Jump to content

Où sont les intellectuels de droite ?


Recommended Posts

Je reviens systématiquement sur le même constat, à savoir que les idées dites de gauche sont généralement très répandues parmi les sphères intellectuelles. Mais peut être c'est aborder la question d'une mauvaise façon. Je précise déjà que j'entends par "droite" les dénominations communes pour le grand public, classant le libéralisme à droite, c'est sans doute discutable.

J'ai l'impression, peut-être fausse, que le marxisme connait un rebond d'intérêt après un passage à vide suite à la chute du mur. A l'inverse, je vois très peu d'intellectuels (bon je suis très centré sur la France, je le reconnais) se revendiquer du libéralisme ou de la droite de manière générale. Pour prendre un sujet que je connais un peu mieux, que reste-t-il de l’interprétation de Furet sur la Révolution française ? J'ai le sentiment qu'elle a été largement oublié dans l'historiographie contemporaine.

Et même si on va du côté de la droite plus radicale, je ne vois pas vraiment d'héritier à Maurras ou de Carl Schmitt.

Link to post
Share on other sites

J'ai le sentiment que les idées naissent à gauche et migrent à droite, pour autant que cette séparation binaire reflète une réalité autre qu'historique.

Link to post
Share on other sites
il y a 51 minutes, Reykjavik a dit :

J'ai le sentiment que les idées naissent à gauche et meurent à droite, pour autant que cette séparation binaire reflète une réalité autre qu'historique.


corrigé

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Pegase a dit :

Je reviens systématiquement sur le même constat, à savoir que les idées dites de gauche sont généralement très répandues parmi les sphères intellectuelles. Mais peut être c'est aborder la question d'une mauvaise façon. Je précise déjà que j'entends par "droite" les dénominations communes pour le grand public, classant le libéralisme à droite, c'est sans doute discutable.

J'ai l'impression, peut-être fausse, que le marxisme connait un rebond d'intérêt après un passage à vide suite à la chute du mur. A l'inverse, je vois très peu d'intellectuels (bon je suis très centré sur la France, je le reconnais) se revendiquer du libéralisme ou de la droite de manière générale. Pour prendre un sujet que je connais un peu mieux, que reste-t-il de l’interprétation de Furet sur la Révolution française ? J'ai le sentiment qu'elle a été largement oublié dans l'historiographie contemporaine.

Et même si on va du côté de la droite plus radicale, je ne vois pas vraiment d'héritier à Maurras ou de Carl Schmitt.

 

Comme un "nouveau"  Raymond Aron?

Link to post
Share on other sites

Olivier Babeau et les membres de l'institut Sapiens ? Ils ne se revendiquent pas de droite mais sont perçu ainsi quand ils ont des passages médias. 

Link to post
Share on other sites

Il y a aujourd'hui en France beaucoup d'entrepreneurs intellectuels libéraux qui font un travail important de recherche sur, approfondissement ou re-packaging et diffusion des idées libérales

- chez les libéraux que l'on dit ou qui se définissent comme "de droite", tu as par exemple Jean-Philippe Delsol ou Nicolas Lecaussin

- chez les libéraux tout court, il y en a beaucoup : par exemple Cecile Philippe et Nicolas Marques (Institut économique Molinari), Olivier Babeau (Institut Sapiens), Pierre Bentata (essayiste), Christian de Boissieu (Prof. émérite Paris I), Nicolas Bouzou (Asterès), Jean-Marc Daniel (Prof. émérite ESCP), Laurence Daziano, Erwan Le Noan et Dominique Reynié (Fondation pour l'innovation politique), Francois Facchini (Paris I), Xavier Fontanet, Gabriel Giménez-Roche et Nathalie Janson (NEOMA Business School), Robin Rivaton (essayiste), Christian Saint-Etienne (économiste), etc.

 

Mais si tu as en tête des intellectuels libéraux qui produisent véritablement de nouvelles idées ou qui défrichent de nouveaux champs, je pense que cela manque un peu en France en ce moment, le dernier étant de Jasay, hongrois mais ayant vécu en France. Il faut se tourner vers l'étranger, les Etats-Unis par exemple. La dernière grande innovation est peut-être la théorie des choix publics (1950s-60s). 

 

Les seuls trucs que je vois en un peu novateurs, mais qui ne sont pas de la production d'idées nouvelles per se, c'est :

  • en sciences politiques (comment les réformes politiques libérales se font en pratique, livre, résumé)
  • en histoire (naissance des premiers Etats, livre, résumé)
  • il y a plusieurs libéraux qui se sont intéressés aux changements culturels, politiques et techniques des Lumières et à leurs relations avec l'émergence du libéralisme, elle et lui par exemple

 

Si d'autres ont des pistes de vrais producteurs d'idées, je suis preneur.

  • Yea 5
Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, Marlenus a dit :

Zemmour

Plutôt assez liberal

Sinon il y a beaucoup de mouvement dans la droite conservatrice jeune, des paquets de revues qui sont dans la mouvance bernanosienne réac comme Philitt, Limites (Eugénie Bastié dirige je crois, mais elle interviewe volontiers José Bové pour vous dire), Raskar Kapac. Ils dévouent 90% de leurs numéros à gloser sur les éternels écrivains maudits souvent nazis et rarement intéressants. Ils sont boostés par des médias plus anciens comme Eléments (la revue du GRECE, Alain de Benoist etc. Bonne revue d'ailleurs, d'un niveau intellectuel que pas une seule revue de gauche n'a. Je me souviens d'un vieux numéro avec une double-page sur le dialogue Arendt/Monnerot sur le totalitarisme que j'ai découpée et gardée), Causeur (la revue d'Elisabeth Lévy) et le FigaroVox. C'est pour une part un contrecoup du réveil de la droite avec la Manif pour tous, d'autre part l'influence d'intellectuels issus de la gauche (Orwell, Michéa, Lasch) lus par des cathos antimodernes qui auraient été partisans de la Jeune Droite des années 30 autour d'Esprit et qui maintenant allument des bougies place de la République en lisant du Péguy ou du Boutang (les Veilleurs). Vous noterez que tous ces auteurs sont l'objet d'une actualité plus ou moins brûlante, entre Boutang réédité out the wazoo, objet d'une biographie (Stéphane Giocanti), Péguy aussi (La Philosophie de Péguy de Camille Riquier) et Michéa j'ai moins l'impression mais il publie régulièrement. Personnellement je passe tous les jours en allant au lycée devant "La Nouvelle Librairie", librairie authentiquement facho du Quartier latin où tout le gratin de droite (Zemmour le premier) vient faire des conférences/dédicaces. La vitrine est régulièrement défoncée par des antifas. C'est anecdotique mais que les fachos s'installent dans le Quartier latin historiquement très à gauche et très étudiant me semble représentatif de l'attraction qu'exerce ce droitisme antilibéral sur les jeunes.

Ça serait la droite jeune intello. A distinguer de la droite mainstream qui s'étale dans VA et le Fig'Mag' et qui ne dépasse pas la logorrhée à la Zemmour et qu'il faut vraiment être maso pour lire plus de deux minutes chez le dentiste, d'autant qu'aucun des plumitifs qui y pavane n'a le sens de la formule de Z. Mais il faut reconnaître qu'ils se vendent très bien et qu'ils ont plus de poids intellectuel que le Club de l'horloge :mrgreen:

Il y a 18 heures, Pegase a dit :

Pour prendre un sujet que je connais un peu mieux, que reste-t-il de l’interprétation de Furet sur la Révolution française ? J'ai le sentiment qu'elle a été largement oublié dans l'historiographie contemporaine.

Je ne peux pas dire précisément mais peut-être que tu trouverais des réponses dans Robespierre: l'homme qui nous divise le plus de Marcel Gauchet, récemment paru. Off the top of my head comme intellectuels libéraux ou furetiens je peux penser à Pierre Manent, Lucien Jaume, Philippe Raynaud. Plus à droite et moins voire pas libéraux du tout, Pierre-André Taguieff, Chantal Delsol.

Il y a 18 heures, Pegase a dit :

Et même si on va du côté de la droite plus radicale, je ne vois pas vraiment d'héritier à Maurras ou de Carl Schmitt.

A part Alain de Benoist justement et qui commence à se faire vieux, je ne vois personne non plus en effet. Et puis c'est bien plus un commentateur/érudit/spécialiste de Carl Schmitt qu'un héritier. Ce qu'il écrit en théorie politique est creux et nul. Carl Schmitt a davantage hérité à gauche (Chantal Mouffe, Antonio Negri, je crois que la Théorie de la constitution est citée par le Comité invisible, c'est dire) et fait aussi l'objet d'un nouvel intérêt des études universitaires (Céline Jouin, Jean-Claude Monod, Ninon Grangé, David Cumin).

Link to post
Share on other sites
il y a 51 minutes, Marlenus a dit :

Vous comptez comment Enthoven ou Zemmour?

Enthoven est un type qui dit 2 conneries, puis, sans doute pour se reposer, un truc moins con.

Sa contribution au schmilblick, il s'en fout, il cherche juste à exister médiatiquement.

Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, RaHaN a dit :

Perso, j'attends surtout qu'il sorte son propre bouquin afin de le citer comme potentielle réponse à ce fil

Homme de goût. :wub:

 

il y a 6 minutes, Vilfredo Pareto a dit :

Je me souviens d'un vieux numéro avec une double-page sur le dialogue Arendt/Monnerot sur le totalitarisme que j'ai découpée et gardée)

Et tu ferais un scan ou au moins une photo ? ;)

 

il y a 8 minutes, Vilfredo Pareto a dit :

Club de l'horloge

Tut tut tut. On dit Carrefour de l'Horloge, désormais (Riton le Mesquin a mis 41 ans à comprendre que "club" était un anglicisme).

Link to post
Share on other sites
2 hours ago, Rincevent said:

On dit Carrefour de l'Horloge, désormais (Riton le Mesquin a mis 41 ans à comprendre que "club" était un anglicisme).

Oui mais dans un carrefour, on vient de différentes origines et on va à gauche, à droite ou centre selon les cas... 

Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Sekonda a dit :

Olivier Babeau et les membres de l'institut Sapiens ? Ils ne se revendiquent pas de droite mais sont perçu ainsi quand ils ont des passages médias. 

Je suis très agréablement surpris par les tweets de Babeau.

Exemple :

"À l’âge baroque les gens avaient les pieds dans la fange mais la tête dans une monde d’harmonie dont les beautés stupéfient encore. Aujourd’hui que nous avons les pieds bien au chaud de nos technologies et de notre prospérité, c’est la tête que nous plongeon dans la fange."

"Autrefois quand on disait « des gens sont morts pour que vous puissiez jouir de la liberté », cela paraissait lointain et presque un peu rhétorique. Depuis 5 ans, cela paraît tout à fait proche et réel. La liberté ne s’use que si on ne s’en sert pas."

"Il ne pleut pas. Il y a juste un sentiment de pluie."

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Vilfredo Pareto a dit :

Plutôt assez liberal

 

Oui tout à fait, le libéralisme tendance pétainisme / algérie française sur son lit de commissariat au plan.

Il y a 3 heures, Vilfredo Pareto a dit :

que les fachos s'installent dans le Quartier latin historiquement très à gauche et très étudiant me semble représentatif de l'attraction qu'exerce ce droitisme antilibéral sur les jeunes.

Ça serait la droite jeune intello.

 

C'est oublier que l'Action française a dominé les rues du Quartier latin pendant 40 premières années du 20ème siècle.

 

Mais sinon je souscris au reste de ton message ;) 

Link to post
Share on other sites

Merci @G7H+ pour cette liste, ça correspond assez bien à ce que je recherchais. Merci à @Vilfredo Pareto également, à part Manent, je réalise que je n'en ai pas lu beaucoup.
J'ai tout de même l'impression que parmi tous les auteurs que vous avez cité, il y a surtout des politicologues, économistes, mais que certaines sciences sociales sont assez peu représentées. Or, expliquer le monde à l'aide de l'anthropologie comme le fait Graeber ça semble toujours plus profond (quand bien même il y aurait beaucoup d'esbroufe derrière).

 

Il y a 4 heures, Vilfredo Pareto a dit :

Je ne peux pas dire précisément mais peut-être que tu trouverais des réponses dans Robespierre: l'homme qui nous divise le plus de Marcel Gauchet, récemment paru

Je n'ai pas eu l'occasion de le lire, seulement quelques interventions de Gauchet sur son sujet. Ça me semble s'inscrire dans le sillage de Leuwers et Jean-Clément Martin qui veulent replacer Robespierre dans son contexte et dépolitiser l'histoire de la Révolution française (ce qui me semble parfaitement justifié), mais dans le cas de Martin, j'ai l'impression qu'on aboutit au résultat strictement inverse.

Link to post
Share on other sites

La France n'est pas libérale, le libéralisme est un épouvantail, et donc, naturellement, seule la gauche d'héritage marxiste domine le paysage politique. 

Link to post
Share on other sites

La droite n’a pas besoin d’intellectuels car elle n’a pas besoin d’idées. Les conservateurs basent leur action sur une attitude, une posture, une forme de prudence en somme. 

La droite ne veut pas changer le monde, elle n’a donc pas besoin d’idées.

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Johnnieboy said:

La droite n’a pas besoin d’intellectuels car elle n’a pas besoin d’idées. Les conservateurs basent leur action sur une attitude, une posture, une forme de prudence en somme. 

La droite ne veut pas changer le monde, elle n’a donc pas besoin d’idées.

 

C'est relativement pertinent. Je crois néanmoins qu'à défaut de définir ce qu'elle veut, elle a une idée de ce qu'elle ne veut pas et de ce qu'elle combat (avec mollesse et pusillanimité).

Link to post
Share on other sites
Le 01/09/2020 à 21:00, Pegase a dit :

Et même si on va du côté de la droite plus radicale, je ne vois pas vraiment d'héritier à Maurras ou de Carl Schmitt.

 

Soyons honnêtes ; si on va par là, on peut aussi se demander où sont les intellectuels de gauche.

Parce que des Piketty ou les collapsologues, c'est des blagues par rapport à ceux qu'on appelait des intellectuels de gauche.

  • Yea 6
  • Love 1
Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, Bézoukhov a dit :

où sont les intellectuels de gauche

Et puis question recyclage de vieilles idées pourries pour changer le monde ils se posent un peu là.

Link to post
Share on other sites
Le 05/09/2020 à 18:40, Bézoukhov a dit :

 

Soyons honnêtes ; si on va par là, on peut aussi se demander où sont les intellectuels de gauche.

Parce que des Piketty ou les collapsologues, c'est des blagues par rapport à ceux qu'on appelait des intellectuels de gauche.

 

Effectivement je connais pas mal d'intellectuels de gauche qui font le constat que depuis 30 ans, en dehors de recycler ad vitae eternam quelques poncifs, il ne se passe pas grand chose.
Et quand il se "passe quelque chose", on tombe sur les antispécistes ou d'autres fou-dingues qui n'ont en fait rien à fournir derrière des slogans.

  • Yea 3
Link to post
Share on other sites
Le 05/09/2020 à 14:51, Johnnieboy a dit :

La droite n’a pas besoin d’intellectuels car elle n’a pas besoin d’idées. Les conservateurs basent leur action sur une attitude, une posture, une forme de prudence en somme. 

La droite ne veut pas changer le monde, elle n’a donc pas besoin d’idées.

 

J'ai déja entendu la distinction sur le fait que la gauche est dans les idées, la droite est terre à terre.

Les premiers sont plus imaginatifs/inventifs (mais ont le défaut de se couper de la réalité), les seconds préfèrent le concret (mais ont du mal à être innovant).

C'est un peu caricatural mais il me semble qu'il y avait des études qui vont dans ce sens (je suis preneur d'éléments sur ce sujet). Après c'est une distinction pas absolue.

 

il y a 15 minutes, poney a dit :

 

Effectivement je connais pas mal d'intellectuels de gauche qui font le constat que depuis 30 ans, en dehors de recycler ad vitae eternam quelques poncifs, il ne se passe pas grand chose.
Et quand il se "passe quelque chose", on tombe sur les antispécistes ou d'autres fou-dingues qui n'ont en fait rien à fournir derrière des slogans.

 

J'ai aussi l'impression qu'il y a un manque de renouvellement des idées intellectuelles avec une baisse du niveau de la part des têtes pensantes. Et aussi bien à gauche qu'à droite.

Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Zagor a dit :

J'ai aussi l'impression qu'il y a un manque de renouvellement des idées intellectuelles avec une baisse du niveau de la part des têtes pensantes. Et aussi bien à gauche qu'à droite.

Il y a cinquante ou cent ans, le type qui avait 150+ de QI faisait prof et chercheur à la fac ; poste prestigieux et relativement sûr. Aujourd'hui il fonde une start-up ou bosse dans la finance, parce que l'espérance de gain est devenue plus forte (ce n'est pas vraiment l'écart de sécurité de l'emploi qui a changé, ce n'est pas non plus tant que ça le prestige qui a bougé, la grande différence est avant tout que ces emplois sont beaucoup plus lucratifs qu'auparavant).

Link to post
Share on other sites

Quelle est la fonction de l'intellectuel aujourd'hui, quelque soit son positionnement sur le clivage politique ?

Link to post
Share on other sites

Un intellectuel en soi ne sert à rien. C'est la fonction qu'il occupe qui peut avoir une utilité aux yeux de certains. Professeur, médecin, entrepreneur, journaliste...

D'ailleurs, qui décide de qui est intellectuel ?

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...