo a dit :

ça devrait au moins inciter à la prudence.

Le principe de précaution est par définition néfaste. Si tu ne peux pas prouver que A est responsable d'un problème sur B, interdire ou limiter A n'a pas de sens.

On a le même problème avec Fukushima et la fermeture consécutive des centrales nucléaires hors zone sismique et à tsunamis, ou encore l'interdiction des OGM sur la base de rien.

 

Il y a 9 heures, Tramp a dit :

Ce qui n'empêche pas de pisser dans les rivières.

Je confirme, c'est même un plaisir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Tortue joviale a dit :

 

Suffit de privatiser la riviere et le probleme est regle.

Ca marche meme si elle est pas soulevable

J'ai cette expérience, pas pour la rivière mais pour une source canalisée qui arrose une trentaine de propriétés, dont la mienne. Depuis des temps immémoriaux  (on retrouve les premiers actes écrits au XVIIeme) la source et le canal sont la propriété privée commune des arrosants.

Ca se passe bien on élit un syndic , choisi parmis les membres de l'association, et on pose nos règles, par exemple il y a consensus pour ne pas desherber chimiquement les bords du canal.

Un temps le syndic m'a demandé de m'occuper des problèmes de pollution de la source. C'est une pitié  parce que gosse je me souviens que les habitants du village faisait deux bornes pour venir boire spécialement l'eau réputée bienfaisante de cette source. Mais depuis cette source à été déclarée non potable a cause des résidus de pesticides (  vignes, oliviers)  d'hydrocarbures ( par temps d'orage on reçoit toutes les eaux du village au dessus) et de matières fecales ( les fosses sceptiques ca marche moyen).

Le problème c'est que les analyses pour trouver les traces de tel ou tel produit coûte très cher et que les pollutions sont temporaires. Du coup on a choisit la méthode du comptage de certains organismes (  genre les petites crevettes d'eau douce) très sensibles à la pollution pour vérifier l'état sanitaire de l'eau.

Alors oui la privatisation de cette ressource est une bonne chose pour nous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Parfait, et donc, si on peut prouver (scientifiquement j'entends et non pas avec les méthodes de Greepisse) que les pollutions dues aux vignes traitées phytosanitairement ("chimiquement" ça ne veut rien dire, l'eau étant un produit chimique dont la formule est H2O) ou aux hydrocarbures de votre ressource privée vous porte préjudice, alors on peut condamner les pollueurs.

 

Pas à moins que ça.

 

Personne ne soutient que les produits phyto sont inoffensifs, ils sont fait pour détruire des organismes, mais à dose précise et calculée et à organismes sélectionnés.
Le dosage du glyphosate, j'en ai utilisé, c'est faible, de mémoire, on parle de 2 a 3l par hectare. Et dès 24h après, on peut planter, on parle d'un truc non sélectif qui tue tout et qui au bout de 24h ne tue déjà plus les jeunes pousses au sol. Donc, bon...

C'est la dose qui fait le poison, toujours. C'est valable avec les produits phytos comme avec les trucs les inoffensifs a priori : boit 10l d'eau en quelques heures, c'est la mort.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, poney a dit :

Parfait, et donc, si on peut prouver (scientifiquement j'entends et non pas avec les méthodes de Greepisse) que les pollutions dues aux vignes traitées phytosanitairement ("chimiquement" ça ne veut rien dire, l'eau étant un produit chimique dont la formule est H2O) ou aux hydrocarbures de votre ressource privée vous porte préjudice, alors on peut condamner les pollueurs.

 

Pas à moins que ça.

 

Personne ne soutient que les produits phyto sont inoffensifs, ils sont fait pour détruire des organismes, mais à dose précise et calculée et à organismes sélectionnés.
Le dosage du glyphosate, j'en ai utilisé, c'est faible, de mémoire, on parle de 2 a 3l par hectare. Et dès 24h après, on peut planter, on parle d'un truc non sélectif qui tue tout et qui au bout de 24h ne tue déjà plus les jeunes pousses au sol. Donc, bon...

C'est la dose qui fait le poison, toujours. C'est valable avec les produits phytos comme avec les trucs les inoffensifs a priori : boit 10l d'eau en quelques heures, c'est la mort.

Le glyphosate est réputé avoir une demie vie de 47 jours ( temps pour que la moitié du produit soit dégradé dans le sol) mais en pratique suivant les conditions cette demie vie va de deux a  cent quatre vingt dix sept jours.

Ensuite les produits de la dégradation du glyphosate ne sont pas forcément inoffensifs. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, poney a dit :

boit 10l d'eau en quelques heures, c'est la mort.

Alors qu'avec la même quantité de pastis, tout va bien. Comme quoi, ça ne se vaut pas ces composés.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 15/03/2017 à 15:06, frigo a dit :

Mais enfin il y a moyen de produire ce que l'on veut sans glyphosate,  c'est toxique pour les organismes aquatiques , point barre, il ne faut plus l'epandre.

Ce que j'espère quand adviendra cette société de liberté de paix et de coopération volontaire c'est de voir le bleuet, le coquelicot  et la mache accompagner les blés,  c'est  grave docteur?

 

Qu'est-ce que je déteste l'expression "point barre"

Expression généralement utilisée par les gens qui n'ont pas d'arguments, faisant de leur opinion et de leur personne un argument d'autorité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est dommage parce que quand tu tapes point barre sur le moteur de recherche du forum tu vois que cette expression est utilisée par beaucoup de membres.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, frigo a dit :

C'est dommage parce que quand tu tapes point barre sur le moteur de recherche du forum tu vois que cette expression est utilisée par beaucoup de membres.

Oh tu sais, c'est pas un critère.

Ca me rappelle Gérard de Suresnes tout ça

http://gerarddesuresnes.fr/wp-content/uploads/2012/01/Gege/okpointfinalalaligne.mp3

  • Yea 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sais que ce n'est pas un critère .

A part ça j'ai lu dans le figaro santé qu'il y a 110000 nouvelles molécules chimiques dispersées dans notre environnement .

 

Autre chose, un des arguments de ce qui conteste les résultats des tests tendant à prouver l'innocuité du glyphosate comme cancérigène est que les études menées sur les rats sont menées sur des périodes de temps trop courtes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh non ! Des molécules ! Il faut faire quelque chose, on devrait interdire les molécules. Surtout les moches.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sais que beaucoup pense que c'est anodin, a mon avis contre la raison.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je sais que ce n'est pas un critère .
A part ça j'ai lu dans le figaro santé qu'il y a 110000 nouvelles molécules chimiques dispersées dans notre environnement .
 
Autre chose, un des arguments de ce qui conteste les résultats des tests tendant à prouver l'innocuité du glyphosate comme cancérigène est que les études menées sur les rats sont menées sur des périodes de temps trop courtes.

Ah oui, le fameux "on n'a pas assez de recul". Aucune étude, en des décennies de recherche, n'est parvenue à montrer un effet nocif sur les sujets d'étude. Mais c'est sur, c'est trop court, on n'a jamais assez de recul.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je parle spécifiquement de l'affaire des soupçons sur le glyphosate comme cancérigène, c'est pas si vieux cette histoire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
23 hours ago, poney said:

Parfait, et donc, si on peut prouver (scientifiquement j'entends et non pas avec les méthodes de Greepisse) que les pollutions dues aux vignes traitées phytosanitairement ("chimiquement" ça ne veut rien dire, l'eau étant un produit chimique dont la formule est H2O) ou aux hydrocarbures de votre ressource privée vous porte préjudice, alors on peut condamner les pollueurs.

 

Pas à moins que ça.

 

Personne ne soutient que les produits phyto sont inoffensifs, ils sont fait pour détruire des organismes, mais à dose précise et calculée et à organismes sélectionnés.
Le dosage du glyphosate, j'en ai utilisé, c'est faible, de mémoire, on parle de 2 a 3l par hectare. Et dès 24h après, on peut planter, on parle d'un truc non sélectif qui tue tout et qui au bout de 24h ne tue déjà plus les jeunes pousses au sol. Donc, bon...

C'est la dose qui fait le poison, toujours. C'est valable avec les produits phytos comme avec les trucs les inoffensifs a priori : boit 10l d'eau en quelques heures, c'est la mort.

Très bien. Mais tu pars du principe que tout les directeurs d'exploitation, les exploitants et autres patrons, fournisseurs, grossistes etc, toute la chaine, toute l'industrie agro alimentaire, mais aussi les laboratoires dits "indépendants", et autres experts vont TOUS travailler scrupuleusement en respectant les soit disantes "normes", notices d'utilisation, dosages, etc etc.

Dans le monde de oui-oui certainement.

J'ai un parcours professionnel qui a fait que j'ai découverts pas mal d'entreprises différentes, dans pas mal de secteurs différents, et une chose est certaine, et ce n'est pas les liberaux qui pourront dire le contraire... l'Homme reste l'Homme, avec ses vices, ses défauts etc...

Bien pour ca que le liberalisme mets l'accent sur la responsabilité.

 

Je sais pas, tout le monde ici a bien fait au moins un stage dans une entreprise et s'est bien rendu compte qu'entre les théories, les ordres, les normes, les procédures, etc et la réalité sur le terrain était vraiment différente non?...

Après, sur certains secteurs, je veux bien croire qu'il y ait + de rigueur et de contrôles que sur d'autres mais voyons... dans le secteur de l'agroalimentaire.. la puissance des lobbys, les enjeux politiques, etc... si il y a bien un secteur crony c'est bien celui là.

Donc oui, en l'absence de preuves irréfutables (sur le cancer, on peut se lever tôt), il n'y a rien vraiment rien de ridicule à mettre en doute les procédés de l'agroalimentaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

T'es vraiment un nonosse.

A quel moment est-ce que j'ai supposé que tous respectaient les normes, surtout quand on sait que c'est historiquement faux et qu'on abusé des produits phyto (notamment à cause de l'intervention de l'Etat notamment) ? A aucun moment bien sur.

 

A quel moment sur ce forum on a supposé que les entreprises et les entrepreneurs étaient tous vertueux par principes ?
Oh wait, jamais.

On a des fils entiers sur ce forum sur le lobbyings et le mensonge de l'agro alimentaire, neuneu-nonosse.

Bon, merci quand même d'avoir essayé une réponse construite.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah si. Dans le post que j'ai quoté, tu dis que c'est la dose qui fait le poison. Donc c'est bon il n'y a pas de soucis, il n'y a pas de quoi s'alarmer, les doses (et les composants, etc) sont forcement respectées.

Tu expliques d'ailleurs que toi même tu y as touché, donc tu certifies par ton expérience.

Après tu peux me traiter de nonosse 15 fois si tu veux ca ne changera rien.

 

Mais tu admets que tout le monde n'est pas vertueux, donc ca implique logiquement qu'en bout de chaîne il puisse y avoir des saloperies de faites. C'est bien au moins ca avance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme je suis sympa je vais répondre mais je ne suis pas sur que tu percutes.

Quand je dis "c'est la dose qui fait le poison", je dis que le glyphosate bien dosé n'est pas un problème.
Je ne dis aucunement que tout le monde respecte la dose.

Maintenant, je doute de tes capacités de nonosse à comprendre ce genre de propos.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

lol

Ok tu peux remplacer "glyphosate" par n'importe quoi ca reste valable, et je pense que tout le monde sur cette terre peut être d'accord.

Je te retourne un merci pour cette fabuleuse contribution.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
3 hours ago, frigo said:

Je sais que ce n'est pas un critère .

A part ça j'ai lu dans le figaro santé qu'il y a 110000 nouvelles molécules chimiques dispersées dans notre environnement .

Pas forcément étonnant, rien qu'avec les médicaments ont doit avoir une sacrée contribution de ce côté là.

3 hours ago, frigo said:

Autre chose, un des arguments de ce qui conteste les résultats des tests tendant à prouver l'innocuité du glyphosate comme cancérigène est que les études menées sur les rats sont menées sur des périodes de temps trop courtes.

J'ai déjà lu cet argument. Les rats en questions sont des espèces qui développent très vite des tumeurs, je crois qu'au delà de 3-4 mois plus ou moins toute la population est atteinte.

On les utilise donc justement parce que ça permet d'accélérer le processus de découverte et que dans une période relativement courte on peut avoir des résultats. A contrario attendre trop longtemps revient à attendre que tous les individus aient développé des tumeurs.

Séralini du Criigen a critiqué cette méthode en dans sa fameuse étude dans laquelle il s'est ridiculisé.

 

On peut remettre en question le choix de cette espèce pour les tests en labo et donc la méthode de recherche dans le domaine, mais il faut le faire avec de solides arguments et une vision des conséquences.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...